Accès rapide :

Le ministère de la Science coréenes dévoile ses politiques pour 2017

Corée du Sud

Actualité
Corée du Sud | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique
2 février 2017

Dans son plan 2017 présenté au président par intérim et Premier ministre Hwang Kyo-ahn, le ministère ministère de la Science, des TIC et de la Planification du futur a annoncé qu’il ferait la promotion des industries stratégiques clés pour aider les entrepreneurs et scientifiques à s’adapter aux transformations industrielles rapides et se préparer à la « quatrième révolution industrielle ».

Le ministère a fait part de son objectif de favoriser le développement des technologies de l’information et de la communication qui serviront à la quatrième révolution industrielle.
10 secteurs, comprenant l’Internet des objets (IdO) et l’intelligence artificielle (IA), ont été désignés comme susceptibles de créer des opportunités commerciales et générer des bénéfices importants dans le futur.
L’objectif de ces projets est de stimuler l’économie nationale en transformant des idées innovantes à travers les sciences et les technologies et en faisant converger les différentes industries pour multiplier les opportunités commerciales.

Pour soutenir les efforts des scientifiques, le ministère a indiqué qu’il offrirait cette année des fonds de recherche pouvant aller jusqu’à 30 millions de wons (24.000 euros) par personne à 1.000 jeunes scientifiques.

Il continuera à encourager les start-up en 2017 et fournira des opportunités de travail à des jeunes demandeurs d’emploi dans des jeunes pousses. Il poursuivra aussi son aide aux 17 centres répartis à travers le pays et destinés à guider les nouveaux entrepreneurs.

Les start-up n’ayant pas à disposition de réseau marketing à l’étranger pourront recevoir une assistance du ministère, qui leur proposera des services juridiques et comptables pour cibler notamment les marchés stratégiques comme l’Asie du Sud-Est et l’Europe de l’Est.

Par ailleurs, un fonds spécial de 150 milliards de wons (115 millions d’euros) sera établi pour donner un coup de pouce aux start-up et autres entreprises innovatrices dans les secteurs des sciences et des technologies. Il servira à mettre en place des infrastructures pour les secteurs des sciences fondamentales et les nouveaux moteurs de croissance.

Le ministère a ajouté qu’il a alloué un budget de 3,4 milliards de wons (2,7 millions d’euros) pour le développement de nouveaux médicaments et un autre de 2,4 milliards de wons (1,9 millions d’euros) pour la mise au point d’instruments médicaux. Ces budgets font partie des efforts du ministère visant à renforcer la bio-industrie, perçue comme l’autre futur grand moteur de croissance du pays, avec les technologies de l’information et de la communication

Booster la R&D dans le secteur des services

Le gouvernement a annoncé son plan de doubler d’ici à cinq ans les dépenses de recherche et développement (R&D) dans le secteur des services afin de trouver de nouveaux moteurs de croissance, alors que le secteur manufacturier tend à s’essouffler.

Le ministère de la Science, des TIC et de la Planification du futur a détaillé qu’il consacrerait en 2021 un budget R&D de 1.250 milliards de wons (1 milliard d’euros) au secteur des services, plus précisément pour les logiciels, la médecine et le tourisme.
Pour cette année, la somme allouée est de 664,7 milliards de wons (530 millions d’euros).

Le plan a été conclu lors d’une réunion gouvernementale dirigée par le ministre des Finances Yoo Il-ho. À travers ce plan, le gouvernement offrira aussi des avantages fiscaux plus importants et d’autres mesures incitatives avec la perspective de renforcer le secteur des services du pays.

Le secteur manufacturier, dont la santé dépend fortement des exportations, a représenté près de 30% du produit intérieur brut (PIB) de la nation pour la période 2010-2015 alors que son taux d’emploi se situait à environ 17%.
Celui des services, pour sa part, a renforcé sa présence dans l’économie nationale, en englobant 70% des personnes actives du pays en 2015. Cependant, il n’a contribué qu’à hauteur de 60% à la valeur ajoutée totale de la nation du fait de la faible productivité de la main-d’œuvre de ce secteur.

Les investissements R&D dans les services ne constituent que 8,6% du total des dépenses de cette année, tandis que la part était de 13,2% en Allemagne en 2013 et de 12,4% au Japon en 2014. L’objectif du ministère est d’augmenter le ratio à 13% en 2021.

Sources :
YONHAP NEWS
http://french.yonhapnews.co.kr/techscience/2017/01/06/0700000000AFR20170106000900884.HTML
http://french.yonhapnews.co.kr/techscience/2017/02/01/0700000000AFR20170201001000884.HTML

PLAN DU SITE