Brexit : des bénéfices en perspectives ?

Irlande

Irlande | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
2 août 2017

Le système de l’enseignement supérieur irlandais pourrait connaitre un impact positif grâce au Brexit.

Avec Malte, l’Irlande est le seul pays anglophone à appartenir à l’Union européenne depuis le départ du Royaume-Uni et pourrait devenir ainsi une destination Erasmus plus populaire pour les étudiants européens.
Bien que cela conforte la stratégie du gouvernement d’augmenter le nombre d’étudiants étrangers, le manque de logement représente un défi pour l’Irlande. Le gouvernement souhaite en effet augmenter d’un tiers le nombre d’étudiants internationaux d’ici 2020 (le faisant passer de 33 118 pour l’année universitaire 2014-2015 à 44 000) et amener le chiffre annuel du secteur à 2,1 milliards d’euros.
Le directeur de la Higher Education Authority (HEA) Dr. Graham Love a tenu une réunion fin mai afin de soulever le problème du logement que risque de poser le Brexit pour quelques-uns des 27 000 étudiants Erasmus qui étudient actuellement en Grande-Bretagne et seraient intéressés par l’Irlande. Il a également averti que l’ambition du pays d’attirer davantage d’étudiants étrangers risquait d’être menacée par le manque de logement à Dublin et au sein des autres grandes villes irlandaises. Dr. Love, qui intervenait à l’occasion d’une réunion organisée par le think-tank irlandais Asia Matters, a annoncé que les évolutions dans la procédure du Brexit seraient suivies de près par la HEA. Des mesures et actions seraient prises en conséquence et en fonction de la stratégie du pays.

Les effets sont également visibles au niveau de l’éducation secondaire. L’entrepreneur Barry O’Callaghan et la franchise en éducation internationale Nord Anglia (44 institutions déjà ouvertes dans le monde) ouvrira la Nord Anglia International Schools, qui accueillera des élèves de trois à dix-huit ans dans les anciens bureaux de Microsoft à la South County Business Park, dès septembre 2018. Le secrétaire d’État en charge de la Jeunesse, Eoghan Murphy s’est félicité de l’addition de cette nouvelle offre au paysage de l’éducation. Elle pourrait notamment augmenter les capacités de l’Irlande à répondre à la demande grandissante en termes d’enseignement international dans le primaire et le secondaire. Les frais de scolarités pour la Nord Anglia en Irlande ne sont pas encore connus mais ils seraient de l’ordre de 20 000€ par an, ce qui est plus élevé que les autres écoles privées à Dublin.

Source :
"Brexit to spark rise in number of students » – The Independent, June 2017 : http://www.independent.ie/irish-news/education/brexit-to-spark-rise-in-number-of-students-35769203.html
Rédaction : Guillaume Ravier – courriel : guillaume.ravier[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE