Accès rapide :

Dispositif institutionnel et canaux d’acheminement de l’aide française

Brève

Publication des résultats du groupe de travail informel sur le financement du développement durable en vue du CNDSI du 29 juin 2015

Dans le cadre de la préparation de la troisième conférence des Nations Unies sur le financement du développement (Addis-Abeba, 13-16 juillet 2015), un groupe de travail consacré au financement du développement avec les différents collèges du conseil national pour le développement et la solidarité internationale (CNDSI) a été mis en place.

» Lire la suite ...

Dispositif institutionnel

Le dispositif français d’aide au développement a fortement évolué ces dernières années.

De nombreuses réformes ont été engagées, en particulier le renforcement de la capacité de pilotage de l’aide de la France avec en 2009 la création au sein du ministère :

  • de la direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats (DGM),
  • du Centre de crise (CDC), en charge de l’aide humanitaire de la France.

Les relations entre l’Etat et l’Agence française de Développement (AFD), l’un des opérateurs du ministère, ont été simplifiées et rationalisées à travers la signature d’un contrat d’objectifs et de moyens (COM) unique des tutelles de l’agence et la création d’un conseil d’orientation stratégique (COS), présidé par le ministre délégué en charge du Développement.

Les attributions du ministre délégué chargé du Développement ont été redéfinies en 2012, afin de donner davantage de visibilité et de lisibilité à sa fonction stratégique et ses missions.

Comment l’aide publique au développement est-elle mise en oeuvre ?

L’aide publique au développement (APD) peut être mise en oeuvre dans un cadre :

  • bilatéral : aide directe d’un pays vers un autre
  • européen : mise en œuvre dans le cadre de l’Union européenne
  • multilatéral : mise en œuvre par les organisations et programmes internationaux

L’influence de la France et sa capacité à promouvoir sa vision des grands enjeux du développement requièrent à la fois une coopération bilatérale réactive et visible, et un engagement clair dans les institutions européennes et internationales.

La France concentre son effort sur 16 pays africains sont considérés comme prioritaires :

Illust: La France concentre, 152 ko, 600x424
La France concentre son effort sur 16 pays africains, considérés comme prioritaires


Mise à jour : 23.12.13

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015