La Fondation danoise pour la recherche fondamentale sélectionne 10 nouveaux centres d’excellence

Danemark

Actualité
Danemark | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
2 mai 2017

La Fondation danoise pour la recherche fondamentale promeut et finance la recherche scientifique au Danemark. Elle soutient notamment la recherche de très haut niveau au travers du programme des "centres d’excellence". En avril 2017, dix nouveaux centres d’excellence ont été sélectionnés.

La Fondation danoise pour la recherche fondamentale ((Danmarks Grundforskningsfond, DNRF) est une organisation indépendante créée en 1991 par le parlement danois. Elle promeut et finance au Danemark la recherche scientifique de pointe dans tous les domaines. Pour cela, elle dispose principalement de deux programmes de financement : le programme professoral Niels Bohr, permettant d’attirer des chercheurs étrangers de renom ou de faire revenir au Danemark des chercheurs danois partis à l’étranger, et les "centres d’excellence". L’objectif de ce dernier programme est de renforcer la recherche danoise en donnant les meilleures conditions de travail possibles à des chercheurs de très haut niveau.

Souvent situés dans des universités, les centres d’excellence sont des unités de recherche sélectionnées dans le cadre d’un processus très compétitif (deux étapes, taux de succès d’environ 6%). Ils sont alors subventionnés de manière importante, avec une enveloppe moyenne de 10 millions d’euros pour une période pouvant aller jusqu’à 10 ans.

Depuis 1993, 100 centres d’excellence ont été ainsi créés. 39 sont actuellement actifs [1]. Les dix nouveaux centres sélectionnés se partageront une enveloppe totale d’environ 81 millions € pour la première phase (6 ans). 54 millions € sont prévus pour les éventuelles 4 années supplémentaires.

Parmi les dix nouveaux centres sélectionnés en 2017, l’université de Copenhague, avec quatre laboratoires et un budget de 31,8 millions €, arrive en tête. Elle est suivie de l’université de Aarhus (trois centres et une enveloppe de 24,2 millions €) puis de l’université technique du Danemark (DTU ; deux centres et un budget de 16,3 millions €).

Comme le montre le tableau ci-dessous, les centres sélectionnés se concentrent dans le domaine des sciences, des technologies, et de l’ingénierie (STI). Deux laboratoires de l’université de Copenhague font exception : le centre pour la vie privée (PRIVACY - laboratoire de droit), et le centre d’études des comportements économiques et des inégalités (CEBI - laboratoire d’économie).

Dans le domaine des STI, on notera l’importance accordée à la biomédecine (deux centres retenus : CEMist ; PROMEMO) et à la physique quantique (le centre pour les états quantiques macroscopiques, BigQ, et le centre pour les réseaux hybrides quantiques, Hy-Q). Dans ce dernier champ, le Danemark renforce ainsi son expertise. Plusieurs projets et financements ont en effet été accordés ces dernières années, en particulier pour la recherche consacrée au développement d’ordinateurs quantiques. Ainsi, un nouveau centre pour la physique quantique avait été créé au printemps 2016, grâce à un financement de 10,8 millions € de la DNRF et de la Fondation Villum. Par ailleurs, l’université de Copenhague a déjà obtenu en 2012 un centre d’excellence pour les appareils quantiques. Fin 2016, ce centre de recherche et Microsoft avaient décidé d’étendre leur collaboration sur les ordinateurs quantiques [2]. Enfin, récemment, un laboratoire quantique destiné aux lycéens danois a ouvert à la DTU, dans le but de créer des vocations et d’assurer la formation de futurs chercheurs [3].

Liste des 10 nouveaux Centres d’Excellence au Danemark en 2017
Chercheur porteurUniversitéLaboratoireDomaineFinancement de la 1ère phase (millions €)
Ulrik Lund Andersen Université technique du Danemark (DTU) Centre pour les états quantiques macroscopiques (BigQ) Technologies quantiques 8,5
Mette Birkedal Bruun Université de Copenhague (KU) Centre pour la vie privée (PRIVACY) Droit 6,8
Lone Gram Université technique du Danemark (DTU) Centre pour les métabolites secondaires microbiens (CEMiSt) Biotechnologies, biomédecine 7,8
Jørgen Kjems Université d’Aahrus (AU) Centre des modèles de signaux cellulaires (CellPAT) Biologie, nanotechnologies 8,2
Claus Thustrup Kreiner Université de Copenhague (KU) Centre d’étude des comportements économiques et des inégalités (CEBI) Economie 7,7
Peter Lodahl Université de Copenhague (KU) Centre pour les réseaux hybrides quantiques (Hy-Q) Physique quantique 8,4
Susanne Mandrup Université du Danemark Sud (SDU) Centre pour la génomique fonctionnelle et la plasticité des tissus (ATLAS) Biochimie, biologie moléculaire 8,8
Lars Peter Nielsen Université d’Aahrus (AU) Centre pour l’électro-microbiologie (CEM) Biologie 7,6
Anders Nykjær Université d’Aahrus (AU) Centre pour les protéines dans la mémoire (PROMEMO) Biomédecine 8,4
Sune Toft Université de Copenhague (KU) Centre de l’aube cosmique (DAWN) Astronomie 8,9


[1] Liste des centres d’excellence actifs : http://dg.dk/en/centers-of-excellence-2/list-of-centers

[2] Voir l’article "L’université de Copenhague collabore avec Microsoft sur les ordinateurs quantiques" sur France Diplomatie, www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/diplomatie-scientifique/veille-scientifique-et-technologique/danemark/article/nov-dec-2016-breves-en-informatique-technologies-de-l-information-et

[3] Voir l’article "Un laboratoire de physique quantique ouvert aux lycéens danois" sur France Diplomatie, http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/diplomatie-scientifique/veille-scientifique-et-technologique/danemark/article/mar-avr-2017-breves-en-sciences-de-l-ingenieur-aeronautique-mecanique


Sources :


Auteurs  : Alexis David (ad[a]institutfrancais.dk), Nathalie Avallone (na[a]institutfrancais.dk)

PLAN DU SITE