Désarmement - 20ème anniversaire de la convention d’Ottawa (18 septembre 2017)

L’adoption de la convention d’Ottawa sur l’interdiction des mines antipersonnel, il y a vingt ans, a marqué une étape essentielle sur la voie de l’élimination de cette arme qui cause des dégâts humains considérables durant et après les conflits et entrave le développement. Ce texte fixe une norme claire et simple d’interdiction totale de l’emploi, de la mise au point, de la production, du stockage et du transfert des mines antipersonnel.

Entrée en vigueur en 1999, la convention d’Ottawa compte désormais 162 États parties. L’emploi des mines antipersonnel et le nombre de victimes sont en recul. La convention a également permis des avancées considérables en matière de réduction de la production, de dépollution des territoires et de sensibilisation des populations et des gouvernements. En vingt ans, plus de 49 millions de mines ont ainsi été détruites.

La France s’est attachée à mettre en œuvre ce texte dans les meilleurs délais, notamment en achevant la destruction de ses stocks en 1999 et la dépollution de son territoire en 2008. Elle œuvre aujourd’hui activement à l’universalisation de la convention d’Ottawa et appelle les États qui ne l’ont pas rejointe à le faire. Nous consacrons également chaque année au bénéfice des pays affectés des fonds importants à des activités d’assistance et de coopération, notamment en matière de formation au déminage.

PLAN DU SITE