Accès rapide :

L’Europe de la défense

Un nouvel élan à l’Europe de la défense et de la sécurité

Vers un meilleur fonctionnement de la Politique de sécurité et de défense commune (PSDC)

La France est déterminée à poursuivre ses efforts pour renforcer la Politiquede Sécurité et de défense commune : l’Europe de la défense est une réponse ambitieuse mais nécessaire et crédible aux défis sécuritaires qui s’imposent à elle. Le Conseil européen sera amené, les 25 et 26 juin 2015, à évaluer les progrès concrets accomplis depuis décembre 2013 et à donner de nouvelles orientations pour la PSD.

L’Union européenne fait face à des défis sécuritaires dans son environnement immédiat et au-delà. Lancée en 1999, la Politique de sécurité et de défense commune (PSDC) s’appuie sur des moyens civils et militaires, pour contribuer au renforcement de l’environnement sécuritaire des citoyens européens, et concourir à la paix et à la stabilité dans le voisinage européen et dans le monde en général. Elle s’inscrit dans le cadre de l’approche globale de l’UE en matière de gestion des crises.

Le Conseil européen des 19 et 20 décembre 2013 a marqué la volonté des Européens de prendre leurs responsabilités pour faire avancer l’Europe de la Défense, de façon concrète, pragmatique et opérationnelle. Il a fixé des orientations pour confirmer que l’Union européenne est un acteur majeur de la sécurité internationale et pour préserver son autonomie stratégique. Les Européens prennent ainsi leurs responsabilités pour :

a) intervenir plus efficacement dans la gestion des crises :

Depuis 2003, l’Union européenne a conduit une trentaine de missions et opérations PSDC. Elle mène aujourd’hui cinq missions ou opérations militaires (quatre sur le continent africain et une dans les Balkans) et onze missions civiles (trois en Asie centrale et au Proche-Orient, cinq en Afrique, et trois en Europe balkanique et orientale et dans le Caucase), qui mobilisent plus de 7000 personnels. Elle contribue notamment à la stabilisation de la République centrafricaine (à travers l’opération EUFOR RCA) et du Mali, à travers une mission militaire de formation des forces armées (EUTM Mali) et une mission civile de soutien aux forces de sécurité intérieure (EUCAP Sahel Mali).

Afin de renforcer l’impact de son action sur le terrain, l’Union européenne s’est engagée à agir plus efficacement sur la sécurité des frontières dans les zones de crise (en particulier dans la bande sahélo-saharienne) et à renforcer les capacités des Etats tiers en matière de sécurité et de défense en les aidant à développer des outils de réaction aux crises. Elle a également décidé de se donner les moyens de faire face aux défis de la maritimisation, qu’il s’agisse de la lutte contre la piraterie et la criminalité organisée, ou de la sécurisation des ressources stratégiques marines, comme en témoigne l’adoption par le Conseil de l’UE, en juin 2014, d’une stratégie de sûreté maritime européenne.

b) développer des capacités militaires et civiles européennes :

La mutualisation et la coopération sont aujourd’hui les seules voies réalistes en matière de développement capacitaire. "Nous sommes dans l’obligation de mutualiser, de partager, de trouver des points de cohérence, si nous voulons conserver notre crédibilité, éviter un déclassement stratégique et rester capables d’assurer la sécurité de notre continent et de nos ressortissants", avait ainsi déclaré Laurent Fabius le 11 juillet 2013 à l’Assemblée nationale.

Les Européens se sont engagés à répondre aux lacunes identifiées en opérations, en s’appuyant notamment sur l’Agence européenne de défense (AED). En matière de ravitaillement en vol, plusieurs pays européens vont prochainement acquérir des avions en commun. Les Européens ont également décidé de développer ensemble la prochaine génération de drone de surveillance. L’objectif, en développant entre Européens une telle capacité, est de renforcer notre autonomie, en particulier technologique.

c) préserver leur industrie de défense et ainsi garantir leur autonomie stratégique, la croissance et l’emploi :

Les membres de l’UE ont marqué leur volonté de soutenir et de renforcer l’industrie de défense européenne, qui est source de croissance, d’innovations et d’emplois pour l’économie européenne dans son ensemble. L’industrie de défense en Europe représente ainsi 400000 emplois directs. Une industrie de défense européenne, composée de grands groupes, comme de PME robustes, innovantes et compétitives au niveau international, est également essentielle pour préserver l’autonomie stratégique de l’UE.

Lire la suite dans la rubrique Europe du site

Mise à jour : novembre 2014

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015