Accès rapide :

Coopération éducative

Brève

Cérémonie de remise des diplômes du MBA International Paris à 200 lauréats issus de 7 pays (15 octobre 2014)

La cérémonie de remise des diplômes du MBA International Paris se déroulera le mercredi 15 octobre 2014 au Grand Amphithéâtre de la Sorbonne. 200 lauréats originaires des 7 pays où est dispensé le programme (Algérie, Egypte, Liban, Maroc, Océan Indien, Sénégal, Tunisie) seront présents.

Pour une France plus attractive

Avec près de 285 000 étudiants étrangers, la France se situe en 2012 au 4ème rang mondial des pays d’accueil, derrière les Etats-Unis, l’Australie et la Grande-Bretagne et devant l’Allemagne. Si la France est l’espace privilégié de formation du monde francophone, elle attire également de plus en plus d’étudiants en provenance des pays d’Europe (près de 25%) et d’Asie Océanie (16%). La part des étudiants étrangers dans les établissements français est de 12,3%. Ces résultats sont conformes aux objectifs d’accueil des étudiants étrangers au titre de la politique d’attractivité de la France mise en œuvre par le Gouvernement depuis juin 2003 et constamment confirmée depuis lors. À l’augmentation des effectifs s’ajoute une évolution qualitative : la croissance des flux est plus forte dans les disciplines économie, gestion, sciences et les niveaux master et doctorat (soit 61% des effectifs) retenus comme prioritaires.

Pour accroître leur lisibilité, les établissements supérieurs français se sont regroupés en « pôle de compétitivité » (PRES ou Pôle de Recherche et d’Enseignement supérieur) afin d’atteindre une taille critique dans leur d’enseignement supérieur international.

Les mesures suivantes ont concouru à ce résultat :

Une consolidation quantitative et qualitative des programmes de bourses d’excellence accordées par le ministère des Affaires étrangères aux étudiants étrangers et une extension de ces programmes par l’augmentation des partenariats.

Près de 16 000 bourses ont été allouées en 2011-2012 pour un total de l’ordre de 90 millions d’euros. 45,82% des boursiers du gouvernement français sont des étudiants ou stagiaires africains (Afrique sub-saharienne et Maghreb), 24,8% des Européens, 16,1% des ressortissants d’Asie ou du Pacifique, 8,4% d’Amérique et des Caraïbes et 4,9% du Proche et Moyen-Orient.

Les programmes d’excellence montent en puissance : bourses Eiffel (pour le volet Master, plus de 5 200 bénéficiaires depuis la création du programme en 1999, 400 bourses nouvelles chaque année, dans les domaines des sciences de l’ingénieur, du droit et des sciences politiques, de l’économie et de la gestion, pour le volet Doctorat, 10 mois de bourse de mobilité pour environ 70 étudiants/an en co-tutelle ou co-direction de thèse), bourses Major (environ 150 bourses nouvelles par an pour les meilleurs étudiants des lycées français de l’étranger jusqu’à l’obtention du grade de Master (bac + 5), environ 900 bénéficiaires chaque année).

Conclusion de nouveaux partenariats avec des collectivités territoriales et des entreprises.

Une action spéciale en direction de pays partenaires stratégiques et de pays émergents : le partenariat État-Région pour la coopération scientifique et universitaire (programme ARCUS). Créé en 2005 par le Ministère des Affaires étrangères (MAE) en association avec le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche (MESR) et les Régions (Association des régions de France), ce programme soutient des offres de formation supérieure et de recherche de groupements scientifiques régionaux, en coopération avec certains pays partenaires stratégiques et des pays émergents (Russie, Inde, Chine, pays du pourtour méditerranéen, Afrique du Sud, pays d’Amérique latine, pays du sud-est asiatique) ou des États-membres de l’Union européenne (Pologne, Pays Baltes, etc). Il labellise, après expertise conduite par le MESR, ces programmes et les finance, sur le principe du partage des coûts avec les régions.

Le MAE consacre en moyenne 250 000 €/an au soutien d’environ six projets en cours, chacun d’eux ne pouvant dépasser trois ans, les régions apportant l’équivalent.

Ce programme répond à plusieurs objectifs : attractivité de la France ; mise en place de nouvelles coopérations institutionnelles ; fédération en région d’initiatives vers les pays partenaires

Un partenariat est également engagé avec des entreprises qui cofinancent des boursesdans le cadre du dispositif « Quai d’Orsay-Entreprises ». C’est l’une des mesures arrêtées lors du séminaire gouvernemental sur l’attractivité de la France du 22 mai 2006. Son but est de multiplier et renforcer la politique de bourses avec le concours du secteur privé, notamment des grands groupes français à vocation internationale, actifs dans le domaine des technologies de pointe et dont les succès industriels et économiques contribuent à l’image de la France dans le monde. Ainsi, les entreprises Air Liquide, Orange, Crédit Agricole S.A., GDF-Suez et Total participent à ce dispositif en finançant la formation en France de jeunes talents étrangers dans des filières liées à leur domaine d’activité.

Allègement des mesures administratives liées à l’entrée et au séjour en France introduit par la loi du 24 juillet 2006.

La loi 2006-911 du 24 juillet 2006 relative à l’immigration et l’intégration vise à améliorer et à adapter les procédures administratives relatives à l’entrée, au séjour et au travail des étudiants étrangers. Elle confirme le statut spécifique de la mobilité universitaire en prévoyant un cadre approprié pour l’obtention des titres de séjour portant la mention « étudiant » et « scientifique ». Elle coordonne la délivrance du visa et du premier titre de séjour dont elle facilite l’éventuelle prolongation.

Adoption d’une charte de qualité.

L’instauration depuis la rentrée universitaire 2006 d’une « charte de qualité pour l’accueil des boursiers du gouvernement français » vise à inscrire l’étudiant étranger dans un parcours de réussite. Concernant tous les acteurs du dispositif, cette charte s’applique à l’ensemble de la chaîne d’accueil de l’étudiant, de sa préparation à une mobilité jusqu’au retour dans son pays d’origine.

Création de l’EPIC Campus France (site internet : www.campusfrance.org)

Pour parachever ce dispositif et poursuivre la simplification des procédures dans un environnement de plus en plus compétitif, la France a créée en 2007 une agence pour la mobilité internationale, universitaire et scientifique, CampusFrance.

Cet établissement, placé sous la tutelle du ministère des affaires étrangères et du ministère chargé de l’enseignement supérieur, est devenu un établissement public à caractère industriel et commercial, l’EPIC Campus France, créé par la Loi sur l’Action Extérieure de l’Etat du 27 juillet 2010 et son décret d’application du 30 décembre 2011. C’est un opérateur au service de la politique d’attractivité de la France en direction des étudiants et chercheurs étrangers. Il fusionne l’association Egide et le GIP CampusFrance et reprend les activités internationales du CNOUS au 1erseptembre 2012.

Les Espaces CampusFrance : un outil au service de l’attractivité de l’enseignement supérieur français

Les Espaces CampusFrance, qui sont partie intégrante du réseau de coopération et d’action culturelle du ministère des Affaires étrangères et donc placés sous son autorité, sont aujourd’hui les guichets uniques d’accueil pour les étudiants étrangers désireux de se rendre en France. Cent huit pays disposent au 30 mai 2012 de cent soixante quinze espaces ou antennes CampusFrance.

Parmi ces espaces, 31 sont aujourd’hui dotés de la procéduredématérialisée Centre pour les Etudes en France (CEF).Cette procédure permet à l’étudiant de formuler plusieurs demandes d’inscription,del’accompagnerà chaque étape de sa démarche pédagogique et de la procédure administrative.Ce dispositifa été mis en place en 2005 etrepose notamment sur une applicationinformatique performante à laquelle sont connectés les établissements d’enseignement supérieur de façon à permettre l’inscription en ligne.

Testés dans une phase pilote en Chine, dans les trois pays du Maghreb, au Sénégal et au Vietnam,cette procédure a été étendue à plusieurs autres pays:Argentine, Bénin, Brésil, Burkina, Cameroun, Chili, Colombie, Congo, Corée du Sud, Côte d’Ivoire, Etats-Unis, Gabon, Guinée, Inde, Japon, Liban, Madagascar, Mali, île Maurice, Mexique, Pérou, Russie, Syrie, Taiwan, Turquie.

Pôles d’excellence de l’enseignement supérieur français à l’étranger.

Parallèlement à sa politique d’accueil d’étudiants étrangers, la France exporte son savoir-faire pédagogique et accompagne les établissements d’enseignements supérieurs dans leurs démarches d’implantation à l’étranger. Les vitrines de ce savoir-faire français concourent à l’attractivité de notre territoire pour les chercheurs et les étudiants :

Université Galatasaray en Turquie, Universités françaises d’Égypte et d’Arménie, Écoles supérieures des Affaires de Beyrouth, d’Alger, des pays du Golfe, mais également Écoles inter-États en Afrique sub-saharienne telles l’École vétérinaire de Dakar et la Fondation 2iE à Ouagadougou spécialisée dans les domaines de l’eau et de l’environnement, l’École centrale à Pékin.

La France poursuit également son soutien aux filières francophones diplômantes (près de 200 filières principalement en Europe centrale et orientale).

Mise à jour : 5 juin 2012

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014