Un matériel hybride permet de détecter des contaminants organiques dans l’atmosphère

Espagne

Actualité
Espagne | Science de la matière : matériaux, physique, chimie, optique
4 septembre 2017

Des chercheurs de l’Université publique de Navarre ont développé un gel ou matériau hybride à base de composants organiques et inorganiques. La porosité de celui-ci permet son usage pour la détection de contaminants organiques atmosphériques comme le benzène, le toluène et le xylène.

La chimiste Paula Moriones Jimenez de l’Université de Navarre a obtenu ce type de matériau hybride qui est hautement poreux, propriété intéressante pour les secteurs pharmaceutique, automobile et électronique. Ces résultats ont été publiés dans le Beilstein Journal of Nanotechnology. Ce matériau a été conçu pour détecter des polluants comme le benzène, le toluène et le xylène mais il pourrait également servir de revêtement étanche.
Le développement de matériaux hybrides est un domaine émergent en science des matériaux. L’intérêt est de combiner la stabilité des composants inorganiques à la versatilité des composants organiques. Leur union permet de conjuguer de chacun et même de les améliorer. Ceux-ci peuvent être transformés en gels, pellicules, fibres, particules ou poudre. Il n’y a pratiquement pas de limite dans les combinaisons de composants organiques et inorganiques pour les. Ils ont une grande variété d’applications en médecine, micro-électronique, capteurs, système optique, industrie automobile, enduits, revêtements superficiels et décoratifs.
Le processus utilisé pour former ce matériau hybride est appelé sol-gel. Il permet la fabrication de matériaux poreux, avec des propriétés contrôlées à température ambiante, qui est un avantage comparé à d’autres processus. Les gels obtenus par ce procédé sont des xerogel, c’est-à-dire des gels dans un état déshydraté sans aucun liquide en leur intérieur.
Les conditions de synthèse de ces matériaux et la proportion d’éléments organiques influent sur le temps de formation des gels ainsi que les propriétés des matériaux obtenus. Par exemple les matériaux peuvent avoir des pores plus ou moins grands, bien que toujours de l’échelle nanométrique. Cette propriété est la clef dans la libération contrôlée d’éléments pharmaceutiques. Certains des matériaux obtenus sont très hydrophobes ce qui permettrait leur application pour retenir, dans l’ensemble ou de manière sélective d’autres matériaux dans l’industrie pharmaceutique, ou de revêtement dans l’industrie de vitre par exemple.

Source

“Un material híbrido para detectar contaminantes orgánicos en la atmósfera”, SINC, 01/08/2017

Rédacteur

Cécile Malavaud - cecile.malavaud[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE