L’Organisation internationale du travail

L’initiative "Better work"

L’initiative « Better Work » est née d’un partenariat entre l’Organisation internationale du travail (OIT) et la société financière internationale (IFC). Cette initiative a pour objet l’engagement d’un dialogue social, l’application des normes internationales du travail, et la responsabilisation des entreprises. « Better work » porte une attention particulière au statut des femmes représentant une part considérable des travailleurs de l’industrie textile et assure la promotion des bénéfices sociaux, économiques et sanitaires résultants d’une amélioration de leur environnement de travail. « Better work » est présent dans huit pays : Bangladesh, Cambodge, Haïti, Indonésie, Jordanie, Lesotho, Nicaragua et Vietnam. La France y a contribué financièrement.

L’alliance 8.7

L’alliance 8.7 est un groupement d’intérêts ayant pour objectif d’accélérer les actions en faveur de la cible 8.7 des objectifs de développement durable (ODD) relatives au travail forcé, à l’esclavage, au trafic d’êtres humains et toutes les formes de travail des enfants.

En 2017, environ 168 millions d’enfants sont soumis au travail forcé. Environ 21 millions de personnes subissent le travail forcé dans le monde, 90% étant engagés par des entités relevant du droit privé. Le travail forcé rentre indéniablement dans les chaînes de valeurs internationales des entreprises, faisant de ces dernières des acteurs majeurs dans l’éradication de ces pratiques afin d’atteindre l’objectif 8.7 des ODD. Le secteur privé peut également jouer un rôle positif en promouvant et en facilitant le développement d’initiatives nouvelles dans le but d’accélérer les efforts déjà engagés par la communauté internationale et les États souverains.

La France soutient l’alliance 8.7, cette dernière étant en accord avec ses engagements et son combat contre le travail forcé. Un représentant français est mandaté au sein du sous-groupe « supply chains ».

Le protocole relatif à la Convention numéro 29 sur le travail forcéLa France a ratifié le 7 juin 2016 le protocole relatif à la convention n°29 de l’Organisation internationale du travail sur le travail forcé de 1930, elle est ainsi le cinquième pays à le ratifier. Celui-ci, adopté par la Conférence internationale du travail le 11 juin 2014 à Genève vient compléter la convention, qui compte parmi les instruments les plus ratifiés au sein de l’OIT, pour prendre en compte les nouvelles formes de travail forcé.

Le protocole prévoit :

  1. un accès à des mécanismes de recours et de réparation appropriés et efficaces telle que l’indemnisation des victimes,
  1. un renforcement de la coopération internationale en matière de lutte contre le travail forcé ou obligatoire,
  1. un accent particulier sur le rôle des employeurs et des travailleurs.

Cette ratification confirme l’engagement de la France à combattre toutes les formes de travail forcé et à promouvoir la ratification universelle des conventions fondamentales de l’OIT.

Mise à jour : 12.10.2017

PLAN DU SITE