Accès rapide :

Business France

Annoncée le 17 février 2014 par le président de la République, la fusion de l’Agence française des investissements internationaux (Afii) et d’Ubifrance, l’agence française pour le développement international des entreprises, s’est concrétisée le 1er janvier 2015 avec la création de Business France.

Sur la période 2015-2017, le MAEDI a souhaité, avec les autres tutelles de l’opérateur, que le contrat d’objectif et de performance de Business France s’articule autour de plusieurs priorités :

1 - Un nouveau modèle économique de soutien à l’export

  • Mieux accompagner les entreprises : Business France va se concentrer sur les salons offrant le plus de retombées et réduire ses événements B2B au profit d’un accompagnement de plus long-terme, individualisé et répondant aux besoins des entreprises, en particulier des PME.
  • Identifier et suivre les PME et ETI à fort potentiel en régions : Business France s’engage avec Bpifrance et les régions dans un suivi dans la durée et sur mesure de 1 000 PME et ETI de croissance qu’elle accompagne en structurant leur plan d’internationalisation et en les conseillant à chacune des étapes de leur conquête de marchés internationaux.
  • Mesurer la satisfaction des entreprises accompagnées : Cet objectif sera atteint par le biais d’une enquête organisée par un tiers (institut de sondage), qui interrogera les clients passés de Business France sur la probabilité qu’ils recommandent les services de l’agence à leurs pairs.
  • Amplifier le succès du VIE : ce dispositif ouvre l’international à de jeunes diplômés français tout en répondant aux besoins RH des entreprises à l’export. Les tutelles fixent un objectif de 10 000 VIE en poste d’ici à 2017.

2 - Une nouvelle mission de promotion et de communication

Un indicateur mesurant le nombre de prescripteurs internationaux sensibilisés à l’attractivité économique de la France est fixé. La campagne Créative France lancée le 6 octobre dernier en est la première traduction.

3 - Une rationalisation de la gestion de l’opérateur

Cette logique passera naturellement par

  • l’optimisation des synergies en mesurant le nombre d’entreprises qui ont eu recours à l’opérateur pour leur installation à l’étranger et continuent à recourir à lui pour de nouvelles prestations,
  • l’optimisation la gestion financière de l’agence en accroissant le montant de son autofinancement et en optimisant la dépense publique.

Mise à jour : 06.04.2016


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016