Compte-rendu du CeBIT 2017

Allemagne

Actualité
Allemagne | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique
24 mars 2017

En 2017, le CeBIT a accueilli 3 000 exposants provenant de 70 pays et 200 000 visiteurs, sous le slogan "d !conomy – no limits". A l’occasion de ce salon, les dernières tendances des technologies appliquées à la transition numérique ont été présentées. Cette année, le pays-partenaire était le Japon et l’accent a été mis sur l’intelligence artificielle et la robotique.

Avec 118 entreprises au rendez-vous, le Japon s’est présenté sur le salon du CeBIT en tant que nation à la pointe des nouvelles technologies et leader dans le domaine de la numérisation.

Lors de l’ouverture du salon, la chancelière fédérale Angela Merkel a souligné l’importance de la collaboration avec le Japon dans le domaine de la numérisation et a opposé la relative lenteur des processus d’accords de coopération entre pays-membres de l’Union Européenne avec la nécessaire rapidité de coopération que le rythme de la transformation numérique implique.

Le lendemain, le Centre allemand de recherche en intelligence artificielle (DFKI) a signé une déclaration d’intention avec l’institut national japonais des technologies de l’information et de la communication (NICT). Ainsi a été officialisée une coopération rapprochée entre les deux instituts en recherche sur l’internet des objets et l’intelligence artificielle, notamment par des échanges scientifiques renforcés et la conduite conjointe de projets de recherche. L’un des premiers thèmes abordés devrait concerner les communications sans fil et flexibles pour l’industrie 4.0.

A l’occasion de la conférence de presse sur l’intelligence artificielle à travers l’apprentissage automatique (machine learning) organisée sur le stand de la société Fraunhofer, son président Reimund Neugebauer discerne trois étapes dans le développement de l’intelligence artificielle :

  • L’élaboration de programmes sur mesure servant notamment les problèmes de logique (depuis les années 1950) ;
  • La génération de nouveaux savoirs par l’intermédiaire de l’apprentissage automatique et du deep learning (réseau profond de neurones artificiels à l’image d’un neurone biologique) présent en particulier dans les domaines de la vision par ordinateur (depuis les années 2000) ;
  • La capacité d’un programme d’apprentissage de généraliser un système de décision non plus seulement à partir d’exemples fixes dans le temps mais également à partir de phénomènes dynamiques comme la diffusion d’informations sur des réseaux sociaux (encore au stade de recherche et développement).

Selon les données de la société Statista datant de 2016, le chiffre d’affaires des entreprises du fait des applications de l’intelligence artificielle, à l’échelle mondiale, devrait augmenter d’environ 0,8 milliard de dollars en 2017 à 30 milliards de dollars en 2025. Voici la répartition par région (en milliards de dollars) :

La cérémonie de remise des "CeBIT Innovation Awards", organisée par le ministère fédéral de l’Enseignement et de la Recherche (BMBF) depuis 2013, s’est également tenue. Ces distinctions visent à récompenser les concepts innovants, développés par des start-ups, pour rendre les technologies de l’information simples et conviviales. Chaque prix est doté de 100 000 euros et les expositions des lauréats sont hébergées sur le stand du BMBF pendant le salon.

  • Cette année, l’application pour smartphone "Plantix" de l’entreprise bas-saxonne Peat a retenu l’attendu du jury. Il s’agit d’un algorithme de reconnaissance de maladie des plantes ou d’exposition aux nuisibles. [1]
  • Le deuxième prix a été attribué à l’entreprise hambourgeoise Viewlicity GmbH qui simule le trajet d’une balle de golf en fonction de sa position par rapport au trou, grâce à l’application PuttView, afin de guider le joueur pour son prochain coup.
  • La troisième place est revenue à l’entreprise Backes SRT GmbH et leur application SYOD qui permet de sécuriser les données personnelles et professionnelles sur un même terminal, au sein d’une entreprise.
  • Enfin, pour la dernière distinction dans la catégorie "Enseignement et apprentissage numérique", l’application SenseBox rend accessible aux citoyens les données de mesures relatives à l’environnement.

D’autres projets de recherche de la part des principaux instituts allemands de recherche ont fait l’objet d’une exposition [2]. Au rang des démonstrations notables, le DFKI avait érigé un terrain de football pour robots Nao, les robots se déplaçant de façon autonome sur le terrain en fonction de la position de la balle.

Illust: Démonstration de (...), 600 ko, 1632x1224
Démonstration de football avec des robots Nao © SST

En sortie de salon, la Poste de Suisse avait fait venir des navettes autonomes, fabriquées par l’entreprise française Navya [3].

Illust: Navette autonome, 602.6 ko, 1632x1224
Navette autonome Navya de la Poste suisse © SST


Plus d’informations :

[1] Vidéo de démonstration de l’application "Plantix" : https://www.youtube.com/watch?v=89tULyOLLWU
[2] Article Science-Allemagne "Quelques résultats de recherche exposés dans le cadre du CeBIT de Hanovre 2017", 20/03/2017 : https://www.science-allemagne.fr/fr/tic-et-transports/quelques-resultats-de-recherche-exposes-dans-le-cadre-du-cebit-de-hanovre-2017/
[3] Article Capital.fr "Première mondiale à Lyon : un minibus sans chauffeur avec passagers", 02/09/2016 : http://www.capital.fr/bourse/actualites/premiere-mondiale-a-lyon-un-minibus-sans-chauffeur-avec-passagers-1161099


Sources :

Rédacteur : Aurélien Gaufrès, aurelien.gaufres[at]diplomatie.gouv.fr – www.science-allemagne.fr

PLAN DU SITE