Accès rapide :

Propositions pour des objectifs du millénaire pour le développement plus réalistes (04/02/2013) - par Zaynab TERA des Réseaux Régionaux Multi Acteurs (RRMA)

Les textes publiés dans le cadre des contributions n'engagent que leurs auteurs

Les réseaux Régionaux Multi Acteurs mis en place dans certaines régions depuis une dizaine d’années déjà, ont pour vocation d’identifier tous les acteurs régionaux (collectivités, ONG,
institutionnels) œuvrant dans le domaine de l’EAD-SI, de les informer, de les former, de les réunir autour de projets communs.

De par leur ancrage territorial, ils contribuent au développement de la coopération et de la solidarité internationale sur les territoires de manière spécifique et complémentaire des actions menées par les réseaux nationaux. Ainsi, la multiplication des réseaux régionaux sur toute l’étendue du territoire, est un atout réel en termes d’accompagnement des acteurs de la solidarité et de la coopération internationale. Toutefois, leur pérennisation nécessite également un appui institutionnel.

Les RRMA proposent dans leur vision des Objectifs du Millénaire pour le Développement de tenir compte des aspects suivants :

  • Favoriser le rapprochement sur nos territoires entre acteurs du
    développement durable et acteurs de l’aide au développement : Les RRMA pourraient organiser des temps de débats sur leur territoire, afin de renforcer le dialogue avec les acteurs de la société civile que sont les acteurs de nos territoires. Les RRMA pourraient également favoriser l’élaboration de programme d’actions sur des pays/zones cibles (projets mutualisés concertés), notamment visant l’autosuffisance alimentaire des populations ;
  • Favoriser le dialogue entre acteurs de la société civile, favoriser la sensibilisation de ces acteurs à l’articulation entre le global et le local ;
  • Favoriser et promouvoir la démarche d’approche territoriale du
    développement, et l’intégration du développement durable dans les projets de coopération internationale : bon nombre de structures engagées dans la coopération internationale n’envisagent pas toujours leur action dans une optique de développement local prenant en compte l’ensemble des composantes et des acteurs d’un territoire. Les projets portent le plus souvent sur des secteurs à caractère social (éducation, santé, etc.) plutôt que sur des initiatives à caractère transversal. Or, nous considérons qu’une approche intégrée et systémique des projets contribue au développement local des territoires au Sud comme au Nord.
  • Les politiques et innovations locales s’inscrivent dans des
    perspectives plus globales, donc une articulation efficace, transparente et prenant en compte les particularités des territoires est nécessaire, entre local et global, notamment avec la société civile.

Au niveau local, la voix des acteurs non étatiques peut être portée et partagée par les acteurs institutionnels ou publics locaux. Mais les ONG nationales doivent également se structurer davantage pour faire émerger des expériences locales au niveau national.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014