Contre les insectes nuisibles, un détecteur de phéromones pour réduire l’usage d’insecticides

Inde

Actualité
Inde | Agronomie et alimentation
19 juillet 2017

Une équipe de chercheurs de l’Indian Institute of Science (IISc) de Bangalore a mis au point un détecteur de phéromones ultrasensible pour déceler la présence d’insectes nuisibles avant qu’ils ne prolifèrent.

Chaque année, les animaux nuisibles sont responsables d’une baisse de 20 à 40 pourcents des rendements agricoles dans le monde. En Asie du Sud, deux espèces en particulier affectent plus de 150 types de cultures différentes et sont responsables de la majorité des pertes agricoles : Helicoverpa armigera et Scirphophaga incertuals.

A l’heure où les conséquences d’un usage excessif des pesticides sont de mieux en mieux connues (atteintes à l’environnement et à la santé, création d’espèces invasives résistantes…), les techniques innovantes de lutte contre les nuisibles montrent peu d’efficacité (pièges à insectes…), ou sont décriées pour leurs conséquences à long terme (organismes génétiquement modifiés).

Pour tenter de résoudre ce problème, des chercheurs de l’Indian Institute of Science (IISc) de Bangalore, dirigés par le professeur Santanu Bhattacharya, ont mis au point un appareil électronique ultrasensible pour détecter les phéromones sexuelles produites par ces deux espèces invasives. Grâce à sa sensibilité même à très basse concentration, l’appareil permettra à terme de détecter la présence des insectes au début de l’invasion, et donc de réagir en utilisant des techniques de prévention ou de luttes nécessitant des quantités plus raisonnables de pesticides.

Les composants électroniques en dioxide de silicium du détecteur ne permettent pas de détecter les phéromones d’une espèce en particulier. Mais après un traitement chimique qui enduit ce dernier de groupes amines libres, qui captent les molécules de phéromones en se liant aux groupes aldéhydes qu’elles contiennent, permet de le rendre sensible aux phéromones sexuelles femelles des deux espèces ciblées.

Des tests ont démontré la sensibilité aigüe de cet appareil, capable de détecter une quantité très faible de phéromones dans l’air (jusqu’à 5 femtogrammes). Il est de plus utilisable sous le climat indien, ayant fait ses preuves dans des conditions extrêmes de température (de 0 à 60°C) et d’humidité maximale.

L’équipe du professeur Bhattacharya cherche maintenant à miniaturiser l’ensemble du système pour rendre le détecteur plus transportable et facile à utiliser par les agriculteurs.

Sources
"Scientists engineer a low-cost device to detect pests before crop infestation", Research Matters.

Rédacteur
Laurent Glattli
laurent.glattli[at]diplomatie.gouv.fr
Service pour la Science et la Technologie, Ambassade de France en Inde

PLAN DU SITE