Prix Nobel de la Paix (06 octobre 2017)

Le choix du comité Nobel d’attribuer à la "Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires" ("International campaign for the abolition of nuclear weapons") le Prix Nobel de la Paix 2017 témoigne de l’importance de la non-prolifération nucléaire dans un contexte marqué par la crise nord-coréenne.

La France souhaite créer les conditions d’un monde sans armes nucléaires. Elle est pleinement engagée en faveur du désarmement nucléaire, avec un bilan exemplaire : réduction de moitié de son arsenal depuis la fin de la guerre froide, fermeture et démantèlement de son centre d’expérimentations dans le Pacifique, signature et ratification du traité d’interdiction complète de essais nucléaires, démantèlement de ses installations de production de matières fissiles pour des armes, démantèlement de ses missiles sol-sol, transparence poussée sur la composition de son arsenal.

La France a également contribué de façon active aux négociations qui ont permis la conclusion d’un accord exigeant, solide, robuste et vérifiable sur le nucléaire iranien. Elle est attachée à une mise en œuvre rigoureuse de cet accord.
Notre politique obéit au principe d’efficacité.

La France est attachée à l’édifice bâti autour du traité de non-prolifération nucléaire. Comme l’a rappelé M. Jean-Yves Le Drian lors de son discours de clôture de la semaine des ambassadeurs le 31 août, ce traité "constitue le dispositif le plus équilibré et par conséquent le plus robuste dans ce domaine."

C’est à ce titre que la France défend l’entrée en vigueur du traité d’interdiction complète des essais nucléaires, la négociation d’un traité d’interdiction de la production de matières fissiles pour des armes et la poursuite par les Etats-Unis et la Russie de la réduction de leurs arsenaux nucléaires.

PLAN DU SITE