Accès rapide :

Eco-compétitivité - la France est dans le coup

Selon une étude menée par Accenture/World Economic Forum, la France a le troisième meilleur système énergétique au monde, devant 102 pays. L’énergie nucléaire a obtenu les meilleurs résultats pour le développement durable. Trois critères ont été utilisés : l’accès à l’énergie, le développement durable et la compétitivité énergétique. La France est classée deuxième dans le monde, après la Suède, sur le critère du développement durable.

Soutien aux technologies propres

Lors de son discours à la première conférence annuelle sur l’environnement, le président François Hollande a fait part de son intention de « faire de la France un pays d’excellence environnementale ». La France encouragera le développement des énergies renouvelables provenant de biocarburants, du vent et de l’énergie solaire. L’innovation technologique sera encouragée à travers des fonds d’investissement public, des procédures administratives simplifiées et des règles de planification pour les parcs éoliens. D’ici la fin de l’année, des appels d’offres seront lancés pour les parcs éoliens marins dans la Manche, au large des côtes du Tréport et près de l’île de Noirmoutier.

Grâce à la table ronde « Environment Conference » lancée en septembre 2012, la France a lancé un processus national de consultation qui se concentre notamment sur la gestion de la transition énergétique et la protection de la biodiversité. Une loi sur la transition énergétique a été présentée en Conseil des ministres le 18 juin 2014 ;

Le « Paquet Energie-Climat » adopté par l’UE en 2008 prévoit une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 20 % d’ici à 2020, ainsi qu’une augmentation de 20 % de l’efficacité énergétique, et fixe à 20 % la part des énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie dans l’UE. La Commission européenne a proposé un nouveau Paquet Energie-Climat en janvier 2014 ;

Les objectifs "New Deal" écologique de la France pour le développement de constructions écologiques, de technologies propres et de transport durable :

- Agriculture : doubler le crédit d’impôt pour l’agriculture biologique en 2009

- Construction : de nouvelles normes d’efficacité énergétique devront s’appliquer aux nouvelles constructions à partir de 2012

- Transport : réduire les émissions de CO2 de 20 % en vue de rétablir leur niveau de 1990 d’ici à 2020

- Electricité : mettre fin à la vente des ampoules à incandescence à partir de 2010, en avance sur l’objectif visé par l’UE. Assurer l’indépendance énergétique pour les territoires français d’outre-mer et sauvegarder leur biodiversité.

Dans le cadre de son « New Deal " écologique, la France s’est fixée un objectif encore plus ambitieux, celui de fixer à 23 % la part d’énergie renouvelable dans la consommation énergétique finale intérieure d’ici à 2020 (source : Plan d’action national en faveur des énergies renouvelables – Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, 2010) ;

La France attire les investisseurs de l’économie verte

« Chez Natura, on croit que l’innovation est la clé du développement durable et la France est l’endroit où nous avons testé nombre de nouvelles approches opérationnelles pour notre entreprise », Alexandro Giuseppe Carlucci, CEO Natura.

Les centrales nucléaires œuvrent pour une meilleure stabilité des prix et pour l’indépendance énergétique. Selon le rapport de 2012 effectué par le Réseau de Transport d’Electricité, 75 % de l’électricité vient de l’énergie nucléaire, 11,8 % de l’énergie hydraulique, 2,8 % de l’énergie éolienne et 0,7 % d’énergie solaire et photovoltaïque.

La France a également des prix d’électricité et de gaz naturel plus bas que ceux de l’Allemagne, alors que l’électricité reste moins chère qu’au Royaume-Uni. La France détient aussi la quatrième hausse la moins importante des prix de l’énergie au cours de cinq dernières années et la sixième hausse la moins importante des prix à la consommation.
Par exemple, la France a des tarifs de subventionnement attractifs (de 0,3555€/kWhà 0,4063€/kWh) pour l’électricité photovoltaïque générée par les panneaux photovoltaïques intégrés aux bâtiments.

L’électricité la moins chère d’Europe de l’Ouest

Les tarifs d’électricité pour les fabricants (deuxième semestre 2011)
France 6,6 (c€/kWh H.T.)
Allemagne 8,9 (c€/kWh H.T.)
Royaume-Uni 9,9 (c€/kWh H.T.)
(source : Accenture/Forum économique mondial 2013)

Un grand nombre d’entreprises étrangères sont actives sur le marché français de l’énergie et des technologies vertes, y compris General Electric, Siemens, Enercon, Vestas, Sunpower, Bombardier, Johnson Controls et Toshiba ; la France est également le pays hôte du projet ITER (’’International Thermonuclear Experimental Reactor’’ ou réacteur thermonucléaire expérimental international), qui entreprend la conception et la construction d’un réacteur à fusion expérimental virtuellement capable de produire de l’énergie propre et illimitée pour un usage industriel ; La France détient la quatrième plus basse intensité d’émissions de CO2 (émissions de CO2/PIB) au monde et une empreinte carbone moins importante que celle les autres pays européens, notamment l’Allemagne et le Royaume-Uni. (source : IMD, World Competitiveness Yearbook, 2012)

Structures dédiées et incitations pour l’industrie et le développement

Onze « institutions de classe mondiale pour une énergie à faible émission de carbone » pour soutenir des partenariats à long terme entre l’éducation supérieure, les entreprises et les institutions de recherche (920 millions d’euros d’investissement engagés dans le cadre du programme d’investissement national).
Des centres de recherche de rang mondial, parmi lesquels l’Institut National de l’Energie Solaire – INES), le centre des réseaux intelligents de Grenoble et le CNRS (Centre National de Recherche Scientifique), le laboratoire PROMES pour l’énergie solaire thermodynamique à Perpignan ;

Des tarifs de subvention spécifiques pour l’électricité générée par des sources renouvelables ; des « éco-prêts » sans payer d’intérêts pour financer un plan de rénovation thermique et une déduction fiscale pour certains types de plan d’efficacité énergétique (une TVA à taux réduit et/ou un crédit d’impôt spécifique) ; des « éco prêts » à taux bonifié pour les PME ;

Dans le cadre du Programme d’Investissement National, 2,8 milliards d’euros destinés à l’investissement pour les faibles émissions de carbone

Démonstrateurs d’énergie et chimie verte, véhicules du futur, réseaux intelligents et économie circulaire

Développement de véhicules électriques et hybrides, soutenu par le « Plan automobile » lancé par le gouvernement français en juillet 2012. Les formations dans ces domaines, du baccalauréat jusqu’au niveau du diplôme, ont augmenté de 2,2 % par an depuis 1997.

Focus : la France est à l’avant-garde de l’industrie des véhicules électriques

Aujourd’hui

Les constructeurs automobiles français font de leur leadership en matière de voitures à faible émission un objectif principal de leur activité. PSA Peugeot Citroën et Renault SA sont fortement engagés dans la technologie électrique et fournissent environ les trois quarts du marché des véhicules électriques européen. Par exemple, Renault offre des véhicules à émission nulle à des prix adorables comme la compacte Zoe, son quatrième modèle électrique. Peugeot 3008 est la première voiture hybride diesel fabriquée en série au monde.
La voiture électrique nouvelle-génération Citroën C-Zero a été lancée en 2010 et a été utilisée pour un tour du monde de 24 000 km, l ’« Electric Odyssey », pour sensibiliser le public au potentiel des voitures électriques. Autolib, le service d’automobiles électriques en libre-service parisien, n’est pas seulement une première mondiale mais aussi un triomphe avec 42 000 abonnés qui ont conduit près de 6,5 millions de kilomètres. Les « Bluecars » sont équipées d’une puissante batterie LMP (Lithium Métal Polymère). L’année prochaine, Peugeot lancera le "Partner" électrique et le véhicule de livraison Citroën Berlingo électrique.

L’électricité est moins chère et permet d’émettre moins de carbone
L’industrie reçoit une aide du gouvernement : il attribue 100 millions d’euros à quatre pôles d’innovation pour la recherche en véhicules à faible émissions de CO2 et en réduction d’émissions (iD4CAR, Lyon Urban Truck & Bus, Mov’eo, Véhicules du Futur)

Les lois qui limitent la circulation de voitures polluantes en centre-ville encouragent les changements dans les habitudes occasionnant de fortes émissions de carbone.

Demain

Avec 15 000 unités, le parc français de passagers électriques et de véhicules utilitaires léger est le plus important en Europe et le troisième plus important au monde, après les Etats-Unis et le Japon.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014