La Belgique investit pour l’éradication de la maladie du sommeil

Belgique

Actualité
Belgique | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
25 avril 2017

Le Vice-Premier Ministre et Ministre de la Coopération au Développement Alexander De Croo a fait part de son intention d’éradiquer la maladie du sommeil à l’horizon 2025 aujourd’hui à Genève, où se réunissent les spécialistes mondiaux de la santé pour discuter des maladies tropicales négligées. Si on ne s’attaque pas à la maladie du sommeil, plus de 50 millions de personnes risquent de contracter la maladie.

Le Ministre De Croo a annoncé à Genève que la Belgique allouerait 25,3 millions d’euros au cours des neuf prochaines années pour éradiquer la maladie du sommeil. En outre, la Fondation Bill et Melinda Gates s’est engagée à verser une contribution égale à celle de la Belgique dans la lutte contre la maladie du sommeil. À l’occasion de la réunion des partenaires mondiaux sur les maladies tropicales négligées à Genève, la Belgique rejoint également officiellement la coalition internationale pour surveiller, éliminer et éradiquer dix maladies tropicales négligées.

Une expertise mondiale de pointe

L’annonce du Ministre De Croo survient après la décision prise par la Belgique d’investir 11,2 millions d’euros dans un programme quinquennal pour des méthodes novatrices de surveillance de la maladie du sommeil à l’Institut belge de Médecine tropicale, un des principaux instituts dans le monde dans la formation et la recherche pour la médecine tropicale.

« Nous nous trouvons à un moment charnière. L’élimination définitive de la maladie du sommeil est réalisable. La Belgique a fait ses preuves dans le domaine et peut compter sur une expertise scientifique reconnue dans le monde entier. Grâce à l’engagement collectif de partenaires forts des secteurs public et privé, je suis persuadé que nous atteindrons notre objectif. Ensemble, souhaitons bonne nuit à la maladie du sommeil… une bonne fois pour toutes » a déclaré le Vice-Premier Ministre et Ministre de la Coopération au Développement Alexander De Croo.

Bill Gates, co-président de la Fondation Bill et Melinda Gates, a déclaré : « Les efforts constamment déployés par la Belgique pour éradiquer la maladie du sommeil en République démocratique du Congo constituent quelques-unes des plus grandes avancées réalisées dans la lutte contre les maladies tropicales négligées. Nous nous réjouissons de poursuivre notre collaboration avec la Belgique et d’autres partenaires dans notre lutte collective contre ces maladies qui causent tant de souffrance auprès des populations les plus pauvres du monde. »

Plus de 50 millions de personnes menacées

Selon l’Organisation mondiale de la santé, jusqu’à 20 000 personnes pourraient être infectées par la maladie du sommeil dans le monde. En l’absence de traitement, le taux de mortalité de la maladie du sommeil est de près de 100% et plus de 50 millions de personnes risquent de contracter la maladie. À l’heure actuelle, la maladie du sommeil s’étend sur 24 pays. L’an dernier, 13 de ces 24 pays ont signalé de nouveaux cas, totalisant près de 3000 nouveaux malades. La République démocratique du Congo est le pays le plus touché, recueillant 85% des nouveaux cas enregistrés.

La maladie du sommeil, ou Trypanosomiase humaine africaine (THA), est causée par un parasite transmis par la mouche tsé-tsé. Le premier stade de la maladie se caractérise par des poussées de fièvre et une faiblesse accrue. Au cours de la seconde phase, le cerveau est touché, ce qui entraîne des modifications dans les cycles de sommeil et des insomnies qui aboutissent à un coma irréversible, d’où le nom de maladie du sommeil.

Des traitements et des diagnostics plus simples et plus sûrs

L’expertise de la Belgique dans la lutte contre la maladie du sommeil est largement reconnue. La maladie du sommeil avait presque disparu lorsque le Congo est devenu indépendant au début des années 1960. Mais après une période de chaos et d’instabilité, la maladie est revenue en force. Une deuxième tentative a été effectuée au cours des années 1980 alors que la maladie du sommeil commençait à reculer à nouveau. Mais une nouvelle période de chaos et d’instabilité est venue compromettre les progrès réalisés.

« L’éradication de la maladie du sommeil est à notre portée pour la troisième fois. Mais cette fois-ci, toutes les chances sont de notre côté. Des recherches innovantes ont conduit à des diagnostics, traitements et préventions plus simples et plus sûrs. Des kits de dépistage rapide remplacent les anciens diagnostics complexes, l’administration orale de comprimés remplacera les injections et infusions toxiques, et les outils numériques et les cartes satellites pour les zones clés permettent plus facilement de signaler et de suivre les infections et de créer les programmes locaux pertinents et utiles sur le terrain. Dans la lutte antivectorielle, de nouvelles « cibles minuscules », simples et peu coûteuses, sont visées de plus en plus souvent pour réduire les populations de mouches tsé-tsé, ce qui réduit considérablement les contacts répétés humain/mouche nécessaires à la transmission du parasite. Ces innovations catalysent l’ambition de la Belgique de mener le combat pour l’éradication de la maladie du sommeil, » a conclu M. De Croo.

Engagement à l’égard des Objectifs de développement durable

Le projet de la Belgique d’éradiquer la maladie du sommeil s’inscrit dans son engagement à l’égard des Objectifs de développement durable. Les maladies tropicales négligées, telles que la maladie du sommeil, touchent essentiellement les plus pauvres. S’attaquer de front à ces maladies a un impact positif direct sur la vie de nombreuses populations.

Source  : Communiqué publié le 19 avril 2017 sur le site internet du Ministère belge des Affaires étrangères, du Commerce extérieur et de la Coopération au Développement : https://diplomatie.belgium.be/fr/newsroom/nouvelles/2017/la_belgique_investit_pour_eradication_de_la_maladie_du_sommeil

Rédacteur(s) : Relayé par Joachim Huet, Attaché de coopération scientifique et universitaire (joachim.huet[a]diplomatie.gouv.fr) et Victorine Hugot, Chargée de mission (victorine.hugot[a]diplomatie.gouv.fr).

PLAN DU SITE