Accès rapide :

Climat

Brève

Dérèglement climatique - COP21 - Entretien de Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, président de la COP21, avec « RTL » (Paris, 27 juillet 2015)

Est-ce que nous allons pouvoir vivre sur la planète ? Et non pas dans cinquante ans ou dans cent ans car dès aujourd’hui, on ressent bien les effets du dérèglement climatique. L’année 2014 a été la plus chaude jamais enregistrée, le mois dernier a été le plus chaud enregistré depuis 1880 et ce n’est pas simplement une question de chaleur avec les seules conséquences environnementales. Cela a aussi des conséquences sur la santé, sur la paix ou sur la guerre parce qu’à partir du moment où des pays entiers vont devenir de plus en plus chauds, la nourriture ne pourra plus être apportée, il va y avoir des migrations considérables de population si on y met pas bon ordre.

» Lire la suite ...

Les conclusions scientifiques du GIEC sont sans appel : le réchauffement du système climatique est sans équivoque et le GIEC qualifie d’extrêmement probable (plus de 95 % de chance, alors que cette probabilité s’élevait à 90 % en 2007 et à 66 % en 2001) le rôle des activités humaines dans l’augmentation des températures moyennes depuis le milieu du XXe siècle.

Après une COP20 à Lima qui doit permettre de jeter des bases importantes, il s’agit d’aboutir en décembre 2015 lors de la COP21 à un accord international sur le climat qui permette de contenir le réchauffement global en deçà de 2°C. Toutefois, la France considère le défi climatique non comme un nécessaire "partage du fardeau" des émissions, mais également comme une opportunité de créations d’emplois et de richesses, d’invention de nouveaux modes de production et de consommation.

Au sein de l’Union européenne, la France défend une position ambitieuse, axée sur un objectif de -40 % d’émissions de gaz à effet de serre en 2030 puis de -60 % en 2040 (par rapport à 1990), pour que l’Union européenne maintienne une approche ambitieuse et exemplaire.

En France, les pouvoirs publics ont engagé une transition écologique et énergétique avec pour objectif de réduire sensiblement ses émissions de carbone. Ses émissions de gaz à effet de serre par habitant sont déjà parmi les plus faibles des pays développés. Elle travaille étroitement par ailleurs avec les pays en développement, par le biais de son aide au développement, pour favoriser des transitions vers des économies sobres en carbone.

Mise à jour : 04.12.14

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015