Accès rapide :

La RSE dans l’aide au développement

La RSE est devenue un enjeu d’élaboration de nouveaux modèles de développement et de promotion des droits fondamentaux, voire de certaines formes de démocratie, qui suscite un intérêt quasi universel, tant dans la sphère publique que dans celles des organisations d’entreprises et des sociétés civiles. Les effets d’une pratique RSE sont multiples :

  • Encourager le respect de la législation locale sociale, environnementale, relative aux droits de l’Homme et à la corruption, souvent d’application incertaine dans les pays en développement, c’est, en premier lieu, contribuer à la réalisation de l’Etat de droit et le promouvoir d’une façon perçue comme moins « arrogante » que lorsqu’on en souligne spécifiquement les différentes composantes ;
  • Contribuer au respect des textes fondamentaux du droit international, car universels, dans l’ensemble des champs de la RSE, c’est aider, à rebours des critiques « culturalistes » à l’encontre du droit international construit depuis 1945, à l’universalisation des valeurs que nous partageons ;
  • Contribuer à la construction de normes internationales universellement respectées dans le champ économique (standards RSE), c’est inciter l’ensemble des acteurs économiques mondiaux à respecter des règles communes réduisant les distorsions de concurrence ;
  • Soutenir la RSE, c’est également contribuer à la production de biens et services contribuant au progrès économique, social et sociétal, en particulier des plus pauvres. C’est le cas des programmes invitant au développement de entrepreneuriat social, à la production de biens et services destinés aux plus pauvres et incluant les plus pauvres dans la production de ces biens et services de base (approches « base de la pyramide » et « inclusive business ») ou au développement du commerce équitable.

Dans le cadre de la révision de sa politique d’aide au développement, le gouvernement français a engagé une réflexion sur la RSE, qui a fait notamment l’objet de l’un des ateliers des Assises du développement et de la solidarité internationale et d’une circulaire adressée le 18 février 2013 par le Directeur Général de la Mondialisation, du Développement et des Partenariats à toutes les ambassades.

(Mise à jour : 20.02.13)

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014