Politique du gouvernement HongKongais sur le climat et la protection de la biodiversité

Hong Kong

Brève
Hong Kong | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
13 octobre 2017

La Cheffe de l’Exécutif de Hong Kong élue en mai 2017, Mme Carrie LAM, a donné son discours de politique générale le 12 Octobre 2017. Retour sur les deux plans stratégiques pluriannuels de Hong Kong sur le climat et la protection de la biodiversité qui continuent à structurer les actions du gouvernement.

Plan d’actions 2030+ de Hong Kong pour le climat

En janvier 2017, le Bureau de l’Environnement de Hong Kong a publié son plan d’actions pour le climat d’ici 2030. Ce rapport regroupe les résultats des 16 bureaux et départements, à l’appui du Comité Directeur sur le changement climatique dirigé par le Secrétaire Général de l’Administration. Il définit le plan stratégique de Hong Kong visant à réduire les émissions de carbone pour 2030, et les actions concertées pour atteindre cet objectif.

Comme décidé par le Gouvernement Central, l’Accord de Paris s’applique à la Région Administrative Spéciale de Hong Kong (HKSAR). L’objectif est d’entreprendre des actions pour respecter les termes de l’Accord afin de :

  1. Maintenir le réchauffement mondial en dessous de 2°C par rapport à l’ère préindustrielle (XIXème siècle), et poursuivre les efforts pour limiter le réchauffement à 1,5°C ;
  2. Atteindre un équilibre entre les émissions et l’utilisation des ressources (atteindre une neutralité carbone entre 2051 et 2100).
Hong Kong a développé sa stratégie autour des 4T comme méthodologie opérationnelle pour réduire les émissions (Targets, Timeline, Transparency, Together) : c’est-à-dire, fixer des objectifs (Targets) avec des échéances (Timeline), mettre en place des mesures transparentes (Transparency) pour suivre les résultats, et permettre à chacun de travailler ensemble (Together). Ce plan d’actions sera révisé tous les cinq ans (Timeline), afin d’en assurer la progression, l’efficacité, et d’adapter la mise en place de nouvelles actions le cas échéant.

Le changement climatique : Entre émissions et production d’énergie

Le mix énergétique de Hong Kong en 2010 était de 55% charbon, 27% gaz, 18% nucléaire, <1% EnR. La production locale d’électricité représente 70% des émissions. Hong Kong se fixe l’objectif ambitieux de réduire les émissions carbones de 65% à 70% d’ici 2030 par rapport à 2005 en :

  1. Réduisant sa dépendance au charbon comme sources d’énergie primaire (passage de 50% aujourd’hui à 25% du mix énergétique d’ici 2020) ;
  2. Favorisant la production de l’électricité au gaz naturel (passage de 25% aujourd’hui à 50% du mix énergétique en 2020).

La place des énergies renouvelables sur le territoire

Hong Kong ne dispose pas d’une géographie favorable pour l’implantation et la production d’énergies renouvelables à grande échelle. Cependant, Hong Kong pourrait développer au maximum 3% à 4% de son mix énergétique sous la forme d’EnR (énergie éolienne, photovoltaïque, et la production d’énergie à partir de déchets et de résidus « waste-to-energy »).

Usine flottante de production d’énergie solaire - Shek Pik, île de Lantau

L’efficacité énergétique des infrastructures et des transports en communs

Hong Kong concentre sa stratégie sur la modernisation des anciens bâtiments et des infrastructures publiques (commerces, institutions, etc.), et dans l’utilisation de matériaux « bas-carbone » dans la construction des nouvelles infrastructures. De plus, la ville souhaite établir un plan d’économie d’énergie, dont l’objectif serait de réduire la consommation d’énergie de 40% d’ici 2025 (sur la base annuelle de 2005).

Hong Kong dispose d’un système de transports publics efficace. Les actions clés se concentrent sur le développement des infrastructures piétonnes (conception et accessibilité des infrastructures de connexion adaptée à la topographie verticale de la ville) afin de faciliter les déplacements à pieds ; l’extension et l’amélioration du système ferroviaire.

Plan d’actions pour la protection de la biodiversité locale

Etat des lieux de la biodiversité hongkongaise

Bien que le territoire spécial de Hong Kong soit une des zones les plus urbanisées et densément peuplées au monde (jusqu’à 27000 Hbts/km2 dans certaines zones), la biodiversité locale est extrêmement riche. On dénombre plus de 3 300 espèces de plantes dont 2 100 sont natives du territoire, plus de 1 000 espèces d’animaux dont 235 espèces de papillons, 120 espèces de libellules, 100 espèces d’amphibiens et reptiles, 500 espèces d’oiseaux, 100 espèces de poissons d’eau douce et 50 espèces de mammifères. La zone RAMSAR de Mai To rassemble 70% des espèces d’oiseaux.

La biodiversité marine de Hong Kong est également encore très riche. Bien que l’espace maritime local ne compte que pour 0,03 % de l’espace maritime chinois, on dénombre près de 5 684 espèces marines soit environ 25 % de la biodiversité marine nationale. Sur son espace maritime de 1 600 km2, Hong Kong abrite selon le WWF plus de 1 000 espèces de poissons, 77 espèces de crustacés et 84 espèces de coraux (soit une plus grande diversité corallienne que l’ensemble de la mer des Caraïbes).

Sur ce territoire, il existe aujourd’hui 24 parcs nationaux et 22 zones protégées, ce qui représente 40 % de la superficie totale du territoire. De plus, 4 parcs marins et une réserve marine ont été définies en 1995. Plus de 98 % de la biodiversité locale se situe dans ces espaces protégés. Cette richesse biologique est très populaire puisqu’environ 11 millions de personnes passent au moins une journée par an dans l’un des parcs nationaux du territoire.

Cette biodiversité est cependant fragile et est menacée par les pollutions, la dégradation des habitats, l’extension urbaine, la surpêche, l’importation d’espèces invasive et les modifications du climat.

Une stratégie gouvernementale

En Décembre 2016, le gouvernement de Hong Kong a publié son propre plan de gestion de la biodiversité locale : le “Biodiversity Strategy and Action Plan 2016-2021”, tout en souhaitant contribuer à la stratégie chinoise, notamment dans la coopération avec la région du delta de la rivière des Perles. Il s’articule autour de quatre priorités :

  1. Améliorer des mesures de conservation, de gestion des aires protégées (parcs nationaux et parcs marins), définir de nouveaux parcs, élaborer des mesures spécifiques à la conservation d’espèces locales comme les arbres à encens ou les crabes-fer à cheval
  1. Faire de la conservation un axe transversal de définition des politiques publiques d’aménagements du territoire
  1. Réaliser et maintenir un inventaire des différentes espèces présentes et de leur population au sein des espaces protégés, suivre des habitats, soutenir la recherche
  1. Impliquer la société civile et la communauté hongkongaise en communiquant largement sur ces sujets

Sources :
« Hong Kong’s Climate Action Plan 2030+ »

IPCC (GIEC)

Hong Kong Biodiversity Strategy and Action Plan, BSAP (2016-2021)

Rédactrice : Justine ONG, Chargée de mission scientifique – Hong Kong & Frédéric BRETAR

Contact : sciences (at) consulfrance-hongkong.org

PLAN DU SITE