Accès rapide :

La formation militaire technique ou spécialisée

Certaines ENVR délivrent des enseignements spécifiques : administration, génie, logistique, aéronautique… Les formations dispensées dans ces écoles ont pour objectif de répondre le plus parfaitement possible aux besoins des Etats africains. Elles participent pour certaines à l’amélioration des capacités d’entretien des infrastructures et des matériels militaires tandis que d’autres visent à renforcer les capacités d’action des forces de sécurité et de défense dans des domaines spécifiques tels que l’aéronautique ou la sécurité maritime.

École de génie – travaux (EGT) – Brazzaville (Congo)

Inaugurée le 20 septembre 2010, l’École de génie-travaux de Brazzaville au Congo assure des formations internationales du domaine bâtiment et Travaux Publics au profit d’officiers, sous-officiers et militaires du rang de différents pays d’Afrique subsaharienne, mais également à destination du personnel civil congolais d’entreprises privées. L’EGT contribue, à la montée en puissance de l’architecture de paix et de sécurité en Afrique par la formation du personnel destiné à intégrer les unités formant les Brigades régionales de la Force africaine en attente. Les qualifications diplômantes délivrées par l’école concourent à faire progresser les stagiaires dans le cadre de leur avancement de carrière, renforcent les capacités opérationnelles de leurs différentes unités d’appartenance et participent de manière effective au développement des pays dans le cadre de projets d’infrastructure. Chaque année, l’école propose près de 130 places pour une quinzaine de pays africains.

Former des conducteurs de travaux contribue à la paix et à la sécurité, mais aussi au développement – en les faisant participer, par exemple, à l’ouverture de pistes – et à la réinsertion, ainsi qu’à d’autres actions post-conflictuelles comme le DDR – Désarmement, Démobilisation, Réintégration.

École navale (EN) – Bata (Guinée Equatoriale)

Première ENVR ouverte dans un pays non francophone, l’École navale de Bata en Guinée équatoriale a été inaugurée le 11 octobre 2011. Cette nouvelle école forme à la surveillance et à la sécurisation des espaces maritimes afin de mieux lutter contre les trafics, détournements et actes de piraterie. Elle promeut ainsi la coopération régionale et l’interopérabilité. Ses formations s’adressent aux cadres militaires, officiers et officiers mariniers, ainsi qu’aux niveaux équivalents des administrations civiles. En ajoutant le volet sécurité maritime cette nouvelle école vient renforcer le réseau actuel des ENVR.

Dès 2012, les quatre cursus proposés (officier de marine, manouvrier, guetteur de la flotte et navigateur-timonier) ont permis de former en tout une soixantaine de stagiaires provenant de 9 pays.

École militaire technique (EMTO) – Ougadougou (Burkina Faso)

Sa mission est unique en son genre. Reposant sur un véritable partenariat franco-burkinabé, l’école est chargée de former des spécialistes de la maintenance depuis sa création en janvier 2000 (officiers de maintenance, sous-officiers des domaines « matériels » et « transmissions ») et des experts de la logistique opérationnelle depuis juin 2008. Ces formations sont dispensées au profit d’une vingtaine de pays abonnés soit plus de 150 stagiaires par an (dont 3 de culture non francophone, Angola – Gambie – Guinée Equatoriale).

Après onze ans d’expérience, l’EMTO a atteint une réelle maturité et aspire à prendre une nouvelle dimension dans le cadre d’un projet multinational. En effet, l’école souhaite inscrire ses perspectives en participant, dans le domaine de la formation, à la montée en puissance de la Force Africaine en Attente en général et celle du bataillon logistique de la brigade de la CEDEAO en particulier (ECOWAS standby force)."

École militaire d’administration (EMA) – Koulikoro (Mali)

L’École militaire d’administration (EMA) a été créée en 1981. Elle intègre le réseau des ENVR dès 1997.

Cette école assure la formation d’officiers ayant vocation à occuper des postes de responsabilités administratives ou financières. Elle forme également des sous-officiers de cette même spécialité au certificat technique du premier (CT1) et de second degré (CT2).

Ayant un caractère interarmes et assurant la formation administrative et comptable de tout le personnel des armées de terre, de l’air, de la gendarmerie, et de la garde nationale, l’École Militaire d’Administration est implantée dans l’enceinte du centre d’instruction Boubacar Sada Sy de Koulikoro.

La scolarité dure de 4 à 10 mois selon les stages. L’école possède près d’une centaine de places sur trois stages chaque année. Par convention, une vingtaine de pays participe à cette formation.

Mise à jour : juin 2013

PLAN DU SITE