Rechercher la source des allergies

Canada

Actualité
Canada | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
23 mai 2017

Les chercheurs de l’Université de Queen et du Kingston Health Sciences Center en Ontario ont publié les premiers résultats émanant de la Kingston Allergy Birth Cohort – une étude suivant l’origine et le développement des allergies chez presque 400 duos mères-enfants sur une période allant d’avant la naissance jusqu’au début de l’enfance.

L’étude a confirmé bon nombre de facteurs déjà connus pour jouer un rôle dans le développement des troubles respiratoires. Elle a aussi permis de découvrir un nouveau lien entre l’utilisation de désodorisants et le développement de problèmes respiratoires. Les chercheurs ont demandé aux parents d’indiquer l’apparition de symptômes de problèmes respiratoires –tels qu’une respiration bruyante, l’utilisation de médicaments pour traiter l’asthme, etc.- dans la première année de la vie de l’enfant. Les parents devaient aussi indiquer les facteurs internes et externes pouvant être impliqués dans le développement d’allergies.

« La Kingston Allergy Birth Cohort représente un nouveau groupe expérimental, » dit Anna Ellis, l’auteure principale et maître de conférences aux départements de médecine et de sciences biomédicales & moléculaires. « Kingston présente de nombreuses caractéristiques uniques : le taux de fumeurs est au-dessus de la moyenne nationale, la population est à la fois urbaine et rurale, et il y a un large éventail de niveau socio-économique. Tous ces facteurs nous permettent d’avoir un point de vue unique sur les différents facteurs impliqués dans le développement des allergies. »

L’étude de la cohorte a pris en compte les exposomes des patients – c’est à dire la combinaison des facteurs internes et externes pouvant jouer un rôle dans la santé d’un patient. Cela inclut les facteurs externes généraux (comme le statut socio-économique), les facteurs externes spécifiques (comme l’exposition à la fumée de cigarette) ainsi que les facteurs internes (comme l’âge, les antécédents familiaux). Dr. Ellis et son équipe ont été ensuite capables de déterminer quelles expositions étaient associées les unes aux autres de manière significative, puis de contrôler les différents facteurs individuellement pour déterminer quelles corrélations pourraient être pertinentes.

Les chercheurs ont découvert une corrélation positive jusque-là inconnue entre l’utilisation de désodorisants dans la maison et les troubles respiratoires, indépendamment d’autres causes. L’étude confirme aussi un nombre de corrélations précédemment connues entre les facteurs d’exposome et la probabilité de développer des troubles respiratoires. L’exposition à la fumée de tabac durant la grossesse augmente la probabilité de troubles respiratoires, alors que les facteurs post-nataux (comme l’allaitement, la présence d’autres frères et sœurs ou l’âge de la mère au moment de la grossesse) sont corrélés avec peu de cas d’allergie.

Dr Ellis explique que la capacité de suivre la cohorte – dont beaucoup sont maintenant âgés entre 3 et 5 ans –durant une partie de leur vie permettra une compréhension plus poussée des facteurs contribuant aux développements d’allergies. Des études plus poussées impliquant cette cohorte sont en cours, utilisant des tests cutanés pour identifier les allergies, ainsi que des recherches directement dans les foyers.

« C’est le premier vrai retour que nous avons pour les participants de la Kingston Allergy Birth Cohort, » explique le Dr. Ellis. « Il y a tellement d’autres facteurs qui peuvent contribuer au développement d’allergies. Avec l’approche utilisée sur notre cohorte, nous sommes capables de prendre en compte à la fois les facteurs généraux externes, les facteurs spécifiques externes et les facteurs internes pouvant contribuer au développement des allergies et en déduire ce qui est vraiment significatif. »

En savoir plus :
[Ann. Allergy Asthma Immunol Avril 2017 ; 118(4):465-473, doi:10.1016/j.anai.2017.01.002. Annals of Allergy, Asthma & Immunology : The Kingston Allergy Birth Cohort, Exploring parentally reported respiratory outcomes through the lens of the exposome

Source :
Nouvelles de l’université de Queens – 11 Avril 2017
http://www.queensu.ca/gazette/stori...

Rédacteur :
Morgane SEITÉ - Chargée de Mission pour la Science et la Technologie à Toronto – morgane.seite[a]diplomatie.gouv.f

PLAN DU SITE