Accès rapide :

Collaboration au Moyen-Orient autour de la création d’un accélérateur de particules

Israël

Actualité
Israël | Science de la matière : matériaux, physique, chimie, optique
2 mars 2017

Le 12 janvier 2017 [1], le premier faisceau d’électrons a été créé et a réalisé un premier tour dans l’accélérateur de particules du projet SESAME, qui, bien qu’à l’origine un projet de l’UNESCO, est devenu un projet indépendant intergouvernemental en 2004, ralliant un très grand nombre de pays du Moyen-Orient.

SESAME est un projet scientifique de grande envergure lancé en 1999 et qui voit enfin le jour. Il a pour objectif la création et l’utilisation d’une source de lumière synchrotron de troisième génération [2]. Situé en Jordanie (Al-Balqa’ Applied University), il sera le plus important des centres de recherche international du Moyen-Orient. Les membres de SESAME sont Chypre, l’Egypte, l’Iran, Israël, la Jordanie, le Pakistan, l’Autorité palestinienne et la Turquie [3].

Cet accélérateur de particules se différencie du fameux LHC du CERN. Dans le projet SESAME, l’objectif est de créer une source de lumière à la fois pure et intense. Cette lumière pourra permettre d’observer de manière unique des objets allant de la taille des cellules humaines à celle des atomes (10-10 m). Pour ce faire, les électrons sont accélérés à une vitesse proche de celle de la lumière et emmagasinés dans un anneau de 133,2 m de circonférence. Ces électrons vont produire une lumière particulière qui sera ensuite redirigé vers des alcôves équipées pour de nombreuses expériences.

SESAME est une porte qui s’ouvre sur de nombreux champs de la recherche [4]. Ce projet réussira sans nul doute à apporter de la lumière sur les problèmes scientifiques les plus complexes. Le projet initial est constitué de sept faisceaux lumineux [5]. Le premier construit sera dévoué à l’analyse des sols et de l’air potentiellement avec un point de vue environnemental. Un second faisceau sera dédié à l’étude des cellules vivantes et à celle des tissus. Un troisième faisceau sera consacré à l’étude de la structure des protéines, domaine essentiel pour la compréhension de l’être humain à l’échelle atomique qui a déjà rapporté un prix Nobel en 2009 à deux Américains et une Israélienne [6].

SESAME constitue également un excellent moyen de maintenir une collaboration scientifique entre des pays parfois divisés politiquement et de réunir chacun des partenaires pour empêcher la fuite des scientifiques les plus brillants vers l’étranger.

Sources :
[1] http://www.sesame.org.jo/sesame/images/Press_Release/Press_Release_Jan_2017_SESAME_Circulates_First_Beam.pdf
[2] http://www.futura-sciences.com/sciences/dossiers/physique-synchrotron-soleil-accelerateur-particules-futur-516/page/6/
[3] https://www.theguardian.com/world/2016/aug/30/sesame-particle-accelerator-project-middle-east-jordan
[4] http://www.france24.com/fr/20140321-israel-iran-scientifique-jordanie-sesame-accelerateur-particules
[5] http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001898/189864e.pdf
[6] https://www.nobelprize.org/nobel_prizes/chemistry/laureates/2009/

Rédacteur : Samuel Cousin, Post-doctorant à l’Institut Weizmann

PLAN DU SITE