Accès rapide :

Promouvoir la recherche dans les transports publics

Irlande

Actualité
Irlande | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
1er février 2017

SFI, une des principales agences de financement de la recherche en Irlande, a lancé une nouvelle campagne de promotion de la recherche dans les transports publics.

A l’occasion de l’édition 2016 de la Science Week, Science Foundation Ireland (SFI), une des principales agences de financement de la recherche en Irlande, a lancé la campagne de promotion « Big questions of Irish science » autour des excellents travaux conduits dans ses centres dans les transports publics (aéroport de Dublin, arrêts de bus…). Cette campagne met notamment à l’honneur le centre de recherche AMBER pour ses travaux qui cherchent à trouver une alternative à la greffe osseuse par l’utilisation de l’imprimante 3D ainsi que le laboratoire APC de University College Cork, qui a découvert chez les maquereaux un agent microbien capable d’éliminer les super-bactéries.

Réimprimer les os brisés
Imprimer en 3D de la matière osseuse pour réparer les os brisés, voilà ce qu’ont réussi à faire les chercheurs d’un des centres de recherche SFI, AMBER, hébergé à Trinity College Dublin.

Illust: Visuel 1 : « Big (...), 62.5 ko, 1512x945
Visuel 1 : « Big Questions of Irish Science : WHAT IF we could re-print fractured bones ? » - SFI
Science Foundation Ireland

Les chercheurs se servent de cellules-souches et de biomatériaux pour créer de nouveaux modèles de cartilage et ainsi stimuler la croissance d’un nouvel os sain. Les greffes osseuses sont utilisées pour réparer les défauts de l’os, souvent liés aux traumatismes, aux infections, à l’ablation de tumeurs ou à des malformations génétiques. Chaque année dans le monde, 2,2 millions d’opérations requièrent une greffe d’os, une procédure douloureuse et dangereuse, notamment à cause du risque de transmission de maladies du donneur au receveur. Imprimer de la matière osseuse en 3D pourrait devenir une alternative moins lourde à la greffe osseuse.
L’équipe de recherche AMBER conduite par le professeur Daniel Kelly a réussi à imprimer en 3D une vertèbre (voir la vidéo ici et plus d’informations sur le processus d’impression 3D ici).

Les maquereaux pourraient-ils lutter contre les super-bactéries ?
Les intestins du maquereau contiennent des bactéries qui pourraient éliminer les super-bactéries.

Illust: Visuel 2 : « Big (...), 42.9 ko, 945x646
Visuel 2 : « Big Questions of Irish Science : WHAT IF mackerel could fight super-bugs ? » - SFI
Science Foundation Ireland

Une équipe de chercheurs conduite par les professeurs Paul Ross et Colin Hill du centre de recherche SFI APC Microbiome Institute (University College Cork) et du Teagasc (équivalent de l’INRA français) centre Moorepark, a découvert une petite protéine, le « Formicin », produite par une bactérie que l’on retrouve chez les maquereaux. Cette protéine est un agent antimicrobien capable d’éliminer un large éventail de bactéries dangereuses.
Cette découverte pourrait jouer un rôle clef face au défi grandissant que représente la résistance aux médicaments (dont les antibiotiques). L’Organisation Mondiale pour la Santé estime que dans la seule Union Européenne, la résistance antimicrobienne coûterait plus de 1,5 millions de dollars et causerait chaque année 25 000 décès. A moins d’identifier de nouveaux agents antimicrobiens, les infections jusque-là communes pourraient devenir dangereuses pour la vie et les opérations chirurgicales bien plus dangereuses. En savoir plus ici.

Sources :

Rédaction : Louise Aupetit – courriel : louise.aupetit[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE