Accès rapide :

Algérie

Les échanges commerciaux entre la France et l’Algérie en 2013

Après une année 2012 record à 6,4 Mds€, les exportations françaises à destination de l’Algérie enregistrent en 2013 une baisse de -6,9%, à 5,9 Mds€. Cette baisse s’accompagne d’une structure sectorielle différente de l’année précédente, qui avait été marquée par la dynamique des ventes françaises de véhicules automobiles. En 2013, celles-ci chutent de -32,6%, tandis que les céréales enregistrent une progression de +33,8%. En parallèle, les importations françaises en provenance d’Algérie ont connu une progression de +8,1%, à 4,2 Mds€ contre 3,9 Mds € en 2012, sous l’effet de la hausse significative de nos achats d’hydrocarbures (+10,4% pour le pétrole brut, et +11,5% pour le gaz naturel), qui représentent 97% du total des importations françaises en provenance d’Algérie. Au total, l’excédent commercial bilatéral de la France s’établit à 1,7 Md€ en 2013 contre 2,4 Mds€ en 2012, soit une baisse de -31%. Juin 2014 © DG Trésor

Il semble que vous ne disposiez pas d'un plugin de lecture de fichier PDF.
Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF - (478.2 ko).

Le commerce extérieur de l’Algérie en 2013

En 2013, les échanges extérieurs de l’Algérie font apparaître une contraction des exportations (-8,28%, à 65,92 Mds USD, dont près de 97% sont composées d’hydrocarbures) en raison du tassement des cours du pétrole observé au premier semestre couplé à la diminution des volumes exportés sur l’année. On observe en parallèle une hausse sensible des importations (+8,9% à 54,85 Mds USD). L’excédent commercial se réduit en conséquence sensiblement, à 11,06 Mds USD contre 21,5 Mds USD en 2012, soit une baisse de -48,5%. Le taux de couverture s’établit ainsi au niveau - toujours confortable - de 120%, il atteignait cependant 143% en 2012. Au plan bilatéral, la Chine devient le premier fournisseur de l’Algérie selon les douanes algériennes, avec une part de marché de 12,43% (6,82 Mds USD). La France, historiquement premier fournisseur, recule au deuxième rang avec une part de marché de 11,39% (-1,44 pt, à 6,25 Mds USD), suivie de l’Italie (10,29%, à 5,65 Mds USD) et de l’Espagne (9,26%, à 5,09 Mds USD). Juin 2014 © DG Trésor

Il semble que vous ne disposiez pas d'un plugin de lecture de fichier PDF.
Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF - (566.4 ko).

Les investissements directs étrangers en Algérie

S’établissant à 1,48 Md USD en 2012 (dernière année disponible), les flux entrants d’IDE en Algérie ont diminué de -42% par rapport à l’année précédente, cette baisse s’inscrivant dans le contexte plus large du faible dynamisme des flux d’IDE mondiaux en 2012, en diminution de -18,2% par rapport à 2011. Les IDE français à destination de l’Algérie (selon la Banque de France) laissent apparaitre une bonne résilience en 2012, à 211 M€. Forte d’un stock d’IDE en Algérie de l’ordre de 1,94 Md € à fin 2012, la France demeure le 1er investisseur hors-hydrocarbures en Algérie, du fait d’un portefeuille d’actifs sensiblement plus diversifié (services, industrie, agroalimentaire…) que ceux des autres grands pays investisseurs, davantage concentrés (hydrocarbures notamment). Juin 2014 © DG Trésor

Il semble que vous ne disposiez pas d'un plugin de lecture de fichier PDF.
Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF - (449.9 ko).


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014