Accès rapide :

La vision du MEDEF pour le développement après 2015 (12/02/2013) - par Alain BENTEJAC, Président du Comité Commerce Extérieur de la France / MEDEF

Les textes publiés dans le cadre des contributions n'engagent que leurs auteurs

Le Développement des Pays en développement ne peut se faire dans la durée et au profit des populations locales que s’il répond aux critères suivants :

- appropriation et inclusion des efforts et des réformes (politiques, économiques, sociales, réglementaires…) par les pays en développement eux-mêmes ;

- réforme des cadres institutionnels et réglementaires pour améliorer le climat des affaires locales et permettre l’émergence d’entreprenariat local et l’arrivée d’investissements directs étrangers ;

- renforcement des capacités internes et de la bonne gouvernance (lutte contre la corruption) ;

- éclosion et mise en œuvre des conventions fondamentales de l’OIT et plus généralement d’une prise de conscience d’une responsabilité sociale et environnementale ;

- promotion des capacités locales de production et de commerce puis destinées à l’exportation (lien entre commerce et développement) ;

- promotion des intégrations régionales Sud-Sud afin de créer des marchés économiques régionaux matures et de masse critique ;

- promotion de politiques de facilitation des échanges en simplifiant et en dématérialisant les procédures Import/ Export aux frontières.

En conséquent, les politiques de développement de la communauté internationale (donateurs, bailleurs…) au profit des pays en développement, et celles des pays en développement eux-mêmes, doivent respecter et mettre en œuvre les principes suivants :

- Economie et efficacité

- Inclusion et Appropriation

- Equité

- Durabilité

- Entreprenariat local

- Bonne gouvernance et transparence

- Création de capacités

Le MEDEF estime que la communauté internationale, dans son aide multilatérale ou bilatérale, doit avoir des politiques de soutien fondées sur la recherche de l’efficacité économique, la traçabilité et l’effectivité des bénéfices au profit des populations locales ; en particulier, la communauté internationale doit avoir des politiques « projets » et non des politiques d’aides budgétaires.

Différenciation entre pays émergents et pays en développement

Dans son approche envers le monde en Développement, la Communauté internationale doit différencier les pays émergents des (autres) pays que sont les PED et les pays les moins avancés (PMA).

La maturité économique et financière des pays émergents leur impose des efforts, des engagements et des concessions beaucoup plus ambitieuses que celles des autres PED, en particulier dans les grandes négociations internationales commerciales (Cycle de Doha pour le Développement de l’OMC) ou de l’environnement (Rio+20). De même, leurs éligibilités aux financements de la communauté internationale (par exemple, appels d’offres de la Banque mondiale) devraient être conditionnées à des engagements RSE alignés sur ceux des pays OCDE.

Il conviendrait donc que la Communauté internationale, à l’instar du classement « Pays les moins avancés » et « Pays à haut revenus », définisse un classement « Pays émergents ».


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014