Accès rapide :

Les secteurs économiques de pointe : un atout pour la France

Avec un PIB de 2 033,7 milliards d’euros, la France se place au 5ème rang économique mondial et au 2ème rang au niveau européen. Des positions soutenues par les performances de certains secteurs d’activité, symboles du rayonnement de la France à l’étranger. En 2012, selon le magazine Fortune, qui classe les entreprises selon l’importance de leur chiffre d’affaires, 32 entreprises françaises figuraient parmi les 500 premières.

En France, certains secteurs économiques se distinguent et pourraient porter la croissance en 2013. Les chiffres de l’industrie aéronautique et spatiale sont à cet égard particulièrement remarquables.

L’accord conclu récemment entre Arianespace et les autorités australiennes pour le lancement de deux satellites témoigne, une fois encore, de l’expertise française en matière satellitaire.

Dans l’aéronautique, Airbus s’impose comme l’acteur principal, avec, en 2012, 588 appareils livrés à 89 clients et 833 ventes. Des résultats qui lui ont permis de poursuivre sa politique d’embauche en créant 5 000 emplois, dont la moitié en France.

Mais le secteur compte aussi des acteurs de taille intermédiaire. L’entreprise Zodiac est spécialisée dans la fourniture d’équipements d’avions. Safran produit de nombreux équipements, notamment pour le compte d’Airbus, mais aussi pour Boeing, Bombardier, Embraer, Sukhoï, etc. Le groupe industriel a réalisé des ventes record de moteurs d’avions et d’hélicoptères. Au total, l’importance de cette filière a permis de dégager en 2012 un excédent commercial de 20,3 milliards d’euros.

Une image de marque à l’étranger

La France rayonne aussi à travers le monde grâce à ses atouts dans le domaine agroalimentaire. Pays de la gastronomie et du salon international de l’agriculture, la France enregistre dans ce secteur des ventes en progression, avec un excédent commercial de 11,5 milliards d’euros. Dans le secteur laitier, Lactalis et Danone occupent respectivement la 2e et la 3e place du classement mondial. Du côté des spiritueux, Pernod Ricard est la 2ème entreprise mondiale. Même la coopérative bretonne Triskalia, spécialisée dans la volaille, a fait son entrée dans le classement du "Deloitte Technology Fast 50", un évènement créé et organisé par le cabinet Deloitte, l’un des plus grands cabinets mondiaux d’audit et de conseil.

Dans le domaine agricole, la France a battu le record des exportations de semences et de plants en 2012, avec un montant total de 1,2 milliard d’euros selon les chiffres publiés par le Groupement national interprofessionnel des semences et plants.

Le marché du luxe défie lui aussi la crise, affichant en 2012, pour la 3e année consécutive, une croissance à deux chiffres. Les entreprises françaises, comme le numéro un mondial LVMH ou Rémy Cointreau, dominent le marché international et misent notamment sur l’Asie. Plus de 12 % des recettes des maisons de luxe françaises sont réalisées en Chine. En 2020, ce marché sera le premier mondial, avant les États-Unis ou le Japon. En France, le marché du luxe emploie aujourd’hui près de 100 000 personnes.

Santé et technologie, des filières porteuses

La France se distingue aussi dans le domaine de la santé, notamment avec Sanofi, l’un des principaux laboratoires mondiaux. Selon les chiffres de la fédération Leem, les industries du médicament affichent un chiffre d’affaires de 49,52 milliards d’euros et un excédent commercial de 5,34 milliards d’euros. Au total, le marché français du médicament représente 4,8 % du marché mondial.

Et le secteur ne devrait cesser de croître ces prochaines années. Les progrès des techniques médicales et l’essor des nanotechnologies pourraient constituer les moteurs de la "prochaine révolution industrielle".

C’est d’ailleurs dans ce secteur que la société Medtech a fait parler d’elle en 2012. Son patron, Bertin Nahum, a été classé 4e entrepreneur le plus révolutionnaire par le magazine canadien Discovery Series. Son entreprise conçoit, développe et met sur le marché une nouvelle génération de technologie d’assistance aux gestes médico-chirurgicaux.

Le secteur des technologies de pointe est tout aussi important. En décembre dernier le CAC 40, principal indice de cotation boursière de la place de Paris, a salué l’entrée en bourse de Gemalto. Ce leader de la sécurité numérique affiche pour 2012 un chiffre d’affaires record de 2,2 milliards d’euros, des opérations dans une centaine de pays et plus de 10 000 salariés dont 1 500 ingénieurs dans la recherche et le développement. La filière dispose d’un fort potentiel d’embauche, selon le ministère de l’Économie, qui estime que 450 000 emplois seront créés dans ce secteur d’ici à 2015.

Barbara Leblanc

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014