Rendre l’enseignement supérieur plus accessible ?

Irlande

Irlande | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
6 septembre 2017

Madame Mitchell-O’Connor, secrétaire d’État chargée de l’Enseignement supérieur, souhaite un meilleur accès à l’enseignement supérieur, par le biais de différents initiatives qui se chiffrent à plusieurs millions d’euros.

Malgré des problèmes relevés dans le secteur de l’enseignement supérieur, tels que l’augmentation toujours plus forte du nombre d’étudiants face à des moyens étatiques financiers limités et un personnel restreint, Mme Sarah Mitchell-O’Connor, secrétaire d’État en charge de l’Enseignement supérieur, souhaite rendre l’enseignement supérieur plus accessible pour tous et ce, en mettant en place plusieurs initiatives qui se chiffrent à plusieurs millions d’euros.
Ces mesures incluent la mise en place de nouvelles bourses pour les étudiants venus « de milieux non-traditionnels » ou l’allocation de fonds afin d’inciter les élèves venus de milieux défavorisés de s’inscrire à l’université et de terminer leurs études.
Au total, 16,5 millions d’euros seront déboursés au cours des trois prochaines années afin de soutenir ces initiatives, ce qui devrait permettre à 200 étudiants d’en bénéficier dès cette année 2017-2018 et 400 supplémentaires lors des deux prochaines années. Ces bourses s’élèvent à 5 000€ par étudiant. Les parents isolés venus de milieux défavorisés sont les cibles premières de ces aides. Ce système de bourses coûtera six millions d’euros lors des trois prochaines années.

Un fonds additionnel de 10,5 millions d’euros sera offert auprès des établissements d’enseignement supérieur dès cette année afin de pouvoir mettre en place des programmes de soutien pour les étudiants et allouer des fonds supplémentaires disponibles pour ceux qui sont dans le besoin. Les étudiants isolés ainsi que ceux qui souffrent de handicap ou issus de minorités ethniques seront prioritaires. Les derniers chiffres fournis par la Higher Education Authority, Agence nationale qui veille à l’enseignement supérieur, ont montré que la proportion des étudiants du supérieur venus de milieux défavorisés est passée de 22% à 26% et ceux qui souffrent d’un handicap comptent désormais pour 11% en 2014, contre 7% en 2012.

Enfin, toujours dans cette optique, Mme Mitchell-O’Connor s’est exprimée sur la discrimination salariale des professeurs selon leur genre. Selon elle, « toute personne qui effectue le même travail, mérite un salaire égal ». Elle souhaite qu’une égalité salariale au sein du personnel soit respectée.

Source :
"Teachers doing the same job should get equal pay, says Mitchell-O’Connor » – RTE, août 2017 : https://www.rte.ie/news/2017/0823/899329-third_level/
Rédaction : Guillaume Ravier – courriel : guillaume.ravier[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE