Accès rapide :

Soutien transversal aux entreprises françaises sur les marchés extérieurs

Des volets économiques dans les plans d’action d’ambassades

Un volet économique a été développé dans chaque plan d’action des ambassadeurs, définissant une stratégie et des objectifs précis en fonction des réalités locales. Des bilans semestriels sont réalisés sur cette base et adressés pour suivi et définition de recommandations appropriées à la Direction des entreprises et de l’économie internationale (DEEI) du ministère des Affaires étrangères.

La stratégie économique de chaque poste comprend :

  • une partie dédiée au pilotage des acteurs formant l’équipe de France de l’export ;
  • une partie consacrée aux filières à structurer en priorité, aux objectifs et actions opérationnelles prévus par filière ;
  • une partie sur l’appui aux entreprises, en insistant sur les PME et les ETI, élaborée en liaison notamment avec Ubifrance et les services de l’Etat concernés ;
  • une partie dédiée aux actions à mener pour favoriser les investissements étrangers en France.

Pour les pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne, une attention spéciale est portée au développement de partenariats privilégiés, notamment en matière industrielle, pour contribuer à la co-localisation de l’emploi de part et d’autre de la Méditerranée.

Partout où cela est pertinent (Afrique, pays émergents etc.), l’offre française en matière d’"économie verte", (grands groupes mais aussi PME et ETI innovantes), est valorisée : réseaux de transports, d’eau, d’assainissement, d’énergies, etc.

Chaque ambassadeur réunit à échéances régulières un "Pôle de diplomatie économique" constitué de tous les services de l’Etat et des structures publiques concernées. Les consuls généraux et consuls honoraires sont associés à certaines de ces sessions.

Des conseils économiques dans les principaux postes

Des conseils économiques ont été mis en place autour de chaque ambassadeur dans les principaux postes français à l’étranger. Ce conseil mixte public-privé rassemble une quinzaine de membres de divers horizons : cadres et dirigeants d’entreprise (grands groupes mais aussi PME et ETI), conseillers du commerce extérieur, économistes, chercheurs… Au-delà de l’action quotidienne des postes de soutien aux entreprises et de promotion des investissements en France, la mise en place d’un conseil économique vise à favoriser au plan local et sur une base régulière l’échange d’informations et l’approfondissement du dialogue avec les entreprises.

Les objectifs sont les suivants :

  • suivre l’évolution des exportations françaises sur le marché local et aider à la détection des marchés qui pourraient intéresser nos entreprises au-delà des seuls « grands contrats » ;
  • structurer les filières à l’export, notamment en renforçant, au-delà des contrats habituels, les liens avec les PME et les ETI et les relations de ces dernières avec les grands groupes, en favorisant notamment les pratiques de portage ;
  • détecter et orienter les possibilités d’investissements étrangers sur le territoire national ;
  • mieux coordonner l’action des pouvoirs publics au regard des besoins exprimés par les entreprises et renforcer la complémentarité entre nos activités de coopération, notamment dans les domaines éducatif, culturel, scientifique et technique d’une part et nos intérêts économiques d’autre part.

Formation et recrutement des diplomates

La dimension économique dans la formation initiale et continue des diplomates français a été renforcée. Il est primordial d’encourager les profils disposant d’une compétence économique, notamment dans les domaines de l’export, des problèmes spécifiques aux PME et de l’innovation.

Le renforcement de la dimension économique dans la formation des agents du ministère des Affaires étrangères passe par l’insertion de modules de formation sur les enjeux économiques et commerciaux dans les formations en début de carrière et à mi-carrière par l’Institut diplomatique et consulaire, comme dans le cadre des formations au départ en poste. De plus, les agents du ministère des Affaires étrangères participeront à des cycles de formation d’excellence dans la sphère économique, parmi lesquels : cycle des hautes études pour le développement économique (CHEDE), cycle annuel de l’Institut des Hautes études économiques (IHEE).

(Mise à jour : 24.05.13)

Dans cette rubrique

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014