Accès rapide :

Le rôle du secteur privé dans le développement (23/01/2013) - par Anthony BOUTHELIER président délégué du Conseil français des investisseurs en Afrique (CIAN)

Les textes publiés dans le cadre des contributions n'engagent que leurs auteurs

Le CIAN assiste avec intérêt à ces assises et s’est senti interpellé par l’observation de Philippe Réau : « la place du secteur privé dans la concertation reste à définir ».

Rappelons que le CIAN regroupe les entreprises implantées en Afrique mais « comme celle-ci est la seule partie du monde où le sous-développement demeure l’enjeu de tout un continent alors qu’ailleurs - l’Amérique latine, l’Asie…-, il devient l’exception », on peut estimer que si l’on guérit l’Afrique, qui accueille 80% des PMA, le sort de la planète est en bonne voie…

La recette du développement est une osmose entre une administration forte, garante de l’Etat de droit, et des entreprises dynamiques. Celles-ci se considèrent donc surtout comme l’un des moteurs du développement. On n’a jamais vu en effet un développement sans entreprises alors qu’il y a des développements sans interventions extérieures publiques ou non gouvernementales. Créateur de richesses, le secteur privé est concerné par leur utilisation qui va ou non déclencher le développement.
Les concertations fructueuses comme l’ont pratiquées des responsables politiques en Europe et en Asie ont porté sur la cohérence des perceptions publiques et privées des enjeux.

La table ronde du 19 décembre a porté sur les modalités de concertation, et bien sûr chacun voulait en être.
En réalité, il y a 54 pays africains et chercher à globaliser risque d’être inefficace. Pour pallier l’atomisation de l’Afrique, on peut promouvoir des concertations régionales dans des instances à géométrie variable. En effet, des « grandes messes » à cinquante personnes ou plus, sont inefficaces. Pour chaque région ou grand pays, les autorités politiques identifient deux ou trois sujets prioritaires et ne sont conviées que les personnes concernées, quitte dans un autre temps à aborder d’autres sujets avec d’autres personnes.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014