Bulletin d’actualité Espace n°17-05

États-Unis

Brève
États-Unis | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement | Sciences de l’ingénieur : aéronautique, mécanique, électronique, génie civil
18 mars 2017

PERSONALIA

Le général de brigade Mark Baird devient directeur des programmes spatiaux de l’USAF
Spacenews, 17 février 2017
Le général de brigade Mark Baird, jusqu’alors vice commandant du Space and Missile Systems Center (SMC) à Los Angeles, a été nommé directeur des programmes spatiaux au sein du bureau du secrétaire adjoint à l’U.S. Air Force pour l’acquisition, en remplacement du général de division Roger Teague.

Mouvement de personnel au sein de la NASA
Space Policy online, 26 février 2017
La NASA a nommé Lesa Roe, jusqu’alors Deputy Associate Administrator et anciennement directrice du centre de recherche Langley de la NASA et directrice du programme de recherche de l’ISS au Johnson Space Center, administratrice ajointe par intérim (Acting Deputy Administrator). Pour mémoire, le poste d’administrateur par intérim est occupé par Robert Lightfoot depuis janvier dernier.
Erik Noble, white House senior advisor depuis janvier dernier, a été nommé Acting Chief of Staff.
Lester Lyles, général de l’Air Force à la retraite, a quant à lui été nommé président du NASA Advisory Council.
Greg Autry, qui avait été nommé White House liaison au sein de la NASA après avoir intégré l’équipe de transition de l’agence, a quitté son poste.
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°17-02.

POLITIQUE

Vote par le Sénat du 2017 NASA Transition Authorization Act
Le 17 février, le Sénat a voté à l’unanimité le 2017 NASA Transition Authorization Act (S. 442), sous une forme très similaire au texte également voté par le Sénat en décembre dernier (cf. Bulletin d’actualité Espace n°16-28) mais devenu caduc du fait de l’absence de vote de la Chambre des Représentants durant la législature considérée.
Ce texte mentionne un budget de 19,508 Md$ pour l’année fiscale 2017 (un montant stable par rapport à l’année précédente de 5,5 Md$ pour la Science, laquelle regroupe les Sciences de la Terre et les Sciences de l’Univers, y compris l’exploration, sans apport de détails sur le sous-volet Sciences de la Terre). Pour être effectif, ce projet de loi devra être adopté en des termes identiques par la Chambre, puis promulgué par l’Exécutif. En cas de promulgation, ce texte ne constituera cependant qu’une recommandation sur les aspects budgétaires, le texte décisif en la matière étant un Appropriation Act. Le budget de l’année fiscale 2017, qui a débuté le 1er octobre 2016, est actuellement exécuté dans le cadre d’une continung resolution qui court jusqu’au 28 avril 2017. Cette dernière assure pour la NASA un financement identique à l’année fiscale précédente, avec une exception pour les budgets dédiés au SLS, à Orion et aux segments sols associés, afin que développement de ces derniers puissent s’effectuer selon le calendrier prévu.
Les principaux changements apportés au texte de décembre 2016 sont les suivants :

  • précision sur la politique d’approvisionnement des véhicules habités desservant la station spatiale internationale, laquelle doit avant tout être guidée par la sécurité, la fiabilité et son caractère abordable, et veiller à ce que les véhicules en question servent également de véhicule de secours pour les équipages ;
  • demande que le véhicule Orion puisse constituer un backup pour les équipages commerciaux, y compris avec un lanceur différent du SLS ;
  • une déclaration affirmant que la NASA n’avait pas démontré au Congrès que le coût de la mission ARM était compatible avec les bénéfices attendus.

STATION SPATIALE INTERNATIONALE ET VOL HABITÉ EN ORBITE BASSE

SpaceX : Succès du lancement de la capsule de fret Dragon et du retour sur terre du 1er étage du Falcon 9
Space Policy Online, 19 février 2017, 23 février 2017
Spaceflight now, 18 février 2017
Spacenews, 18 février 2017
Le 19 février, SpaceX a effectué avec succès la dixième mission de ravitaillement en fret de l’ISS entrant dans le cadre du contrat Commercial Resupply Services (CRS) passé avec la NASA. Prévu initialement la veille, le lancement a été reporté en raison d’une anomalie survenue au niveau du système de direction du propulseur (Thrust Vector Control system) du second étage quinze secondes avant le lancement.
Le premier étage du Falcon 9 est ensuite revenu se poser à la station de l’Air Force à Cap Canaveral huit minutes après le décollage (troisième atterrissage sur terre d’un premier étage). Il s’agissait du premier lancement effectué depuis le complexe historique 39A (LC-39A) de la NASA au Kennedy Space Center depuis la dernière mission Space Shuttle en 2011.
L’amarrage de la capsule Dragon à l’ISS a été effectué le 23 février dernier, également avec un jour de retard, l’amarrage ayant été annulé la veille en raison d’un problème survenu au niveau du système de navigation GPS. Le vaisseau russe Progress MS-05 s’est amarré le jour suivant.
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace 17-03.

Station spatiale internationale : la NASA accroit le nombre de passagers sur Soyouz et prend des options pour 2019
SpaceNews, 28 février 2018
La NASA a annoncé la signature d’un avenant à l’accord passé avec Boeing pour le transport d’astronautes vers la station spatiale internationale et leur retour sur Terre via un lanceur Soyouz, qui prévoit le transport d’un astronaute supplémentaire (passage de trois à quatre) lors des missions programmées à l’automne 2017 et au printemps 2018. Ce contrat comporte également une option pour trois sièges en 2019, afin de faire face à un éventuel retard de disponibilité des véhicules habités actuellement développés par Boeing et SpaceX, nominalement prévue en 2018. La valeur globale de l’avenant serait de 373,5 M$.

OBSERVATION DE LA TERRE

Acquisition de DigitalGlobe par MDA
Spacenews, 24 février 2017 (1 et 2)
Satnews, 19 février 2017
La société canadienne MacDonald Dettwiler and Associations (MDA) s’apprête à acquérir la société de télédétection DigitalGlobe pour une valeur estimée à deux ou trois milliards de dollars (2,4 Md$ plus 1,2 Md$ de rachat de dette). Après la signature de ce contrat, prévue pour la deuxième moitié de l’année, DigitalGlobe devrait garder son nom ainsi que son siège dans le Colorado, et devenir une filiale de SSL MDA Holdings, société basée aux Etats-Unis créée en 2016 par MDA).
DigitalGlobe a été fondée en 1992 sous le nom de WorldView Imaging Corporation, après l’adoption du Land Remote Sensing Act autorisant les sociétés commerciales à entrer sur le marché des images satellitaires de la Terre. La société est devenue EarthWatch en 1995 après l’acquisition de la division de l’observation de la Terre de Ball Aerospace. Après deux échecs successifs en 1997 et 2000, la société a mis en service son premier satellite (QuickBird) en 2001. Devenue DigitalGlobe la même année, la société a lancé les satellites WorldView-1 en 2007 et WorldView-2 en 2009, après avoir remporté un contrat (NextView) de la National Geospatial Intelligence Agency (NGA) en 2004. En juillet 2012, DigitalGlobe a fusionné avec GeoEye dans le cadre d’une transaction en espèces et en actions d’une valeur estimée à 900 M$, une fusion motivée par la décision de la NGA de réduire l’envergure de son programme d’achat de données satellitaires privées. La société a lancé les satellites WorldView-3 et Worldview-4 (ex-GeoEye-2) respectivement en août 2014 et novembre 2016. Afin de faire face à la concurrence grandissante de nouvelles sociétés offrant une répétitivité plus élevée (mais souvent une résolution inférieure à la capacité maximale de 30 cm qu’elle offre), DigitalGlobe a lancé en février 2016 un partenariat avec la société saoudienne Taqnia et la KACST, destiné à développer une constellation d’au moins six petits satellites imageurs (80 cm de résolution) dont le lancement est envisagé fin 2018, début 2019. L’offre de service visée serait ainsi comparable à celle des satellites SkySat (construits par SSL, une société appartenant à MDA) détenus par la société Planet depuis l’achat à Google par cette dernière début février de la société Terra Bella.

MICROGRAVITÉ

Vers les premières expériences au sein du TangoLab
Parabolic Arc, 21 février 2017
La mission effectuée par SpaceX le 19 février dernier (Cf. supra) a permis l’installation des premières expériences scientifiques commerciales à bord du TangoLab, un mini-laboratoire privé développé par la start-up Space Tango.

TÉLÉCOMMUNICATIONS

Fusion Intelsat/OneWeb et projet d’ajout de près de 2000 satellites à la mégaconstellation en orbite basse de la société ainsi créée.
Spacenews, 24 février 2017, 27 février 2017, 28 février 2017
Satnews Daily, 1er mars 2017
Space daily, 28 février 2017
Parabolic Arc, 27 février 2017
OneWeb a annoncé le 23 février son ambition d’ajouter 1972 satellites à sa constellation, qui devait déjà en compter 648, portant le total de la constellation à 2 620 satellites placés à différentes altitudes en orbite terrestre basse.
Le lancement des dix premiers satellites, effectué par Arianespace, est prévu au début de l’année prochaine à bord d’un lanceur Soyouz.
Le 28 février, Intelsat a annoncé avoir engagé un processus de fusion conditionnelle (conditional combination agreement) avec OneWeb, ainsi qu’un partenariat avec Softbank, dans le cadre duquel la société japonaise s’engagerait à investir 1,7 Md$ dans la nouvelle société issue de cette fusion.
Articles connexes précédemment publiés : Bulletin d’actualité Espace n°17-01 et Bulletin d’actualité Espace n°16-23.

MARS

Report de deux ans du Red Dragon
Parabolic Flight, 18 février 2018
SpaceX a annoncé un report de deux ans du premier vol inhabité vers Mars, alors que jusqu’à présent la date fixée était 2018 avec un premier vol habité en 2024. La société a expliqué vouloir se concentrer sur le véhicule habité de desserte de la station spatiale internationale, attendu pour fin 2018 et le développement du Falcon Heavy, dont le vol inaugural est prévu cette année, avec un deuxième vol en fin d’année.

Des charges utiles de la NASA sur des sondes martiennes privées ?
Mars Daily, 1er mars 2017
La NASA a lancé une consultation (RFI) afin d’identifier les opportunités d’emport de petites charges utiles de l’agence susceptibles d’être offertes par le secteur privé.

EXPLORATION ET SCIENCES DE L’UNIVERS

Préoccupations au sujet de la présence potentielle d’un équipage pour la première mission EM-1 d’Orion
Space News, 24 février 2017
L’Aerospace Safety Advisory Panel (ASAP), comité indépendant rapportant à la NASA, a exprimé sa préoccupation sur la récente proposition de la NASA d’envisager que le premier vol de la capsule Orion sur le lanceur lourd SLS (mission EM-1) emporte un équipage.
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°17-04.

SpaceX annonce une mission habitée en orbite lunaire dès 2018
Space Policy Online, 27 février 2017
PRNewswire, 27 février 2017
Space Daily, 27 février 2017, 28 février 2018
The space reporter, 28 février 2017
Spacenews, 27 février 2017, 28 février 2017
Parabolic Arc, 1er mars 2017
Space.com, 1er mars 2017
Alors que la NASA s’apprête à étudier la faisabilité de faire du vol inaugural du Space Launch System (SLS) (mission Exploration Mission-1, EM-1) une mission habitée de huit ou neuf jours en orbite lunaire, SpaceX ambitionne d’envoyer deux passagers payants autour de la lune en 2018 via un lanceur Falcon Heavy, dont le vol inaugural est prévu pour cet été. Les passagers devraient voyager à bord d’une capsule Crew Dragon destinée au transport d’astronautes vers l’ISS et actuellement en cours de développement.
En réaction a cette annoncé la NASA a indiqué dans un communiqué : "NASA commends its industry partners for reaching higher. We will work closely with SpaceX to ensure it safely meets the contractual obligations to return the launch of astronauts to U.S. soil and continue to successfully deliver supplies to the International Space Station".
Pour mémoire, malgré les préoccupations du GAO, SpaceX prévoit le vol d’essai inhabité du Crew Dragon cette année et le vol inaugural habité en 2018.
Articles connexes précédemment publiés : Bulletin d’actualité Espace n°17-04.

Maintien de la sonde Juno dans son orbite initiale
Spacefellowship.com, 17 février 2017
Spacenews, 17 février 2017
La NASA a décidé de maintenir la sonde Juno sur l’orbite autour de Jupiter acquise depuis juillet dernier (53 jours) pour le reste de sa mission, renonçant ainsi à son projet initial de la placer sur une orbite à 14 jours. Le changement aurait nécessité l’allumage de son propulseur principal, une opération que la NASA a reporté à plusieurs reprises en raison d’une anomalie liée à l’ouverture de deux clapets anti-retour d’hélium au niveau du système destiné à la pressurisation des ergols.
Le maintien de la sonde sur cette orbite initiale, qui permettra du reste de limiter le temps d’exposition aux fortes radiations, ne devrait pas entraver ses objectifs scientifiques.
Alors que les projets initiaux prévoyaient la fin de la mission Juno en février 2018, son financement est actuellement assuré jusqu’à juillet 2018. Selon la NASA, la mission pourrait être prolongée au-delà de 2018, ce qui permettrait de réaliser des expériences scientifiques supplémentaires, portant notamment sur la magnétosphère de Jupiter.
La mission Juno est gérée par le Jet Propulsion Laboratory dans le cadre du programme New Frontiers de la NASA.
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°16-28.

Passage en phase de conception pour la mission d’étude du satellite Europe de Jupiter
Spacenews, 22 février 2017
La mission Europa Clipper destinée à l’étude de la lune Europe de Jupiter, que d’aucuns estiment susceptible d’abriter des formes de vie, a passé avec succès l’étape Key Decision Point B (KDP-B) et est désormais entrée en phase de conception préliminaire, ou Phase B, laquelle devrait durer jusqu’en septembre 2018.
Article connexe précédemment publié : Bulletin d’actualité Espace n°17-04.

Découverte d’un système de sept exoplanètes
Air & Cosmos, 24 février 2017
NASA, 17 février 2017
CNRS, 22 février 2017
Une équipe internationale comprenant des chercheurs américains, belges et français (CNRS, CEA et UPMC) a découvert un système solaire de sept exoplanètes, parmi lesquelles au moins trois pourraient présenter des conditions compatibles avec la présence d’eau liquide en surface, et potentiellement de la vie. Celles-ci, de taille similaire à celle de la Terre et de température modérée, orbitent autour de l’étoile naine ultra-froide Trappist 1, située à environ 40 années-lumière, dans la constellation du Verseau.

SECTEUR PRIVÉ

Vers la suppression de l’Ex-Im Bank ?
Spacenews, 17 février 2017 et 18 février 2017
L’Ex-Im Bank figurerait parmi la liste des neuf programmes fédéraux menacés d’annulation dans le cadre d’un plan destiné à dégager 2,5 Md$ d’économies par an.
L’absence de soutien de l’Ex-Im Bank aurait d’ores et déjà conduit Boeing à renoncer aux contrats pour la fabrication des satellites ABS-8 (Bermudes) et Kacific-1 (Singapour). Orbital ATK aurait quant à elle dû renoncer à la commande Intelsat 38/Azerspace 2, au profit de Space Systems Loral, filiale de MDA, laquelle aurait pu bénéficier de l’agence de crédit à l’exportation canadienne.
Le Bureau de la Maison Blanche pour la Gestion et le Budget (OMB) devrait finaliser cette liste d’ici le 13 mars. Le Congrès sera appeler à se prononcer sur le sujet au printemps prochain.

TECHNOLOGIE

La NASA conclut huit partenariats publics-privés dans le domaine des petits systèmes spatiaux (satellites et lanceurs)
PRNewswire, 22 février 2017
Satellite Today, 24 fevrier 2017
A la suite de la consultation Utilizing Public-Private Partnerships to Advance Tipping Point Technologies publiée par le Space Technology Mission Directorate (STMD) en août dernier, la NASA a signé huit partenariats publics-privés concernant des missions de démonstration de capacités de petits systèmes d’une part (avec Trans Astronautica Corporation et ExoTerra Resource) et le développement de technologie de petits lanceurs d’autre part (avec Masten Space Systems, Ventions, Tyvak Nano-Satellite Systems, HRL Laboratories, UP Aerospace, et Orbital Sciences Corporation).
Ces contrats à prix fixes, d’une valeur totale d’environ 17 M$, requièrent une contribution minimale de l’industrie à hauteur de 25%.
Il s’agit de la deuxième initiative cherchant à promouvoir des opportunités publiques-privées portée par la NASA.

Consultation de la NASA pour des charges utiles destinées au mystérieux satellite NSTP-Sat
Lunar and Planetary Institute, 24 février 2017
SpaceNews, 3 mars 2017
La NASA a publié une demande d’informations (RFI) afin d’identifier de potentielles charges utiles à embarquer sur le Science/Technology Platform Satellite (NSTP-Sat) de la NASA. Peu d’informations sont fournies sur ce satellite destiné à être placé à l’horizon 2021 en orbite terrestre basse, moyenne, géostationnaire équatoriale, en orbite lunaire ou au point de Lagrange L1.

Offre de lancement de la NASA entre 2018 et 2020 pour 34 cubesats
Spaceref, 18 février 2017
Dans le cadre de la CubeSat Launch Initiative, la NASA a sélectionné 34 cubesats portés par des entités (secteur académique, ONG et centres de la NASA) relevant de 19 Etats américains différents et du District of Columbia, pour un lancement en passager secondaire en 2018, 2019 ou 2020. Les projets sélectionnés se destinent à des démonstrations technologiques, de la recherche scientifique et/ou au domaine de l’éducation.

PLAN DU SITE