Accès rapide :

Résultats du Commerce extérieur de la France au premier semestre 2014

Au 1er semestre 2014, malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit, grâce à la baisse des importations d’énergie, et repasse sous la barre des 30 Md€ pour la première fois depuis 2010.

Les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont quasiment stables (-0,2%).

A 29 Md€ sur 6 mois, le déficit commercial (FAB/FAB) repasse sous la barre des 30 Md€ pour la première fois depuis 2010, en recul de 8,5%, grâce à la baisse des importations d’énergie.

En revanche, le déficit hors matériel militaire et hors énergie se dégrade pour le deuxième semestre consécutif, progressant de 13%, à 8,9 Md€. Il reste toutefois inférieur de près de moitié à son pic de 2011.

Dans le même temps, les services et le négoce international continuent d’afficher un excédent de près de 20 Md€ au total, compensant aux deux-tiers le déficit enregistré sur les biens.

Illust: Déficit commercial, 63.7 ko, 600x372
Déficit commercial total et déficit hors énergie et hors matériel militaire, par semestre, depuis 2011 (en Md€)

De bons résultats dans le secteur aéronautique - spatial et la chimie et une facture énergétique qui s’allège de 10%, tandis qu’à l’inverse les exportations pharmaceutiques et agricoles reculent.

Parmi les grands secteurs à l’export, 3 contribuent à la croissance des exportations et à la réduction du déficit au cours du semestre : l’aéronautique, la chimie et l’automobile.

Par ailleurs, la facture énergétique (solde importations - exportations d’énergie) s’allège de 10%, passant de 32,6 Md€ à 29,3 Md€, du fait du recul des importations d’énergie. Les Douanes relient la baisse de ces imports à plusieurs facteurs : repli des prix du pétrole (-2,6% pour le brent en euros), hiver peu rigoureux, déstockage.

A l’inverse, 2 des forces sectorielles de la France à l’export, la pharmacie et l’agroalimentaire, enregistrent une baisse marquée de leurs exportations (respectivement -6,3% et -1,7%) ainsi que de leur excédent. Cette baisse pèse sur les « familles » de produits prioritaires de la stratégie du commerce extérieur, qui restent excédentaires sur le semestre (à hauteur de 2,8 Md€) mais voient cet excédent baisser d’1 Md€.

La reprise dans les économies avancées pourrait soutenir les exportations françaises au cours des prochains mois.

Sur l’ensemble de l’année 2014, l’INSEE anticipait, dans ses dernières prévisions de juin, une légère accélération des exportations françaises1 : +3,0%, après +2,4% en 20132. Elles seraient soutenues par un redressement de la demande extérieure adressée à la France (+3,3%, après +0,9% en 2012 et +1,8% en 2013), appuyée par la reprise à l’oeuvre dans les économies avancées.

L’accélération s’amplifierait en 2015, selon la plupart des prévisionnistes, avec une croissance attendue des exports comprise entre 4,7% (programme de stabilité) et 5,7% (OCDE).

Toutefois, la contribution du commerce extérieur à la croissance française resterait proche de 0 en 2014, du fait d’une progression des importations (+3,0%) analogue à celle des exportations.

Au niveau mondial, en 2014, la croissance devrait rester modeste (prévision FMI de 3,4 %), en légère hausse par rapport à 2013, mais l’activité en zone euro, premier client de la France à l’export, devrait nettement accélérer par rapport à 2013.

Le commerce mondial progresserait quant à lui à un rythme supérieur à celui de l’activité (4,0 % selon le FMI, après 3,0 % en 2013). Au sein de la zone euro, les échanges devraient progresser.

Les réformes se poursuivent en faveur d’une économie française plus compétitive et d’un appui renforcé aux entreprises à l’export.

L’ensemble des actions engagées depuis 2012 au service du renforcement de la compétitivité des entreprises se poursuit.

Il s’articule autour de plusieurs axes :

  • une politique de baisse du coût du travail, portée par le Crédit d’impôt compétitivité et emploi (CICE) et le pacte de responsabilité et de solidarité ;
  • des réformes structurelles visant à simplifier l’environnement réglementaire et à intensifier la concurrence dans un certain nombre de secteurs (professions réglementées notamment), devant amener à réduire les coûts auxquels font face ménages comme entreprises ;
  • des réformes du marché du travail (loi relative à la sécurisation de l’emploi, réforme de la formation professionnelle, nouvelle convention d’assurance chômage), qui ont vocation à se poursuivre à la suite de la conférence sociale des 7 et 8 juillet, avec notamment la réflexion engagée sur les seuils ;
  • une amélioration des conditions de financement des petites et moyennes entreprises (PME) et de l’innovation, afin d’agir à la fois sur la compétitivité prix et « hors prix » de l’appareil productif française : réforme du plan d’épargne en actions, deuxième étape du Programme d’investissements d’avenir, renforcement des dispositifs des Jeunes entreprises innovantes (JEI) et du Crédit d’impôt innovation (CII), plan « innovation »
  • une importante réforme de l’organisation territoriale, avec notamment le passage, au 1er janvier 2016, de 22 à 14 régions, qui seront de taille européenne et capables de bâtir des stratégies territoriales
    ambitieuses, en particulier en matière économique, et de rationaliser l’aide au développement des entreprises.
    En parallèle, les dispositifs publics d’accompagnement à l’export sont renforcés et améliorés :
  • l’articulation et les synergies entre opérateurs sont rationalisées, avec la fusion d’Ubifrance et de l’Agence française pour les investissements internationaux (AFII) ;
  • la stratégie des « familles » à l’export est amplifiée et complétée sur de nouveaux secteurs (industries créatives et culturelles, secteur du voyage / tourisme) ;
  • le programme d’accompagnement personnalisé à l’export de 1 000 PME et ETI de croissance d’ici fin 2015 progresse, de même que l’augmentation du nombre de Volontaires internationaux en entreprise (VIE) et le développement du recours par les PME et ETI à ce dispositif ;
  • les financements export ont fait l’objet d’un ensemble de réformes depuis 2 ans, afin d’en maintenir la compétitivité : création de plusieurs nouveaux dispositifs, plan d’action sur le développement de l’accès des PME et ETI à ces outils notamment.

Pour plus d’informations :

Doc:Le commerce extérieur de la France - 1er semestre 2014 , 2 Mo, 0x0
Le commerce extérieur de la France - 1er semestre 2014 - (PDF, 2 Mo)
Doc:Situation du Commerce extérieur français , 783.4 ko, 0x0
Situation du Commerce extérieur français - (PDF, 783.4 ko)
Doc:Environnement international et commerce mondial , 660.8 ko, 0x0
Environnement international et commerce mondial - (PDF, 660.8 ko)
Doc:Politique du commerce extérieur , 543.1 ko, 0x0
Politique du commerce extérieur - (PDF, 543.1 ko)
Doc:Analyse par produits , 1 Mo, 0x0
Analyse par produits - (PDF, 1 Mo)
Doc:Facture énergétique , 494.5 ko, 0x0
Facture énergétique - (PDF, 494.5 ko)
Doc:Analyse géographique , 1.2 Mo, 0x0
Analyse géographique - (PDF, 1.2 Mo)

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014