Lancement du premier centre africain de recherche sur les mégadonnées

Afrique du Sud

Actualité
Afrique du Sud | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique | Big Data
27 décembre 2016

L’Afrique du sud a lancé le premier centre de recherche sur les mégadonnées du continent.

L’amélioration des équipements et technologies est accompagnée de la création de plus en plus de données. Le défi aujourd’hui est l’exploitation de ces données massives. Selon la Ministre sud-africaine de la Science et de la Technologie, Madame Naledi Pandor, si l’Afrique du Sud veut jouer un rôle significatif dans l’économie mondiale dans les décennies à venir, l’investissement du pays en la matière est crucial.

L’Institut inter-universitaire Idia, initiative lancée en septembre 2015 par l’Université du cap (UCT), l’Université de Pretoria (UP), l’Université du Cap Ouest (UWC) et celle du Nord-Ouest (NWU), conduit l’African Research Cloud (ARC). Cette plateforme, ayant la capacité de traiter un volume important de données, pourrait être utilisée dans le futur à l’échelle du continent.

JPEG - 222 ko

Au sein de l’ARC, deux projets pilotes prennent place : un en radioastronomie, l’autre en génomique.

Le projet en radioastronomie est lié à l’établissement du radio-télescope SKA en Afrique du Sud et en Australie (cf. article du 19/08/2016 sur MeerKAT). Un jour d’exploitation de cette infrastructure créera plus de données que toutes celles contenues actuellement sur internet. L’ARC devra alors permettre aux chercheurs de traiter les données issues des installations sud-africaines et de permettre des percées scientifiques.

Le projet en génomique vise quant à lui à atteindre un séquençage nouvelle génération qui permettra de mieux comprendre le matériel des animaux, des plantes et des êtres humains. Pour faire face à un manque de connaissance en informatique de la plupart des chercheurs, le premier objectif est la mise en place d’une plateforme web qui sera utilisable sans avoir de notion de code informatique, favorisant ainsi la mise en commun des données à l’échelle du continent.

L’African Research Cloud pourrait avoir d’autres applications dans le futur, notamment en matière d’observation de la Terre et de collecte de données sur l’utilisation des sols.

Plus d’informations :

  • Site internet de l’Idia (en anglais) - Lien

Source : "A cloud big enough for the stars", Communiqué de presse du DST, supplément du Mail & Guardian du 09/12/2016

Rédacteur : Mélanie GARCIA VILLAR, melanie.garcia-villar[at]diplomatie.gouv.fr – Lien vers la section Science et Technologie de l’Ambassade de France à Pretoria

PLAN DU SITE