L’Ecole et l’Institut pour le Futur de l’Innovation dans la Société à Arizona State University

États-Unis

Actualité
États-Unis | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
6 mai 2017

La « School for the Future of Innovation in Society » (SFIS) a été créée en juillet 2015 à Arizona State University (ASU). Elle est dirigée par le Pr David Guston. L’objectif était de pouvoir préparer la génération actuelle au futur, face à l’influence majeure et grandissante de la science, de la technologie et de l’innovation sur notre mode de vie.
A la différence de la plupart des facultés ou instituts n’importe où dans le monde, la SFIS n’est pas dans la continuité d’une tradition académique, et ne résulte pas non plus de l’apparition d’une nouvelle communauté scientifique thématique. Il s’agit d’une création ex nihilo d’un nouveau concept résultant de la volonté de ASU, réunissant des expertises interdisciplinaires (ses enseignants sont issus de 28 mentions de doctorat différentes) [1]. C’est un investissement significatif pour ASU, avec notamment le recrutement de nombreux professeurs et professeurs associés.

La SFIS délivre des diplômes de niveau « graduate » [2]— Doctorat en Dimensions Humaines et Sociales de la Science et de la Technologie, plusieurs mentions de master (par exemple Politique de la Science et de la Technologie, Ethique appliquée) — et de niveau « undergraduate » [3].

La SFIS est intrinsèquement liée au « Institute for the Future of Innovation in Society » (IFIS) [4], qui conduit des programmes de recherche dans les domaines couverts par la SFIS. La recherche de l’IFIS est mise en œuvre à travers quatre Centres de Recherche :

  • Le « Center for Engagement & Training in Science & Society” (CENTSS) [5] travaille sur l’implication des citoyens dans la science et la politique scientifique. Un de ses programmes phare est « Science Outside the Lab » [6] dans lequel des groupes d’étudiants participent à un séminaire de deux semaines à Washington où ils interagissent avec des représentants de toutes les organisations qui participent à la politique scientifique américaine (membres du Congrès, agences de financement, lobbyistes, journalistes, etc.). Ce programme a été maintenant exporté au Canada [7].
  • Le “Risk Innovation Lab” [8] part du concept que la création de nouvelles technologies est systématiquement associée à une nécessaire prise de risque, et que des outils innovants pour gérer ce risque sont nécessaires afin de ne pas bloquer l’innovation à long terme. Le Centre développe des projets dans différents domaines comme l’innovation technologique (par exemple les nanotechnologies), ou la santé et le bien-être (exemple de la sécurité alimentaire).
  • Le “Center for the Study of the Future” [9] associe enseignement, recherche, et activités tournées vers le monde de l’entreprise pour étudier le futur dans une perspective de durabilité.
  • Le “Center for Science and the Imagination » [10]. Ce Centre est du à la rencontre entre le Président de ASU, Michael Crow, et l’auteur de science-fiction, Neal Stephenson, qui ont voulu construire une connexion réelle entre la science-fiction et la science elle-même, dans un contexte universitaire [11]. L’idée est d’encourager les auteurs de science-fiction à s’impliquer activement pour entrevoir l’avenir de façon visionnaire, en fournissant des idées qui pourraient être mises en œuvre par des chercheurs ou des ingénieurs. Cela a conduit au projet « Hyeroglyph » de ASU [12] qui a abouti à la publication d’une anthologie contenant par exemple l’idée d’une tour haute de 20 km, une idée de Stephenson à l’origine, mais conçue en partenariat avec un chercheur en ingénierie de ASU. Ce projet de tour a mis en lumière de nouvelles questions techniques qui font maintenant l’objet de projets d’études scientifiques. A l’occasion du bicentenaire du Frankenstein de Mary Shelley, le Center for Science and the Imagination porte actuellement un projet sur ce sujet, qui forme le thème pour 2017 de EMERGE [13] , un festival combinant arts, sciences et technologie, organisé annuellement à ASU.

Rédacteur :

  • Jean Rosenbaum, Attaché pour la Science et la Technologie, Los Angeles, attache-sdv.la chez ambascience-usa.org

PLAN DU SITE