Accès rapide :

Numérique et développement

Les TIC représentent un puissant moteur pour la croissance et l’innovation, en permettant notamment des gains de productivité substantiels. Une étude de la Banque mondiale montre d’ailleurs qu’une croissance de 10% de la pénétration de la téléphonie mobile dans un pays d’Afrique subsaharienne engendre une croissance de 1,2% du PIB.

Les TIC constituent ainsi un outil privilégié pour la réalisation de chacun des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) en ce qui concerne la réduction de la pauvreté, mais aussi la santé (télémédecine) et l’éducation (téléenseignement, classes numériques…).

Par ailleurs, les TIC participent également au développement en favorisant la gouvernance démocratique, car elles renforcent la transparence, facilitent l’accès à l’information et permettent aux citoyens de faire entendre leur voix plus facilement.

Dans ses projets de coopération qui visent au développement du secteur des TIC en général, et d’internet en particulier, la France travaille avec les PED (pays en développement) selon les axes suivants :

  • le développement de l’accès à internet,
  • l’aide à la mise en place de cadres réglementaires,
  • le renforcement des compétences, le développement de contenus et de services.

Les actions du ministère en matière de numérique et développement

Le ministère des Affaires étrangères (MAE) intègre pleinement les TIC dans ses différentes actions de coopération avec les pays en développement (PED) dans des domaines aussi divers que la santé, l’éducation, le commerce, la vie citoyenne, etc.

Depuis 2008, le MAE, en collaboration avec les préfectures de région, conduit une politique de partenariat avec les collectivités territoriales, fondée sur des appels à projets triennaux et annuels.

L’appel à projets triennal 2013-2015 comprend un axe « solidarité numérique », comme cela a été le cas pour l’appel à projets 2010-2012. Ce programme vise à soutenir des projets qui favorisent l’utilisation de TIC dans le domaine de la gestion locale, de l’apprentissage et la formation des jeunes, et des activités économiques.

En matière de formation et de coopération technique, le programme Quai d’Orsay/Entreprises permet de renforcer la politique de bourses avec le concours du secteur privé (Orange France Telecom, Telecom Malaysia… pour le secteur des TIC) afin de favoriser la formation en France d’étudiants étrangers.

Les actions des opérateurs du MAE en matière de numérique et développement

L’Agence française de développement (AFD) est mobilisée sur des projets de câbles sous-marins, de développement de réseaux de téléphonie mobile, d’extensions de réseaux Internet en zones défavorisées.

Sa filiale Proparco est également très active dans le secteur de la téléphonie mobile.

Canal France International, l’opérateur de coopération du ministère spécialisé dans le secteur des médias, apporte son aide aux médias des pays en développement (PED) pour les accompagner dans leur passage au numérique.

Le programme 4M de Canal France International : pour le développement d’une information indépendante et de qualité sur internet

Les évolutions permanentes des technologies et usages du web ont profondément transformé les pratiques et modèles journalistiques.Le poids des médias sociaux, et les opportunités qu’ils représentent pour les professionnels et le public, n’ont cessé de progresser ces dernières années dans l’ensemble des régions du monde.

Les révolutions arabes et les transitions démocratiques entamées dans de nombreux pays ont marqué un réel tournant. Des acteurs très divers sont apparus dans le paysage de la production et de l’information en ligne. De nouveaux usages également.

Blogueurs, journalistes citoyens, collectifs issus de la société civile ont rejoint les médias traditionnels en cours de transition dans le paysage de l’information numérique, impulsant ainsi une réflexion sur la structuration et les enjeux de ces nouveaux médias.

Issus de contextes politiques et régionaux différents, ces organisations et journalistes affrontent, souvent seuls, des problématiques pourtant similaires. De l’acquisition de nouvelles compétences pour participer à cette profonde mutation des médias, à la définition de modèles économiques viables, leurs besoins sont à la hauteur de l’enjeu : produire une information indépendante et de qualité.

Conscient du rôle croissant des médias sociaux dans les pays émergents et en développement, Canal France International (CFI), opérateur du ministère des Affaires étrangères, accompagne et fédère aujourd’hui un nombre grandissant de ces acteurs grâce aux différentes actions de son Programme 4M.

Son objectif : accompagner et favoriser leur démarche de professionnalisation, leur mise en réseau pour une coopération « Nord/Sud » et « Sud/Sud », l’identification et la diffusion des innovations techniques et éditoriales.

CFI s’engage aux côtés des futurs acteurs de l’information en ligne pour soutenir la pluralité des médias et la diversité des contenus éditoriaux. CFI participe ainsi à la production et la diffusion d’une information indépendante, de qualité et représentative de la société en mouvement.

Connecter et professionnaliser les acteurs des médias sociaux

Le cycle d’un programme 4M s’articule autour de trois actions majeures : les Forums régionaux, les Rencontres internationales annuelles et les Ateliers de formation. Ces temps de rencontres et de transferts d’expertises proposent des réponses adaptées à la spécificité des besoins des producteurs et diffuseurs d’information en ligne. Le programme 4M favorise ainsi une structuration équilibrée du paysage des médias sociaux, garante du respect de la diversité de ses acteurs.

Deux nouveaux forums 4M en novembre 2013

Après les rencontres annuelles de juin 2013, le programme itinérant 4M continue avec l’organisation de deux forums régionaux, à Nairobi pour l’Afrique du 4 au 6 novembre et Tbilissi pour le Caucase du 14 au 15 novembre 2013. Professionnels, journalistes, blogueurs, entrepreneurs des médias, créateurs de start-up et journalistes citoyens présenteront et échangeront leurs expériences, leurs savoir-faire et leurs initiatives les plus récentes.

Pour 2014, deux forums régionaux sont déjà programmés, le premier en Asie du Sud-Est, à Jakarta (Indonésie) et le second au Proche Orient, à Beyrouth (Liban).

Plus d’informations sur le programme 4M : www.4m.cfi.fr

Les actions des organisations internationales

Dans le cadre de ses contributions au budget de différentes organisations internationales, la France participe également au développement des TIC et d’Internet dans les PED. On peut citer l’Union européenne (UE), l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), la Banque mondiale et l’Union internationale des télécommunications (UIT).

L’OIF, dont la France est le principal contributeur, participe à la réduction de la fracture numérique dans les pays membres de l’organisation en Afrique, en Europe de l’Est et en Asie. Elle a en particulier mis en place des centres de lecture et d’animation culturelle dans des zones isolées, dont environ une centaine offre un accès aux TIC.

La Banque mondiale et sa branche pour le secteur privé, l’International Finance Corporation, sont des acteurs parmi les plus impliqués sur le chantier de la réduction de la fracture numérique.

Au sein de l’UIT, la France a participé à hauteur de 0,5 million d’euros au programme "Connecter une école, connecter une communauté", qui vise à soutenir les PED qui souhaitent définir et mettre en place une véritable politique de connexion des écoles. La participation française permettra la mise en place d’une dizaine d’écoles pilotes dans 3 pays d’Afrique subsaharienne, qui seront pourvues d’une connexion large bande et d’équipements pédagogiques numériques. Ces écoles-pilotes en bénéficieront pour leur mission d’enseignement, mais deviendront également de véritables centres d’accès collectifs à Internet et à des services en ligne pour l’ensemble de la communauté, notamment au profit des groupes les plus défavorisés.

L’UIT et le MAE ont également réalisé une étude portant sur les modes d’appropriation innovants du téléphone mobile en Afrique, qui montre l’impact important que peut avoir une technologie sur l’évolution des sociétés.

Le MAE cofinance le programme "Connecter une école, connecter une communauté" de l’Union internationale des télécommunications (UIT).

Pour en savoir plus :

Mise à jour : novembre 2013

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014