Victorian Secret : l’Université de Californie à Berkeley nomme sa nouvelle Chancelière

États-Unis

Brève
États-Unis | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
24 mars 2017

Après des mois de recherche internationale intensive menée sous l’égide du professeur Tsu-Jae King Liu, le Board of Regents de l’Université de Californie vient de confirmer à l’unanimité le 17 mars dernier la nomination par la Présidente Janet Napolitano du Professeur Carol Christ au poste de Chancelière d’UC Berkeley à compter du 1er juillet prochain. Première femme à ce poste de l’histoire de la meilleure université publique au monde, elle succèdera à Nicholas Dirk, qui avait démissionné le 16 août dernier après à peine plus de trois ans de service.

Berkeley State of Mind

Carol Tecla Christ, 72 ans, était jusqu’alors, et depuis le 1er mai dernier, sortie de sa retraite pour devenir vice-Chancelière exécutive d’UC Berkeley suite à la démission de Claude Steele. Cette dernière position faisait suite à une longue carrière dans les postes de direction les plus prestigieux de différentes institutions académiques.

Mais Carol Christ est avant tout, et ce n’est sans doute pas étranger à sa nomination, un pur produit du système de gouvernance de l’Université de Californie à Berkeley. Titulaire d’un doctorat d’anglais de Yale depuis 1970, cette spécialiste de la littérature victorienne [1] a immédiatement intégré le département d’Anglais de Berkeley au sein duquel elle a gravi tous les échelons avant d’en prendre la présidence en 1985. Elle deviendra ensuite brièvement Dean of Humanities, puis du College of Letters and Science entre 1989 et 1995, année au cours de laquelle elle devient la femme la plus haut placée de l’Université en assumant sa première charge de vice-Chancelière.

Unique infidélité à son affiliation historique, elle est ensuite devenue entre 2002 et 2013 Présidente du Smith College, l’un des meilleurs liberal arts colleges des Etats-Unis, et la plus importante des Seven Sisters [2] . Elle y laissera une trace remarquable, à la fois du point de vue de la promotion de la diversité (sous son égide, Smith sera le premier college féminin à offrir des diplômes undergraduate d’ingénieurs) et sur le plan financier (sous son mandat, le volume des dons effectués à Smith passera de 40M$ à 1.4 milliard de dollars). Dans le même état d’esprit, il est notable qu’elle fut par ailleurs membre du conseil d’administration de Merrill Lynch avant son acquisition, au plus fort de la crise financière, par Bank of America.

Sense and sensibility

Au-delà de sa connaissance demi-séculaire et quasi-fusionnelle de l’institution, la nomination unanimement saluée de Carol Christ résonne comme l’expression d’une volonté forte, celle de la gestion, pour reprendre les termes de la présidente Napolitano, d’un tournant historique pour l’Université de Californie à Berkeley.

Alors que ses prédécesseurs avaient été abondamment critiqués pour leur gestion des cas de harcèlement sexuel par le personnel de l’université sur le campus, la nomination de la première coordinatrice à Berkeley de la conformité au titre IX [3] apparaît comme le symbole explicite d’une volonté forte. De la même manière, le style de gouvernance réputé ouvert à la participation et collaboratif du professeur Christ tranche avec le mode d’interaction de son prédécesseur [4], et ce à un moment où le vote par les Régents de l’Université de Californie d’une hausse des frais de scolarité pourrait conduire à une confrontation avec la communauté étudiante.

Plus encore, c’est la nomination d’une gestionnaire à la fois familière de l’écosystème complexe de l’institution et détentrice de lettres de créances spectaculaires sur le plan de la vision financière des institutions universitaires, et de la capacité à mettre celle-ci en œuvre, qui est le message le plus spectaculaire délivré par les Régents de l’Université de Californie.

C’est d’ailleurs le point sur lequel la nouvelle Chancelière a immédiatement insisté comme constituant son objectif principal dans son adresse initiale : coincée dans l’étau double d’un retrait financier progressif de l’Etat de Californie et d’une demande expresse de plafonnement du nombre d’étudiants non californiens (pour lesquels les frais de scolarité sont significativement plus élevés), soumise aux implications financières de la volonté de préserver son excellence d’enseignement et de recherche, empêtrée dans le casse-tête du prix du logement étudiant [5], affaiblie par sa (comparativement) faible performance dans la captation –et la fructification- de ressources privées, l’Université de Californie est, pénalisée par un déficit annuel qui frôle les 150 M$, dans l’obligation de repenser son modèle économique.

C’est donc en nommant à sa tête une professionnelle accomplie de la consolidation économique et de l’excellence universitaire que l’Université de Californie à Berkeley, ses 40 000 étudiants, ses 2100 membres du corps professoral et ses 2.7 milliards de budget annuel entend fêter, dès l’an prochain, ses 150 ans d’existence.


Rédacteur :

[1Auteur par exemple de plusieurs ouvrages de référence sur le sujet (Victorian and Modern Poetics, University of Chicago Press, 1994 ; Victorian Literature and the Victorian Visual Imagination, (ed) University of California Press, 1995)

[2Les Seven Sisters, pendant de l’Ivy League, représente le groupe des plus prestigieux et plus anciens liberal art colleges réservées aux femmes (Barnard, Bryn Mawr, Mount Holoyke, Radcliffe, Smith, Vassar et Wellesley).

[3disposition légale de 1972 destinée à prévenir toute forme de discrimination et/ou de harcèlement sexuels dans les établissements d’enseignement supérieur.

[4à titre d’illustration, un des éléments qui ont conduit, au-delà des éléments susmentionnés, à la remise en cause du Chancelier Dirks réside dans la mise en œuvre de travaux conséquents de clôture de la résidence du chancelier ainsi que dans la construction d’une sortie secrète de celle-ci. On peut également noter le reproche de manque de concertation qui lui fût adressé au moment de la détermination des 500 ( !) emplois à supprimer dans son plan prévisionnel à deux ans.

[5Berkeley est la college town la plus onéreuse de ce point de vue de l’ensemble des Etats Unis.

PLAN DU SITE