Accès rapide :

Clôture de la 6ème édition du Dialogue de Petersberg sur le climat (19 mai 2015)

A moins de 200 jours de la Conférence Paris Climat (COP 21), le Président de la République, François Hollande, s’est rendu à Berlin le mardi 19 mai 2015, à l’invitation de la Chancelière allemande Mme Angela Merkel pour coprésider la clôture de la 6ème édition du Dialogue de Petersberg sur le climat (17-19 mai 2015). C’était la première fois qu’un Chef d’Etat assumant la présidence de la Conférence des parties, intervient dans ce cadre. Ce dialogue a réuni de façon informelle des ministres d’une quarantaine de pays (en particulier BRICS) qui représente la diversité des groupes de négociation.

Le 6ème Dialogue de Petersberg était la quatrième étape des discussions ministérielles depuis le début de l’année 2015, dédiées à la préparation du Sommet sur le climat, après les rencontres de Lima en mars, celles au Forum des économies majeures sur l’Energie et le Climat à Washington en avril et les réunions informelles sur l’ambition de l’accord à Paris, début mai.

Ce dialogue a donné au Président l’occasion de mettre en valeur la coopération étroite entre la France et l’Allemagne pour faire du Sommet Climat de Paris un succès.

Ce 6ème Dialogue de Petersberg était également le dernier rendez-vous informel avant la reprise des négociations formelles à Bonn le 1er juin prochain et au Sommet du G7 du 7 au 8 juin prochain à Elmau (Allemagne), sous la présidence de Mme Angela Merkel, qui réaffirmera l’importance de la mobilisation pour le sommet climat Paris de décembre.

De grands sujets politiques étaient à l’ordre du jour de cette session du dialogue de Petersberg :

  • l’équilibre du futur accord entre adaptation et réduction des émissions,
  • la portée des contributions nationales (36 à ce jour),
  • les financements (Fonds vert),
  • l’agenda des solutions (innovations, technologies, etc.).

Le Président a insisté sur la nécessité d’un futur accord universel contenant des engagements juridiquement contraignants par consensus des 196 parties, avec une juste répartition des efforts prenant en compte les niveaux différenciés de développement et de responsabilité. Son
objectif étant de parvenir à une alliance de Paris pour le climat, où la décarbonisation des économies est une nécessité mais surtout un facteur de développement.

Le Président de la République et Mme Angela Merkel se sont rendus à la chancellerie pour un déjeuner de travail. Cela fut l’occasion d’échanger plus largement sur leur vision de l’Union économique et monétaire et de revenir sur l’actualité européenne (Grèce, Royaume-Uni, prochain Conseil européen en juin).

Après la session avec la communauté du Pacifique Sud en novembre 2014, après l’appel de Manille avec la communauté du Pacifique Sud en février 2015, après l’appel de Fort de France la semaine dernière, l’agenda du Président de la République sera fortement ancré d’ici l’été dans plusieurs grands évènements de préparation de la COP21 :

  • 20 mai : Sommet des entreprises pour le Climat – Unesco (Plus de 1000 entreprises présentes) ;
  • 21 mai : Déjeuner sur le financement des enjeux de la COP21 (Paris) ;
  • 4 & 5 juin : Conférence méditerranéenne sur le climat MED COP21 (Marseille) ;
  • 7 & 8 juin : Sommet du G7 (Elmau, Allemagne) ;
  • 27 juin : Pré-campagne de lancement de la COP21 du Bourget ;
  • 1er & 2 juillet : Sommet mondial des Territoires pour le climat (Lyon).

Présentation du dialogue de Petersberg

Lancé en 2010 par la Chancelière Angela Merkel, au lendemain de l’échec de la Conférence de Copenhague, le Dialogue de Petersberg a pour objectif de contribuer à faire progresser les négociations politiques à haut niveau sur le climat. Il réunit sous l’égide du ministre allemand de l’environnement et du pays assumant la présidence de la Conférence des parties (COP) – en 2015, la France –des ministres d’une quarantaine de pays. Ces derniers représentent la diversité des groupes de négociation de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC).

Ce rendez-vous annuel vise notamment à faciliter le travail engagé par les présidences successives des COP sur un mode informel, afin de bâtir une confiance mutuelle et de mieux préparer la voie au compromis dans les négociations du processus onusien. La création du Dialogue de Petersberg traduit la volonté de donner une impulsion politique en vue des sessions de négociation formelles.

Il s’articule autour de deux objectifs : d’une part contribuer à faire progresser les négociations internationales en vue de l’obtention de résultats ambitieux et d’autre part mettre l’accent sur la mise en oeuvre concrète et immédiate des actions de lutte contre le changement climatique.

Le Dialogue de Petersberg contribue ainsi à approfondir le débat sur les questions clefs pour les accords sur le Climat : la vision partagée entre les pays, les actions des pays développés et des pays en développement, l’adaptation et le financement.

A la différence du G20 ou du Forum des Économies Majeures, cette enceinte permet à d’autres pays clés au-delà des grandes puissances mondiales de s’exprimer. Les présidents des différents sous-groupes de pays à la négociation sont notamment présents, permettant ainsi d’affiner des positionnements et donc des regroupements qui transcendent les
clivages Nord-Sud.

Pour en savoir plus

PLAN DU SITE