Le Centre Helmholtz de Munich à la tête d’un projet européen pour la détection précoce du cancer de l’œsophage

Allemagne

Actualité
Allemagne | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
6 mars 2017

Le Centre Helmholtz de Munich est le coordinateur d’un projet européen dédié au développement d’une nouvelle méthode d’endoscopie pour le diagnostic du cancer de l’œsophage. Le projet, nommé ESOTRAC, rassemblera neuf acteurs publics et privés en provenance de cinq pays pour une durée de quatre ans. Le projet est financé à hauteur de quatre millions d’euros par le biais du programme « Horizon 2020 » de l’Union Européenne.

Le cancer de l’œsophage est le sixième cancer le plus mortel et possède un taux de survie de moins de 10% à cinq ans. Il est normalement diagnostiqué grâce à des biopsies ou des analyses microscopiques, ainsi que des analyses histopathologiques. A cause des limitations des méthodes actuelles, ce type de cancer n’est souvent détecté qu’à un stade avancé de la maladie. Il en résulte un pronostic peu optimiste pour le patient.

Le projet ESOTRAC va donc réunir des ingénieurs et des médecins afin d’améliorer la précocité de la détection du cancer de l’œsophage. Ils utiliseront deux techniques de pointe en imagerie biomédicale : la tomographie optoacoustique multispectrale et la tomographie en cohérence optique. L’utilisation simultanée de ces deux techniques permettra d’obtenir des images en trois dimensions de la paroi de l’œsophage et de quantifier les biomarqueurs de la maladie. Le diagnostic sera ainsi considérablement facilité, permettant de détecter des cancers à un stade peu avancé et d’éviter de pratiquer des biopsies inutiles et invasives.

Le dispositif pourra être utilisé sans avoir recours à des agents de contraste et sera aussi petit et ergonomique que possible afin d’éviter le réflexe laryngé et de réduire l’anesthésie. L’expérience qui sera gagnée au cours de son développement pourra ensuite être transférée pour développer la prochaine génération d’appareils d’imagerie. Outre le coordinateur de projet, huit autres partenaires européens contribueront à l’initiative, dont trois entreprises françaises – Sonaxis (Besançon), Amplitude Systèmes (Pessac) et Statice (Besançon).


Source : “Speiseröhrenkrebs einfacher erkennen”, communiqué de presse du Centre Helmholtz de Munich, 06/03/2017 – https://www.helmholtz-muenchen.de/aktuelles/uebersicht/pressemitteilungnews/article/38025/index.html

Rédactrice : Laura Voisin, laura.voisin[at]diplomatie.gouv.fr – www.science-allemagne.fr

PLAN DU SITE