L’éducation et la formation : un investissement durable

Des progrès incontestables depuis 2000

Le nombre d’enfants et d’adolescents sachant lire, écrire et compter n’a jamais été aussi important. Depuis 2000, le nombre d’enfants privés d’éducation est passé de 100 millions à 58 millions, la parité dans l’enseignement est atteinte dans deux tiers des pays et l’enseignement secondaire a globalement progressé. Aujourd’hui en Afrique francophone, 80% des enfants vont à l’école contre seulement 50% en 1990.

Grâce à l’effort international, le nombre d’enfants scolarisés dans le monde a considérablement augmenté,malgré de fortes contraintes démographiques et financières, entrainant de nombreux impacts positifs sur les autres secteurs du développement.

L’éducation, un catalyseur essentiel de développement durable

Aucun pays du globe n’est parvenu à réduire la pauvreté et enclencher un cycle de développement sans réaliser la scolarisation primaire universelle. Les impacts de l’éducation sur les autres secteurs du développement - santé, environnement, sécurité alimentaire, démocratie, égalité – en font un des investissements les plus durables et les plus rentables à long terme.

L’éducation améliore les perspectives d’emploi et aide les familles à échapper à la pauvreté. Si tous les élèves des pays à faible revenu quittaient l’école en ayant acquis des rudiments de lecture, 171 millions de personnes pourraient sortir de a pauvreté, soit un recul de 12% de la pauvreté dans le monde.

L’éducation des filles des filles peut sauver des millions de vies. Entre 1990 et 2009, 2,1 millions d’enfants de moins de 5 ans ont été sauvées grâce aux progrès réalisés en matière d’éducation des filles. Si toutes les mères avaient bénéficié d’une éducation secondaire, les retards de croissance des enfants de moins de 5 ans pourraient diminuer de 26%. Le risque d’être porteur des parasites du paludisme dans les pays où le taux de transmission est élevé est inférieur de 22% chez les enfants dont la mère a été scolarisée dans le primaire.

L’éducation protège les filles des mariages et grossesses précoces. En Afrique subsaharienne et en Asie du Sud et de l’Ouest, le nombre de mariages précoces pourrait diminuer de 64% si toutes les filles bénéficiaient d’une éducation secondaire, et le nombre de grossesses précoces pourrait baisser de 59%.

L’éducation est indispensable pour renforcer les liens entre les communautés et les sociétés. Chaque année d’étude augmente de 2,4 points la probabilité de faire confiance aux autres et de 2,8 points la probabilité de participation civique. Dans 18 pays d’Afrique subsaharienne, les personnes en âge de voter ayant suivi des études primaires sont 1,5 fois plus susceptibles de soutenir la démocratie que celles sans éducation, et ce chiffre est multiplié par 2 pour les personnes ayant achevé des études secondaires.

La formation professionnelle, vecteur d’une croissance durable et inclusive

Grâce à ses effets de levier sur la croissance et l’emploi, la formation professionnelle est primordiale pour les pays en développement, en zones rurales et urbaines. Elle permet d’accompagner la croissance et la compétitivité des entreprises d’une part, et prévenir l’exclusion des jeunes du marché du travail d’autre part.

Le secteur de la formation professionnelle fait face à un triple défi :

· Le défi de la massification : en Afrique subsaharienne par exemple, moins de 15% des élèves du secondaire sont scolarisés dans des filières de formation professionnelle.

· Le défi de l’adaptation de l’offre à la demande : peu évolutive, encore trop orientée vers l’acquisition de compétences générales, l’offre de formation professionnelle ne correspond pas aux besoins des entreprises.

· Le défi du financement : l’enseignement et la formation techniques et professionnels représentent selon les pays entre 3 et 10% du budget de l’éducation.

La France soutient la mise en œuvre des politiques de formation professionnelle à travers :

· L’appui à l’implication des acteurs économiques dans la définition des filières de formation, notamment à travers la promotion des partenariats publics-privés ;

· L’appui à la coordination entre acteurs publics et privés ;

· L’identification et la mise en œuvre de dispositifs pérennes de financement de la formation professionnelle.

L’éducation et la formation dans l’Agenda pour le développement durable

L’adoption de l’Agenda pour le développement durable offre un nouveau cadre au secteur du développement pour les quinze prochaines années. Elle s’inscrit dans le prolongement des 8 Objectifs du Millénaire pour le Développement qui ont été mis en œuvre depuis 2000, et qui ont apporté de réels progrès en matière de lutte contre la faim, la pauvreté, la mortalité infantile ou en faveur de l’accès à l’eau et l’éducation.

Les nouveaux objectifs de développement durable ont une dimension globale et couvrent l’ensemble des enjeux de développement, au Nord comme au Sud. Ainsi, adossés aux objectifs généraux de réduction de la pauvreté, figurent des objectifs en matière de préservation de l’environnement ou d’égalité entre les sexes par exemple.

L’Objectif de développement durable n°4 vise à assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie.

Sept cibles et trois modalités de mise en œuvre sont identifiées :

  • Cible 4.1 : D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons suivent, sur un pied d’égalité, un cycle complet d’enseignement primaire et secondaire gratuit et de qualité, qui débouche sur un apprentissage véritablement utile.
  • Cible 4.2 : D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons aient accès à des activités de développement et de soins de la petite enfance et à une éducation préscolaire de qualité qui les préparent à suivre un enseignement primaire.
  • Cible 4.3 : D’ici à 2030, faire en sorte que les femmes et les hommes aient tous accès dans des conditions d’égalité à un enseignement technique, professionnel ou tertiaire, y compris universitaire, de qualité et à un coût abordable.
  • Cible 4.4 : D’ici à 2030, augmenter nettement le nombre de jeunes et d’adultes disposant des compétences, notamment techniques et professionnelles, nécessaires à l’emploi, à l’obtention d’un travail décent et à l’entrepreneuriat
  • Cible 4.5 : D’ici à 2030, éliminer les inégalités entre les sexes dans le domaine de l’éducation et assurer l’égalité d’accès des personnes vulnérables, y compris les personnes handicapées, les autochtones et les enfants en situation vulnérable, à tous les niveaux d’enseignement et de formation professionnelle
  • Cible 4.6 : D’ici à 2030, faire en sorte que tous les jeunes et une proportion considérable d’adultes, hommes et femmes, sachent lire, écrire et compter.
  • Cible 4.7 : D’ici à 2030, faire en sorte que tous les élèves acquièrent les connaissances et compétences nécessaires pour promouvoir le développement durable, notamment par l’éducation en faveur du développement et de modes de vie durables, des droits de l’homme, de l’ égalité des sexes, de la promotion d’une culture de paix et de non-violence, de la citoyenneté mondiale et de l’appréciation de la diversité culturelle et de la contribution de la culture au développement durable
  • Cible 4.a : Construire des établissements scolaires qui soient adaptés aux enfants, aux personnes handicapées et aux deux sexes ou adapter les établissements existants à cette fin et fournir un cadre d’apprentissage effectif qui soit sûr, exempt de violence et accessible à tous
  • Cible 4.b : D’ici à 2020, augmenter nettement à l’échelle mondiale le nombre de bourses d’études offertes aux pays en développement, en particulier aux pays les moins avancés, aux petits États insulaires en développement et aux pays d’ Afrique, pour financer le suivi d’études supérieures, y compris la formation professionnelle, les cursus informatiques, techniques et scientifiques et les études d’ingénieur, dans des pays développés et d’autres pays en développement
  • Cible 4.c : D’ici à 2030, accroître nettement le nombre d’enseignants qualifiés, notamment au moyen de la coopération internationale pour la formation d’enseignants dans les pays en développement, surtout dans les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement.

Pour en savoir plus

· Le Rapport mondial de suivi de l’éducation pour tous

· L’éducation transforme nos existences

· Fiche Repère : "La France et la formation professionnelle post-primaire dans les pays en développement"

· Agence française de développement : Les partenariats public-privés dans le domaine de la formation professionnelle

· Agence française de développement : Financement de la formation professionnelle en Afrique

Actualités :Séminaire du 4 mai 2016 – Financer durablement l’éducation ? Mobilisation et innovation pour l’éducation dans les pays en développement francophones.

Mise à jour : 17.08.16

PLAN DU SITE