Des chercheurs espagnols conçoivent le premier médicament antidouleur qui s’active grâce à la lumière

Espagne

Actualité
Espagne | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
28 avril 2017

Ce nouveau médicament photosensible permet de contrôler le processus d’action pharmacologique avec une meilleure précision spatiale et temporelle que les traitements conventionnels.

Des scientifiques de l’Institut de Neurosciences de l’Université de Barcelone, de l’Institut de Recherche Biomédicale de Bellvitge (IDIBELL) et de l’Institut de Chimie Avancée de Catalogne (IQAC-CSIC) ont conçu le premier médicament qui s’active grâce à la lumière, pour le traitement de la douleur. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue eLife.

Ce médicament est la première utilisation de l’optopharmacologie pour améliorer le traitement de la douleur. L’optopharmacologie est une discipline émergente qui utilise la lumière pour contrôler l’activité des médicaments. Dans le cas présent, ce médicament appelé JF-NP-26 peut s’activer avec la lumière localement au moment voulu. Le procédé de photosensibilisation consiste à modifier chimiquement un médicament dont l’effet est connu pour le rendre photosensible et l’inactiver. Il s’active lorsqu’un faisceau de lumière est dirigé vers lui grâce à une fibre optique, avec une longueur d’onde appropriée et une précision millimétrique. De cette manière, l’action pharmacologique est déterminée à l’exposition à la lumière.

Cette technique permet d’éviter certains effets secondaires de la molécule libérée dans le cas de ce médicament, le raseglurant.

L’enjeu de ces recherches est de développer l’optopharmacologie afin de résoudre de nombreux problèmes associés à la pharmacologie conventionnelle. Ces traitements pourraient permettre de soigner autrement la maladie de Parkinson ou le psoriasis, par exemple.

Source

“Diseñan el primer fotofármaco para el tratamiento del dolor”, Université de Barcelone, 11/04/2017

Référence bibliographique

Joan Font et al., “Optical control of pain in vivo with a photoactive mGlu5 receptor negative allosteric modulator”, eLife, 2017. DOI : 10.7554/eLife.23545

Liens d’intérêt

Faculté de Médecine et Sciences de la Santé de l’Université de Barcelone, Institut de Neurosciences de l’Université de Barcelone, Institut de Recherche Biomédicale de Bellvitge (IDIBELL), Institut de Chimie Avancée de Catalogne (IQAC-CSIC).

Rédacteur

Elsa Masson - elsa.masson[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE