10 innovations présentées au salon 2017 du KAIST

Corée du Sud

Actualité
Corée du Sud | Science de la matière : matériaux, physique, chimie, optique | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique | Big Data | Stockage de l’énergie
18 septembre 2017

L’Institut coréen des sciences et technologies avancées (KAIST) dévoile 10 innovations à la pointe de la technologie à l’issue de son salon « 2017 KAIST Tech showcase ».

L’Institut coréen des sciences et technologies avancées (KAIST) a dévoilé 10 innovations à la pointe de la technologie lors du salon « 2017 KAIST Tech showcase », le 12 septembre 2017 à Séoul. Déjà brevetées, ces innovations sélectionnées en fonction de leur potentiel commercial ont été développées par des professeurs et chercheurs du KAIST. Ces technologies concernent les domaines de la 4e révolution industrielle, soit : les technologies de l’information et de la communication, les véhicules autonomes, l’intelligence artificielle, la robotique, l’internet des objets, les nanotechnologies ou encore les mégadonnées.

Capteur en nanofibres pour le suivi médical

Le but de l’équipe de recherche du Pr. KIM Il-Doo était d’analyser l’air expiré pour observer les changements de sa composition qui peuvent enclencher des maladies. Pour ce faire, les chercheurs ont développé des capteurs chimiques de gaz constitués de catalyseurs encapsulés dans des protéines, permettant de détecter des maladies spécifiques. En s’appuyant sur une base de données préétablie, le repérage de biomarqueurs par le capteur couplé à une reconnaissance de motifs récurrents permet un suivi médical en continu et à faible coûts.

Technologie pour soigner le cancer à l’aide de mégadonnées et de la stimulation de réseaux biologiques

La très grande variabilité de la réponse du cancer aux traitements a prouvé le peu d’efficacité de la méthode traditionnelle, consistant à anticiper la réponse à l’aide d’une analyse statique des altérations de l’ensemble du génome. L’équipe de recherche menée par le Pr. CHO Kwang-Hyun a pris le contrepied, en proposant une méthode intégrant les données génomiques du cancer ainsi que des réseaux biologiques dynamiques, qui, automatiquement, prévoit la réponse au traitement tout en proposant une combinaison efficace de médicaments. La technologie développée permet de réduire les coûts de production de médicaments en évaluant les effets potentiels avant le développement en laboratoire. Elle ouvre entre autres de nouvelles perspectives quant à la compréhension des mécanismes de réponse du corps humain à tout type de traitement.

Capteur de déformation extrêmement étirable pouvant être porté sur soi

Pour améliorer la flexibilité de son capteur de déformation, au lieu d’utiliser des matériaux conventionnels (métaux, semi-conducteurs) ou de nouveaux matériaux (coûteux et complexes à produire), l’équipe de recherche du Pr. PARK O Ok a utilisé un fil étirable comme substrat couplé à une technique d’assemblage couche par couche. Cette nouvelle technologie permet de contrôler la sensibilité et la taille du capteur tout en lui procurant une flexibilité inégalée, et ce, à moindre coûts.

Appareil de sécurisation des données pour puces et mémoires flash

L’équipe du Pr. CHOI Yang-Kyu a développé un appareil physique pour répondre à la demande croissante d’amélioration des méthodes de sécurisation des systèmes informatiques à l’ère de l’internet des objets. Cette innovation se base sur des nanotechnologies telles que les déformations mécaniques dans un nanofil, la dégradation électrique dans un transistor à effet de champ ou encore la suppression de données thermiques stockées dans la couche de piégeage de charge des mémoires flash. Comparée aux méthodes de sécurité logicielles, cette technologie applicable aux circuits logiques et aux mémoires flash est particulièrement sûre, car elle ne peut être dupliquée par des usagers non autorisés.

Appareil de neuro-imagerie portatif

Pour remédier au diagnostic souvent trop tardif des maladies cérébrales, l’équipe de recherche du Pr. BAE Hyeonmin a développé un appareil de neuro-imagerie par spectroscopie proche de l’infrarouge, NIRSIT, qui permet la visualisation d’une imagerie fonctionnelle du cerveau. NIRSIT utilise la lumière pour détecter les changements hémodynamiques du flux sanguin du cerveau et affiche sur une tablette les régions actives de la zone préfrontale du cerveau en temps réel. C’est le premier dispositif sans fil et portable conçu dans un but clinique et pour la recherche sur le cerveau.

Technologie pour donner à des créatures virtuelles les émotions digitales de l’utilisateur

L’équipe de recherché menée par le Pr. KIM Jong-Hwan a voulu créer un agent informatique optimisé et possédant une personnalité proche des humains, pouvant offrir des services émotionnels aux utilisateurs. Le logiciel Darwin C (Digital Agent Reconstruction with Intelligence and Natural Character) se base sur une masse importante de données personnelles collectées depuis un smartphone, telles que les conversations de l’utilisateur, ses déplacements, photos, musiques, etc. Avec ce logiciel, une fois « l’ADN » digital de l’utilisateur (soit son apparence, sa voix et sa personnalité en ligne) extrait, l’application crée un agent informatique en 3D caractéristique d’un individu que l’utilisateur souhaite rencontrer (parent, enfant, célébrité, etc.). L’équipe espère que cette technologie aidera les utilisateurs à mieux connaître leurs proches et à maintenir leurs relations.

Système métrologique de précision à laser intégré pour usines intelligentes

Une nouvelle méthode de métrologie optique a été développée par l’équipe du Pr. KIM Seung-woo, permettant de surmonter les limites de la traditionnelle méthode du temps de vol qui se confrontait au temps de réponse trop faible des photodétecteurs ainsi qu’à la quantité de cibles (une cible pour un appareil). Elle utilise un système de mesure de distance laser de haute précision pour surveiller le statut (position, coordonnées 3D, déformation thermique) de plusieurs cibles en même temps grâce à un seul appareil. Il est aussi possible d’augmenter facilement le nombre de cibles surveillées, en ajoutant un appareil divisant le faisceau laser. Cette technologie vise à réduire les coûts et la complexité, mais permet aussi le suivi en temps réel de la production.

Technologie de navigation pour robot autonome dans un environnement dynamique extérieur et intérieur

Pour démocratiser la reconnaissance d’environnement, qui aujourd’hui demande des capteurs très coûteux, notamment en extérieur, l’équipe de recherche du Pr. MYUNG Hyun a développé la technologie SLAM (Simultaneous Localization and Mapping). SLAM se base sur une méthode de construction de carte haute définition en 3D, un scanner laser 2D bon marché ainsi qu’une méthode de localisation fondée sur le champ magnétique. Ainsi, cette technologie permettrait d’augmenter la précision de localisation et de cartographie de 10cm en utilisant uniquement des capteurs à faibles coûts, tout en facilitant la reconnaissance pour les environnements les plus difficiles à appréhender.

Technologie pour optimiser les circuits intégrés formant les faisceaux 5G

Une nouvelle structure de circuits intégrés, à l’origine de la formation des faisceaux 5G, hautement linéaires, hyperminiaturisés et à faible puissance a été dévoilée par l’équipe du Pr. HONG Songcheol. Cette structure réduit drastiquement à la fois la taille de la puce et la dissipation d’énergie du courant continu, permettant la création d’antennes 5G émettant des ondes millimétriques. Elle peut être appliquée à de nombreux domaines parmi lesquels l’automobile, les drones ou encore les interfaces homme-machine.

Nouvelle technologie d’accès multiple par division de faisceau (BDMA)

L’utilisation d’un réseau 5G nécessite des technologies permettant des transmissions dans une nouvelle bande de fréquences. Avec la technologie BDMA actuelle, la même fréquence est utilisée dans plus de deux endroits à l’aide de formation de faisceaux. L’amélioration de cette technologie par l’équipe du Pr. CHO Dong Ho, baptisée P2BDMA (pattern or polarization beam division multiple access technology), permet un plus grand degré de liberté aux canaux de communication sans fil. Elle permet aussi la transmission, dans des bandes de fréquences, d’ondes millimétriques en utilisant le motif de polarisation caractéristique des ondes radio. L’avantage de cette technologie est qu’elle résout le problème du manque de fréquences et qu’elle augmente la vitesse de transmission des données, tout en utilisant la large bande de fréquences de façon plus efficiente. Elle devrait jouer un rôle central pour les opérateurs de télécommunications et pour le développement de l’internet des objets.

Source : ici

Auteur : Pôle scientifique et universitaire - Ambassade de France en Corée du sud | kim.picard-chaibi[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE