Accès rapide :

Arabie Saoudite

Les échanges commerciaux entre la France et l’Arabie Saoudite en 2013

L’année 2013 a été marquée par une progression de 9 % de nos échanges avec le Royaume. Leur montant global dépasse, pour la première fois, la barre des 9 Md€. Nos exportations, à 3,4 Md€, ont progressé de 6 %, tandis que l’Arabie est redevenue notre premier fournisseur de pétrole brut, avec des importations en progression de 10 %, à 6 Md€. L’augmentation de nos exportations nous permet de retrouver une part de marché légèrement supérieure à 3 %. Si le nombre d’entreprises exportatrices françaises vers le Royaume – environ 4000 – semble enfin stabilisée après une baisse continue depuis 10 ans, on reste sur une baisse de -12,6 % pour la période 2002/2012 contre +24,4 % aux EAU et +56 % au Qatar. Juin 2014 © DG Trésor

Il semble que vous ne disposiez pas d'un plugin de lecture de fichier PDF.
Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF - (363.9 ko).

Le commerce extérieur de l’Arabie Saoudite en 2013

Le commerce extérieur de l’Arabie Saoudite demeure particulièrement dépendant de ses ventes de pétrole brut qui représentent encore 88 % de ses exportations et permettent au Royaume d’enregistrer un excédent courant de 190 Md USD en 2013. Deux tendances lourdes sont à mettre en exergue : d’une part la réorientation géographique des flux commerciaux au profit de l’Asie, et, de l’autre, la diversification sectorielle, lente mais bien réelle, de ses exportations. Juin 2014 © DG Trésor

Il semble que vous ne disposiez pas d'un plugin de lecture de fichier PDF.
Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF - (267.1 ko).

Les investissements directs étrangers en Arabie Saoudite

Avec un stock de 200 Md USD, soit 27 % du PIB, l’Arabie Saoudite est le premier pays récipiendaire d’investissements directs étrangers dans la région. Ce chiffre est à comparer à celui des IDE saoudiens à l’étranger qui ne s’élève qu’à 30 Md USD. Globalement, l’Arabie Saoudite se positionne en 26ème position dans le classement mondial, avec une part de 0,9 % du stock d’IDE dans le monde. Il s’agit d’un mouvement relativement récent : les flux d’IDE étaient pratiquement nuls voire négatifs avant le début des années 2000, le décollage n’ayant été observé qu’à partir de 2005. Après un pic en 2010 (28 Md USD), les flux entrants ont, toutefois, tendance à se tasser (seulement 13 Md en 2013). Indépendamment des perspectives à moyen-long terme de l’économie saoudienne, cette arrivée de nouveaux flux est à mettre en lien avec la politique d’ouverture des autorités saoudiennes et la création d’une structure dédiée. La France, avec un stock d’IDE de 15 Md USD se situerait au 3ème rang derrière les Etats-Unis et le Koweït. Juin 2014 © DG Trésor

Il semble que vous ne disposiez pas d'un plugin de lecture de fichier PDF.
Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF - (179.4 ko).


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014