Deux astéroïdes lointains confirment l’hypothèse d’une Neuvième Planète

Espagne

Actualité
Espagne | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
1er mars 2017

Des astronomes espagnols ont récemment caractérisé par spectroscopie des astéroïdes situés au-delà de Neptune. Leurs résultats laissent supposer l’existence d’une planète inconnue dans le Système Solaire.

Les « objets transneptuniens extrêmes » (ETNO), comme leur nom l’indiquent, se situent au-delà de Neptune. Ils sont en orbite à plus de 150 unités astronomiques du Soleil, c’est-à-dire 150 fois plus éloignés du Soleil que la Terre. Nous connaissons 21 de ces objets, mais jusqu’à présent seulement l’un d’entre eux avait pu être observé grâce à la spectroscopie.

Récemment, une équipe de chercheurs dirigés par l’Institut d’Astrophysique des Canaries (IAC) a progressé dans la caractérisation physique de ces objets, en collaboration avec deux chercheurs de l’Université Complutense de Madrid, Carlos et Raúl de la Fuente Marcos. Le grand télescope CANARIAS a permis d’observer pour la première fois, avec des techniques spectroscopiques, deux objets transneptuniens extrêmes : 2004 VN112 et 2013 RF98.

Les propriétés dynamiques de ce couple d’astéroïdes suggèrent qu’ils ont une origine commune. Plus important : cela laisse supposer qu’il y aurait dans notre système solaire une ou plusieurs planètes inconnues jusqu’alors. Carlos et Raúl de la Fuente Marcos ont fait partie des premiers à avancer cette hypothèse, en 2015 dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

JPEG - 70.6 ko
Les mouvements des objets transneptuniens extrêmes (ETNO) comme celui de droite suggèrent qu’il existe au moins une planète inconnue (à gauche) au confins du système solaire. (Crédits : José Antonio Peñas, SINC)

Liens d’intérêts

Instituto de Astrofísica de Canarias (IAC)

Référence bibliographique

Julia de León, Carlos de la Fuente Marcos y Raúl de la Fuente Marcos. “Visible spectra of (474640) 2004 VN112 – 2013 RF98 with OSIRIS at the 10.4m GTC : evidence for binary dissociation near aphelion among the extreme trans-Neptunian objects”. Monthly Notices of the Royal Astronomical Society (2017) 467 (1) : L66-L70. DOI : https://doi.org/10.1093/mnrasl/slx003

Source

Dos asteroides lejanos apoyan la hipótesis del Planeta Nueve, SINC, 17/02/2017

Rédacteur

Elsa Masson - elsa.masson[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE