Accès rapide :

Développement responsable des usages pacifiques de l’énergie nucléaire

Les enjeux

Après l’accident survenu dans la centrale de Fukushima Daiichi au Japon, suite au séisme et au terrible tsunami qui a frappé ce pays le 11 mars 2011, certains pays ont annoncé une révision de leur stratégie énergétique ou un renoncement à l’utilisation de l’énergie nucléaire.

Mais la grande majorité des Etats, parmi ceux qui possèdent déjà un programme électronucléaire ou qui avaient annoncé avant Fukushima leur volonté de s’engager dans cette voie, ont confirmé leur choix de s’appuyer sur l’énergie nucléaire pour leur mix énergétique, afin de répondre aux besoins en électricité, tout particulièrement dans les pays en développement. Dans ce contexte, et plus que jamais, la sûreté nucléaire doit constituer la priorité absolue et guider les actions en matière de développement de l’énergie nucléaire.

L’engagement de la France

La France est très attachée au développement des usages pacifiques de l’énergie nucléaire dans le cadre du régime de non-prolifération. Elle s’engage pleinement en faveur de l’application de l’article IV du Traité de non-prolifération (TNP) et du développement sûr et responsable de l’énergie nucléaire.

La France, en conformité avec ses engagements pris au titre de l’article IV du TNP, est prête à répondre aux attentes exprimées, en faisant bénéficier de son expertise reconnue tout pays qui respecte scrupuleusement l’ensemble de ses obligations internationales, notamment celles découlant du TNP, et qui poursuit de bonne foi des activités à des fins pacifiques.

Fait unique au plan international, cette expertise couvre l’ensemble du cycle du combustible, depuis l’extraction de l’uranium et la fabrication du combustible, jusqu’au retraitement / recyclage du combustible. La France est convaincue que l’énergie nucléaire a une contribution essentielle à apporter à la satisfaction des besoins humains essentiels et au développement durable : dans les domaines de la santé, de l’industrie, de l’agriculture, de l’accès à l’eau et à l’énergie, de la protection de l’environnement.

Loin d’être contradictoires, le renforcement du régime de non-prolifération et le développement de l’énergie nucléaire vont de pair. Aux termes mêmes du TNP, l’exercice du droit inaliénable accordé aux États en vertu de l’article IV est conditionné par un strict respect des autres dispositions du traité, notamment ses articles I, II et III.

La communauté internationale doit s’efforcer de faire partager le bénéfice des utilisations civiles du nucléaire tout en prévenant les risques de prolifération associés tout particulièrement au cycle du combustible.

Pour en savoir plus :

- Les usages pacifiques de l’énergie nucléaire sur le site France TNP


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014