Accès rapide :

Lancement du plan national d’action en faveur du commerce équitable (29 avril 2013)

À l’occasion de l’ouverture de la Quinzaine 2013 du commerce équitable, Pascal Canfin, ministre délégué chargé du Développement, et Benoît Hamon, ministre délégué chargé de l’Economie sociale et solidaire et de la Consommation, ont annoncé la mise en place du premier plan d’action national en faveur du commerce équitable.

Vecteur important de développement dans les pays du Sud, le commerce équitable correspond à un marché mondial de 5 milliards d’euros. En France, plus de 400 entreprises et 10 000 salariés travaillent dans ce secteur.

Doté de 7 millions d’euros sur les trois prochaines années, le plan a pour objectif d’augmenter la part encore trop faible des produits équitables dans le panier des consommateurs français (6,4 euros par an et par personne), afin de se rapprocher des moyennes européennes (34,5 euros au Royaume-Uni par exemple). Ce plan permettra notamment de renforcer la capacité de production et d’organisation des producteurs du Sud, par la concertation avec les acteurs de la grandes distribution, de soutenir les entreprises françaises du secteur et de conforter la confiance des Français dans les logos et mentions "commerce équitable".

Doc:Plan d’action national en faveur du commerce équitable , 167.7 ko, 0x0
Plan d’action national en faveur du commerce équitable - (PDF, 167.7 ko)

R - C’est un plan de sept millions d’euros sur les trois prochaines années, que je porte avec Benoit Hamon, dont l’objectif le plus visible sera de tripler la consommation de produits équitables en France pour passer de 6,4 à 19,20 euros par personne et par an. Pour cela, il faut renforcer les entreprises et associations qui souffrent du fait qu’un des principes du commerce équitable est de préfinancer les récoltes. Cela crée des tensions en termes de trésorerie pour les acteurs économiques qui, entre le moment où ils payent la récolte et où le consommateur achète le produit, doivent attendre parfois quasiment un an. Nous allons mettre en place un groupe de travail pour voir quel outil financier pourrait les renforcer. Le deuxième élément du plan est d’augmenter le nombre de filières pour qu’il y ait de plus en plus de produits du commerce équitable. Enfin, il s’agit aussi de renforcer la connaissance des labels par les consommateurs en soutenant toutes les initiatives qui permettent de les faire connaître."


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014