Négociations commerciales

L’accès effectif aux marchés de pays partenaires pour nos entreprises est indispensable pour qu’elles puissent trouver leur place dans les chaines d’approvisionnement globales, s’assurer les débouchés et aider nos entreprises à rester compétitives.

Il s’agit d’un enjeu majeur pour que le commerce international apporte sa contribution à la croissance et à l’emploi en France et en Europe.

L’Union européenne mandatée pour négocier les accords

Au sein de l’Union européenne, la politique commerciale fait partie des politiques dites « communes » : la Commission est responsable des intérêts commerciaux des 28 Etats membres de l’Union.

A ce titre, elle négocie en leur nom les accords commerciaux qui engagent l’Union européenne, que ce soit directement avec un pays tiers (accord bilatéral), avec un groupe de pays tiers (accord plurilatéral) ou à l’Organisation mondiale du commerce (accords multilatéral).

Les lents progrès du Cycle de Doha de l’OMC ont conduit l’Union européenne à se lancer dès 2006 dans un agenda ambitieux de négociations bilatérales et plurilatérales. Elle est également partie à d’importantes négociations plurilatérales, au premier rang desquelles l’accord TiSA (Trade in Services Agreement) relatif aux services.

Négociations commerciales

L’action de la France

En appui au travail de négociation de la Commission européenne, et en consultation avec les entreprises concernées et la société civile, la France soutient une double exigence de réciprocité et d’équilibre dans les résultats obtenus.

Dernière mise à jour : 09/10/2015

PLAN DU SITE