Chine : le grand bond en avant du big data

Chine

Actualité
Chine | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique | Big Data
25 septembre 2015

Avec 1,3 milliards d’habitants, un taux de pénétration d’Internet avoisinant les 50% et 91% des internautes connectés aux réseaux sociaux, la Chine génère une gigantesque masse de données chaque année. Réguler, analyser et stocker ces flux d’informations s’avère d’ores et déjà stratégique à court terme pour le pays, et le gouvernement vient d’émettre pour la première fois ses directives officielles sur le sujet.

La nouvelle est tombée samedi 5 septembre dernier dans un communiqué du Conseil des Affaires d’Etat ratifié par le Premier ministre chinois, Li Keqiang. L’exploitation du big data devra dorénavant suivre un protocole offciel précis, selon un nouveau mode de gouvernance sociale qui devrait être entièrement opérationnel d’ici 5 ans.

Au programme, plusieurs plateformes de partage des données publiques, à l’échelle départementale d’ici 2017 et nationale d’ici 2018. La gestion du big data devrait s’appliquer à l’ensemble des secteurs publics (transports, emploi, culture, éducation, science, services météorologiques, etc… ) mais devrait concerner en priorité les deux domaines stratégiques que sont l’agriculture et la santé.

  • L’introduction des technologies numériques et du big data dans le secteur agricole est actuellement au cœur du plan d’action "Internet Plus" dévoilé par le gouvernement début juillet. En effet, alors que le taux de pénétration frôle les 75% dans les villes les plus modernes, il n’atteint que 27% en milieu rural. Le sujet est devenu le cheval de bataille du vice-Premier ministre Wang Yang, qui souhaite améliorer les infrastructures liées à internet mais également former des agriculteurs technophiles et encourager le développement de logiciels de suivi des cultures. Le tout passant par l’exploitation d’un ensemble de données recueillies via des capteurs sur le terrain : hygrométrie, ensoleillement, chimie du sol, etc…
  • Le marché de la santé, déjà florissant en Chine, a explosé depuis l’introduction d’Internet. Tiré par les services, il pourrait passer de 3 milliards de dollars en 2014 à 110 milliards en 2020, d’après une étude du cabinet Boston Consulting Group. Face à cette révolution, la politique de santé publique chinoise s’essouffle : les inégalités d’accès aux soins, l’insuffisance des structures de soins spécifiques ou la complexité du système de santé requièrent une réforme à court terme. Une excellente occasion pour le gouvernement de donner à l’exploitation du big data une place de premier choix. Le plan numérique dévoilé en juillet dernier prévoit ainsi la mise en place de dossiers médicaux numériques, l’intensification des échanges statistiques entre les hôpitaux, ou l’utilisation des moteurs de recherche pour traquer les épidémies. Plusieurs hôpitaux sont également autorisés à réaliser des diagnostics en ligne, sur la base d’algorithmes utilisant le big data médical.

Les objectifs de ces directives tous secteurs confondus sont ambitieux : la Chine souhaite pousser plusieurs de ses marques sur la scène internationale, placer dix entreprises aux premiers rangs mondiaux et 500 compagnies spécialisées dans l’application, les services et la fabrication du big data.

Sources

http://french.xinhuanet.com/2015-09/14/c_134623485.htm
http://french.cri.cn/621/2015/09/06/702s447849.htm
http://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/021328923165-la-sante-en-ligne-promise-a-une-forte-croissance-en-chine-1155846.php

Rédacteur

Amélie Guiot-Zimmermann, amelie.guiot-zimmermann[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE