Accès rapide :

L’Autriche, premier pays européen à lancer une stratégie nationale pour l’innovation ouverte

Autriche

Brève
Autriche | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Big Data
19 septembre 2016

A l’occasion du forum européen d’Alpbach, le gouvernement autrichien a annoncé le lancement prochain d’une stratégie nationale pour l’innovation ouverte. L’Autriche est le premier pays européen à se doter d’une telle stratégie nationale dont l’ambition est d’opérer à l’horizon 2025 un véritablement changement culturel dans le rapport à l’innovation, à la science et plus largement au savoir.

Le secrétaire d’Etat autrichien pour la Science, la recherche et l’économie, Harald Mahrer (ÖVP, Parti poulaire autrichien) a annoncé le 25 août dernier le lancement d’une nouvelle stratégie autrichienne pour l’innovation ouverte : « Open Innovation-Strategie ». L’Autriche serait ainsi le premier pays européen à se doter d’une telle stratégie nationale. [1]

La stratégie autrichienne est une initiative conjointe des ministères de la science (BMWFW) et des infrastructures (BMVIT). Elle a été conçue suite au lancement au début de l’année 2016 d’une procédure de consultation publique. L’ambition de la stratégie est de conduire un « changement culturel » à l’échelle du pays et d’impliquer toutes les composantes de la société, dans une logique de « développement innovant » alliant concurrence et coopération. Cette stratégie sera lancée officiellement à l’automne en présence notamment de Carlos Moedas, commissaire européen à la Recherche, à l’Innovation et à la Science. L’une des mesures phares de cette stratégie devrait être l’ouverture le 11 octobre 2016 d’un nouvel institut de la Société Ludwig Boltzmann (Ludwig-Boltzmann-Gesellschaft) dédié à l’innovation et à la science ouverte.

La stratégie est structurée selon trois axes principaux :

  • culture et compétences ;
  • réseaux et coopération ;
  • ressources et conditions cadres.
    Ces derniers recoupent quatorze mesures qui doivent permettre à l’Autriche de mieux faire face aux défis de l’innovation ouverte en commençant de créer des espaces d’expérimentation (mesure n°1). Il s’agit d’ancrer une culture de la science et de l’innovation ouvertes dès le jardin d’enfant et l’école ainsi que dans la formation des enseignants (n°2), dans l’administration publique (n°3). Sont prévus la mise en place une plateforme d’innovation ouverte pour l’innovation sociale (mesure n°4), l’établissement de compétences de recherche pour la science ouverte (mesure n°6), ainsi que d’accroître l’implication des utilisateurs et citoyens dans les programmes publics de financement de la recherche (mesure n°8). La stratégie prend également en compte la question du « crowdwork  » ou « travail de foule » [2] (mesure n°9), de la place des PME (mesure n°10), ou encore celle de la libre diffusion résultats de la science et de la recherche (mesure n°12). [3]

Il faut souligner qu’il s’agit d’une stratégie à l’horizon 2025 et qu’elle est lancée alors que les objectifs pour 2020 stratégie nationale de RDI (Recherche Développement et Innovation) ne semblent pas pouvoir être tenus [4] . A la possibilité d’amender cette stratégie nationale 2020, les autorités autrichiennes préfèrent la mise en place de stratégies complémentaires de moins grande ampleur mais plus spécifiques afin d’adapter cette premières à de nouveaux enjeux.

[1Le concept de « science ouverte » ou « open science » a été formulé par l’économiste Paul David en 2013 et englobe un ensemble de pratiques fondées sur le recours à Internet et aux outils du web social, touchant l’ensemble de la démarche scientifique, de la formulation de questions et d’hypothèses à la diffusion des résultats de recherche. Le terme recouvre deux éléments : 1) le libre accès aux publications scientifiques ou open access ; 2) le libre accès aux données de la recherche ou l’ « open research data ». Il s’agit de rendre la recherche et ses résultats plus ouverts, accessibles, transparents et ainsi de faciliter les interactions avec la société civile ainsi que la participation des citoyens à la recherche scientifique.

Le concept d’innovation ouverte est quant à lui centré sur une logique de marché renvoie quant à un mode d’innovation basé sur le partage, la coopération entre entreprises, dans un climat d’échanges, d’ouverture et de confiance. L’innovation ouverte suppose d’impliquer un nombre beaucoup plus grand d’acteurs dans le processus d’innovation, des chercheurs et entrepreneurs aux utilisateurs, pouvoirs publics et société civile.

[2Crowdworking ou « travail de foule » : Parmi les nouvelles formes de travail liées à l’expansion des plateformes sur internet, le crowd working occupe une place particulière. Le crowd worker trouve sur internet des demandes de réalisation de tâches diverses, adressées à la multitude (crowd) par des entreprises ou par des particuliers à un tarif fixé ou aux enchères. Source : http://www.ftu.be/documents/ep/2016_03_Exploiter_la_multitude_crowdworking.pdf

[3Toutes les mesures peuvent être consultées (en anglais) en page 23 de la stratégie https://www.bmvit.gv.at/innovation/downloads/open_innovation_strategie_oesterreich.pdf

PLAN DU SITE