L’odorat : une nouvelle piste pour diagnostiquer la maladie d’Alzheimer avant l’apparition des premiers symptômes

Corée du Sud

Actualité
Corée du Sud | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie | Médecine individualisée
29 septembre 2017

Les chercheurs du DGIST se sont intéressés a la perte de capacités olfactives, apparaissant avant les premiers symptômes connus de la maladie d’Alzheimer, pour permettre un diagnostic anticipé.

L’équipe de recherche du Pr. MOON Cheil, de l’Institut des sciences et technologies de Daegu Gyeongbuk (DGIST), a identifié le mécanisme de déficiences olfactives des patients atteints des premiers stades de la maladie d’Alzheimer.

Plus tôt est réalisé le diagnostic de la maladie, plus les chances de traitement sont importantes. Or un lien entre Alzheimer et les déficiences olfactives ayant été récemment démontré, les chercheurs se sont penchés non seulement sur le cerveau, mais aussi sur le système nerveux olfactif. Ils ont constaté que les premières déficiences olfactives survenaient six mois après le début de la maladie, soit bien avant les quatorze mois à partir desquels les malfonctions cérébrales apparaissent.

Il est connu qu’au début de la maladie une protéine toxique appelée « bêta-amyloïde » est surexprimée et s’accumule dans le cerveau, affectant les neurones dans le système nerveux central. L’équipe de recherche a cependant détecté cette protéine dans l’épithélium olfactif, un système nerveux périphérique, et a prouvé qu’elle a un effet fatal sur les cellules nerveuses de ce système, entraînant directement une perte des capacités olfactives.

Cette étude, parue dans la revue Cell Death & Disease, permet d’envisager de nouvelles pistes pour détecter de façon anticipée la maladie d’Alzheimer, et pour développer des technologies curatives.

Source : ici

Auteur : Pôle scientifique et universitaire - Ambassade de France en Corée du sud | kim.picard-chaibi[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE