Accès rapide :

La démarche RSE de l’Agence française du Développement et de Proparco

Le groupe AFD (Agence française du Développement) a adhéré au Global compact en 2004 et a engagé une politique RSE spécifique dès 2007. Cette démarche a été analysée par un auditeur indépendant dont le rapport sert de support pour préparer une démarche pour la période 2013-2016.

Un premier rapport de RSE a été réalisé fin 2012, classé selon le standard de la GRI en B+ ; l’évaluation par OEKOM (B-) de la démarche de l’AFD manifeste aussi sa pertinence et positionne celle-ci dans le peloton de tête de cette agence allemande de notation extra-financière.

Le conseil d’administration (CA) de l’AFD comprend la plupart de ses parties prenantes : des parlementaires et des représentants de la société civile (ONG et experts indépendants) et du personnel de l’entreprise, ainsi que des personnalités étrangères (de même pour le CA de Proparco, sa filiale). Le dialogue avec les parties prenantes est en outre structuré par des outils spécifiques : dialogues citoyens, comité des partenariats, dialogue avec les ONG. La quasi-totalité des projets financés par l’AFD sont publiés sur le site de l’entreprise.

La charte de l’éthique professionnelle a été revue et une note sur la sécurité financière a été adoptée par le CA en 2012 : le blanchiment et la corruption sont les cibles de procédures renforcées et de contrôles permanents de plus en plus exigeants.

La démarche développement durable s’inscrit au cœur des activités de l’AFD : des structures spécifiques accompagnent et appuient les chefs de projet à l’AFD. Tous les projets de Proparco sont analysés par la structure concernée. Proparco utilise les « performance standards » de la Société Financière Internationale et l’AFD s’inspire des standards de la Banque Mondiale. Les conventions intègrent de plus en plus des clauses suspensives en la matière. En outre, 50 % des engagements doivent être inscrits dans la « démarche climat » du groupe.

L’AFD accompagne la promotion de la RSE chez les bénéficiaires et dans les pays d’intervention, à la fois dans le cadre des projets par des dialogues et du fait de l’application de clauses spécifiques, mais aussi en mettant en place des financements spécifiques (lignes de crédit aux banques par exemple) et en participant à des conférences ou évènements sur le terrain

Dans la gestion interne des ressources humaines, les thèmes de la santé et de la protection de tous les personnels (mise en place de systèmes de retraite et de protection sociale pour tous depuis 2008, étude d’évaluation des risques psycho sociaux en 2012), de l’égalité (accord sur la parité homme femmes en 2012, accord sur le handicap en 2013, pilotage des séniors et préparation d’un accord sur ce sujet) et de la gestion prévisionnelle des compétences sont des priorités.

Des objectifs de réduction des consommations d’eau, de papier et d’énergie sont suivis depuis plusieurs années, un bilan carbone étant réalisé depuis2008. Un audit de la gestion des déchets a été réalisé en 2012

Le 14 novembre 2012, sept groupes de travail comportant plus de 100 agents (dont un représentant des agences et un de Proparco dans chaque) ont été mis en place pour réfléchir aux enjeux et à de nouveaux engagements pour 2013-2016 qui seront présentés aux parties prenantes internes et externes puis proposés à la validation du Conseil d’administration du 16 mai 2013. Les progrès recherchés portent sur les procédures pour renforcer la dimension développement durable des projets, pour évaluer leur impact et réduire leurs effets négatifs et pour intégrer les standards internationaux ; il s’agit aussi de mieux mesurer les effets des projets sur le développement et d’améliorer le dialogue avec les parties prenantes, la gestion des controverses et la transparence de l’entreprise dans le respect de son cadre légal et bancaire.

Pour aller plus loin :

(Mise en ligne : 01.03.13)


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014