Accès rapide :

Egypte

Les échanges commerciaux entre la France et l’Egypte en 2013

Les échanges commerciaux entre la France et l’Egypte ont diminué de 16,5% en 2013 pour un montant total de 2,5 Mds €, ce qui prolonge la baisse observée l’année passée (-4,4% en 2012). Les exportations ont connu une baisse plus marquée que les importations (respectivement -21,5% à 1,35 Md € et -9,9% à 1,19 Md €), l’excédent commercial de la France diminuant ainsi à 160 M€, contre 400 M€ en 2012. Le taux de couverture passe pour sa part de 130% à 113%.
L’Egypte est devenue en 2013 le 45ème client de la France (41ème en 2012), en absorbant 0,32% de ses exportations et son 49ème fournisseur avec 0,24% du total des importations françaises (46ème en 2012). Pour l’Egypte, la France était sur l’année fiscale 2012-2013, son 10ème fournisseur avec une part de marché de 3,5% (contre 3,7% en 2012) et son 9ème client, avec 3,2% du total exporté (contre 2,7% en 2012).

Si la structure des exportations françaises bénéficie d’une bonne diversification en dépit du poids important, selon les années, de certains postes (blé ou aéronautique principalement), les exportations égyptiennes vers la France dépendent toujours de quelques grands produits (hydrocarbures, engrais) qui expliquent l’essentiel des variations annuelles. Juin 2014 © DG Trésor

Il semble que vous ne disposiez pas d'un plugin de lecture de fichier PDF.
Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF - (291.6 ko).

Le commerce extérieur de l’Egypte en 2013

Les échanges extérieurs de l’Egypte (exportations et importations) ont enregistré une très légère baisse (-0,9%) pour un montant de 83,5 Mds USD sur l’année fiscale 2012-2013 (juillet-juin). Le déficit commercial de l’Egypte s’est réduit en 2012-2013 de 7,6% par rapport à 2011-2012, à -31,5 Mds USD, grâce à un accroissement des exportations (+3,6% à 26 Mds USD) et une réduction des importations ( 2,7% à 57 Mds USD), en partie due à une pénurie de devises et une croissance en berne depuis 2011. Les partenaires commerciaux de l’Egypte restent traditionnellement les mêmes. La Chine confirme sa progression depuis 10 ans et devient le premier fournisseur de l’Egypte (second l’an passé). Par ailleurs, l’Italie reste le premier client du pays et accentue l’écart avec les Etats-Unis. Juin 2014 © DG Trésor

Il semble que vous ne disposiez pas d'un plugin de lecture de fichier PDF.
Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF - (365.5 ko).

Les investissements directs étrangers en Egypte

Avec un stock cumulé d’investissements directs étrangers (IDE) estimé par la CNUCED à 60 Mds USD en 2008 et la progression rapide des flux entrants d’investissements depuis 2005, l’Egypte comptait parmi les premières destinations d’IDE du monde arabe. Cependant, en raison de la crise économique mondiale puis des évènements politiques depuis le début 2011, les flux nets d’IDE ont été divisés par 4 depuis 2008 et le stock d’IDE s’établit en 2012 à 75 Mds USD. Après avoir atteint un sommet en 2007-2008 (année fiscale égyptienne de juin à juillet) à 13 Mds USD, les flux nets d’IDE sont retombés à 3 Mds USD 2012-2013. Juin 2014 © DG Trésor

Il semble que vous ne disposiez pas d'un plugin de lecture de fichier PDF.
Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF - (366.8 ko).


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014